The Microsoft logo is pictured outside the headquarters in Paris.

Jean Delaunay

Microsoft enfreint les règles antitrust avec Teams, selon la Commission européenne

Le géant de la technologie a déjà séparé Teams et Office 365, mais ces efforts ne suffisent pas.

Microsoft a enfreint les règles antitrust de l’UE en liant sa plateforme de visioconférence Teams à ses produits Office 365 et Microsoft 365, a déclaré la Commission européenne aujourd’hui (25 juin).

Les résultats préliminaires d’une enquête lancée aujourd’hui par la Commission en juillet de l’année dernière suggèrent que le géant américain de la technologie domine le monde entier sur le marché des logiciels hébergés sur une infrastructure cloud au choix du fournisseur (appelée logiciel en tant que service ou Saas). En connectant Teams à ses principales applications logicielles depuis avril 2019, la Commission craint que Microsoft ne restreint la concurrence sur le marché.

« La Commission craint que Microsoft ait accordé à Teams un avantage de distribution en ne donnant pas aux clients le choix d’acquérir ou non un accès à Teams lorsqu’ils s’abonnent à leurs applications de productivité SaaS », indique le communiqué de la Commission.

Il a ajouté qu’en limitant l’opérabilité entre les offres des concurrents, la société aurait également pu empêcher les concurrents de rivaliser, ce qui aurait pu désavantager les clients.

Changements

Après que la Commission a ouvert l’enquête l’année dernière, Microsoft a introduit des changements dans la façon dont il distribue Les équipes, en séparant les deux programmes. Les conclusions préliminaires de l’exécutif montrent toutefois que ces changements ne suffisent pas à répondre aux préoccupations et que d’autres changements dans le comportement de Microsoft sont nécessaires pour restaurer la concurrence.

Une communication des griefs ne préjuge pas de l’issue d’une enquête. Les parties concernées peuvent désormais répondre par écrit et demander une audience pour présenter leurs commentaires sur l’affaire.

Lors d’une table ronde avec la presse à Bruxelles début juin, Brad Smith, vice-président et président de Microsoft, a déclaré qu’il s’attendait à ce que les changements apportés par l’entreprise ne soient peut-être pas suffisants. Smith a ensuite déclaré que malgré les nombreux efforts déployés pour résoudre le problème, « il semble évident que notre travail n’est pas encore terminé ».

Dans une déclaration à L’Observatoire de l’Europe aujourd’hui, Smith a déclaré : « Après avoir dégroupé Teams et pris les premières mesures d’interopérabilité, nous apprécions la clarté supplémentaire apportée aujourd’hui et nous travaillerons pour trouver des solutions pour répondre aux préoccupations restantes de la Commission. »

L’enquête antitrust de l’exécutif européen était liée à une plainte déposée en 2020 par la plateforme de communication Slack, désormais propriété de Salesforce.

Laisser un commentaire

18 − dix-huit =