Israeli Prime Minster Benjamin Netanyahu.

Jean Delaunay

Netanyahu présente son premier plan pour Gaza d’après-guerre

Cette proposition, qui intervient alors qu’Israël fait face à une pression internationale croissante pour suspendre ou abandonner sa campagne dévastatrice, ne recueillera probablement que peu de soutien.

Israël a présenté un plan d’après-guerre très attendu visant à prendre le contrôle illimité de la sécurité et des affaires civiles dans la bande de Gaza.

Élaboré sous le contrôle du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le plan a été rapidement rejeté vendredi par les dirigeants palestiniens.

On s’attend également à ce qu’elle se heurte à une forte résistance de la part des États-Unis.

Netanyahu a présenté jeudi soir le document de deux pages à son cabinet de sécurité pour approbation.

Bien que peu détaillé, ce plan marque la première fois que Netanyahu publie une proposition formelle sur ce qui se passera après la guerre, qui a jusqu’à présent fait près de 30 000 morts Palestiniens et déplacé des centaines de milliers de personnes, dont beaucoup sont désormais au bord de la famine. .

Le plan de Netanyahu réitère que l’objectif principal d’Israël est d’écraser le Hamas, le groupe militant qui a pris le contrôle de Gaza en 2007 et massacré 1 200 personnes dans le sud d’Israël l’année dernière.

Les sondages indiquent qu’une majorité de Palestiniens ne soutiennent pas le Hamas, mais le groupe est profondément enraciné dans la société palestinienne.

Les critiques, notamment en Israël, affirment qu’il est impossible d’éliminer complètement le groupe militant.

Le plan de Netanyahu appelle également à la liberté d’action de l’armée israélienne dans une bande de Gaza démilitarisée après la guerre afin de prévenir toute menace potentielle à la sécurité.

Il affirme qu’Israël établirait une zone tampon à l’intérieur de Gaza, ce qui susciterait probablement des objections des États-Unis.

Le plan envisage que Gaza soit gouvernée par des responsables locaux qui, selon lui, « ne seraient pas identifiés avec des pays ou des entités qui soutiennent le terrorisme et ne recevraient aucun paiement de leur part » – proposant essentiellement que les futurs administrateurs palestiniens de Gaza soient nommés à la discrétion d’Israël.

Cependant, Israël a tenté à plusieurs reprises, sans succès, de mettre en place des organes directeurs palestiniens locaux triés sur le volet au cours des dernières décennies.

Il est loin d’être certain que des Palestiniens accepteraient de tels rôles de sous-traitants.

L’Autorité palestinienne, qui administre des poches de Cisjordanie occupée par Israël, a dénoncé vendredi le plan de Netanyahu comme étant « colonialiste et raciste », affirmant qu’il équivaudrait à une réoccupation israélienne de Gaza.

Israël a retiré ses soldats et ses colons de Gaza en 2005, mais a maintenu le contrôle de l’accès au territoire.

De profonds désaccords sur l’avenir de Gaza ont également conduit à des frictions publiques croissantes entre Israël et les États-Unis, son plus proche allié.

L’administration Biden souhaite voir une Autorité palestinienne réformée gouverner à la fois Gaza et la Cisjordanie, ce qui constituerait une étape vers un État palestinien. Il a tenté d’ébranler la résistance de Netanyahu en aidant à la normalisation des liens entre Israël et la puissance arabe saoudienne.

Les colons israéliens de droite, connus pour avoir perpétré des actes de violence et de nettoyage ethnique en Cisjordanie, ont également été sanctionnés.

La guerre s’éternise

Entre-temps, les efforts longtemps contrecarrés pour négocier un cessez-le-feu à Gaza semblent avoir fait des progrès.

Les médiateurs des parties impliquées devraient présenter une nouvelle proposition ce week-end lors d’une réunion de haut niveau à Paris.

Les États-Unis, l’Égypte et le Qatar luttent depuis des semaines pour trouver une formule qui pourrait mettre un terme à l’offensive dévastatrice d’Israël à Gaza, mais ils sont désormais confrontés à une date limite officieuse à l’approche du mois sacré musulman du Ramadan.

À Gaza, les frappes aériennes israéliennes dans le centre et le sud du territoire ont tué au moins 68 Palestiniens, dont des enfants et des femmes, dans la nuit et jusqu’à vendredi, ont déclaré des responsables de la santé et un journaliste d’Associated Press. Vingt-quatre autres corps sont restés coincés sous les décombres.

Le bilan global des morts palestiniens depuis le début de la guerre s’élève désormais à plus de 29 500, avec près de 70 000 personnes blessées, ont indiqué les responsables de la santé à Gaza.

Le nombre de morts s’élève à près de 1,3 % des 2,3 millions d’habitants de Gaza.

Laisser un commentaire

cinq × 4 =