Ne soyez pas « avides » dans la bagarre pour l'emploi, prévient Xavier Bettel aux conservateurs européens

Martin Goujon

Ne soyez pas « avides » dans la bagarre pour l’emploi, prévient Xavier Bettel aux conservateurs européens

Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Xavier Bettel a mis en garde lundi le Parti populaire européen (PPE) contre toute attitude « cupide » dans les négociations tendues avec d’autres groupes politiques pour garantir les postes les plus élevés de l’UE.

« Tout ce que j’entends, c’est que beaucoup de gens sont très gourmands. Mais si vous êtes trop cupide, vous risquez de brûler votre propre candidate (Ursula von der Leyen)», a déclaré Bettel, l’ancien Premier ministre libéral du Luxembourg, dans une interview à Radio 100.7, selon le quotidien luxembourgeois Wort.

Il y a quatre postes de haut niveau à pourvoir, et maintenant le PPE veut que ses gens occupent trois des quatre postes à un moment donné au cours des cinq prochaines années.

En plus d’assurer un second mandat à la présidente allemande de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et deux ans et demi supplémentaires à la maltaise Roberta Metsola comme présidente du Parlement européen, le PPE veut participer à la présidence du Conseil européen, actuellement assurée par le Belge Charles Michel. , ont déclaré six responsables à L’Observatoire de l’Europe la semaine dernière.

Au début de la semaine dernière, l’idée de diviser le poste de président du Conseil européen a été lancée par le Premier ministre croate Andrej Plenković lors d’une réunion interne du PPE, selon deux des responsables.

Von der Leyen aura besoin de 361 voix au Parlement (sur 720) lors d’un scrutin secret qui pourrait avoir lieu dès le 18 juillet pour conserver son poste. En additionnant tous les députés de centre-droit du PPE, des Socialistes et Démocrates (S&D) de centre-gauche et des députés libéraux de Renew, elle compte 398 députés. Mais tous les membres du PPE et du S&D ne la soutiendront pas, et Renew perd des membres.

« Nous sommes confiants dans notre capacité à parvenir à un accord au Conseil européen », a déclaré un responsable du PPE sous couvert d’anonymat à propos de la première étape de la procédure, mais a ajouté que « le Parlement européen allait toujours être un défi ».

Si les dirigeants européens estiment que von der Leyen ne parviendra pas à passer au Parlement, ils peuvent gagner du temps en la nommant mais en repoussant le vote des députés de juillet à septembre – comme cela s’est produit en 2009 lorsque José Manuel Barroso a été réélu président de la Commission.

Laisser un commentaire

17 − cinq =