Mission de sauvetage en cours après l'échouage d'un navire de croisière de luxe au Groenland

Jean Delaunay

Mission de sauvetage en cours après l’échouage d’un navire de croisière de luxe au Groenland

L’équipe de secours ne devrait pas arriver avant vendredi.

Un navire de croisière norvégien avec 206 personnes à son bord s’est échoué dans le nord-ouest du Groenland, ont annoncé mardi les autorités.

Le navire de défense danois le plus proche étant à plus de 2 000 km, l’aide ne devrait pas arriver avant vendredi.

« Nos unités sont loin et la météo peut être très défavorable », a déclaré le Cmdr Brian Jensen du Commandement conjoint de l’Arctique.

Personne à bord du bateau de croisière n’est en danger et aucun dégât n’a été signalé, ont indiqué les autorités.

Quand les croisiéristes seront-ils secourus au Groenland ?

Le navire de croisière battant pavillon des Bahamas compte à son bord 206 passagers et membres d’équipage.

Lorsqu’il s’est échoué, le navire de la marine danoise le plus proche se trouvait à environ 1 200 milles marins (plus de 2 000 kilomètres), selon Jensen. Il se dirige vers le site et est attendu au navire échoué vendredi au plus tôt.

Le Commandement conjoint de l’Arctique est un commandement territorial opérationnel conjoint de la défense danoise opérant au Groenland et dans les îles Féroé. En plus de protéger la souveraineté du Royaume du Danemark dans la région arctique, elle mène des missions de recherche et de sauvetage, des tâches de recherche et de prévention de la pollution dans la région.

Jensen a déclaré dans un communiqué qu’il n’y avait pas de danger immédiat pour la vie humaine ou l’environnement, mais que les autorités « prenaient cet incident très au sérieux ».

L’Ocean Explorer, long de 104,4 mètres et large de 18 mètres, s’est échoué lundi dans l’Alpefjord, dans le parc national du nord-est du Groenland. C’est le parc national le plus grand et le plus septentrional du monde et il est connu pour les icebergs et les bœufs musqués qui parcourent la côte.

Le navire appartient au groupe Ulstein à Ulsteinvik, dans le sud de la Norvège.

Y a-t-il d’autres navires qui participent au sauvetage ?

Les autorités ont été en contact avec un autre bateau de croisière dans la région et il lui a été demandé de rester à proximité pour prêter assistance si la situation devait évoluer. L’autre bateau de croisière n’a pas été identifié.

Le navire de croisière échoué pourrait également se libérer tout seul lorsque la marée est haute, a rapporté la télévision groenlandaise KNR. « Quoi qu’il en soit, la chose la plus importante pour nous est que tout le monde se mette en sécurité », a déclaré Jensen.

Plus tard mardi, le Commandement conjoint de l’Arctique a déclaré sur sa page Facebook que le navire était toujours bloqué malgré la marée.

« Il n’y a toujours aucun rapport indiquant que la vie humaine ou l’environnement soit en danger grave », a déclaré le Commandement conjoint de l’Arctique.

‘Une situation difficile’

Dans une autre mise à jour mercredi, il a ajouté qu’il avait envoyé du personnel de la Sirius Dog Sled Patrol à bord du navire de croisière échoué, qui a assuré que l’équipage et les passagers de l’Ocean Explorer étaient en « bon état ». Si nécessaire, le personnel de Sirius peut atteindre le lieu de l’accident en une heure et demie.

« L’équipage et les passagers sont dans une situation difficile », ont-ils ajouté, « mais compte tenu des circonstances, l’ambiance sur le navire est bonne et tout le monde à bord va bien.

« Rien n’indique que les fondations du navire aient subi de graves dommages. »

Un navire d’inspection se dirige toujours vers le bateau de croisière, où il devrait arriver vendredi matin.

La mission principale du Joint Arctic Command est d’assurer la souveraineté danoise en surveillant la zone autour des îles Féroé et du Groenland, deux territoires semi-indépendants qui font partie du royaume danois.

Laisser un commentaire

14 + 12 =