Macron : le « pic » des émeutes françaises est passé

Martin Goujon

Macron : le « pic » des émeutes françaises est passé

Mais le président français demande aux policiers de rester en état d’alerte maximale.

PARIS – Le « pic » des émeutes qui a eu lieu dans toute la France la semaine dernière est passé, a déclaré mardi le président Emmanuel Macron.

« Je serai encore très prudent au cours des jours et des semaines à venir, mais le pic que nous avons connu dans les premières nuits (des émeutes) est passé, et maintenant c’est l’ordre républicain durable que nous voulons tous… et c’est la priorité absolue, », a-t-il déclaré aux maires français, selon BFMTV.

Le président français s’est réuni à l’Elysée avec quelque 250 maires de villes visées lors des émeutes.

Le meurtre d’un jeune de 17 ans d’origine nord-africaine par un policier la semaine dernière a plongé la France dans le chaos, déclenchant de violentes manifestations à travers le pays et ravivant des tensions de longue date entre les jeunes et la police, accusée de brutalité. et la discrimination raciale.

La semaine dernière, des émeutiers ont pillé des magasins, pris pour cible de nombreux symboles de la République française tels que des écoles, des commissariats de police, des bibliothèques et d’autres bâtiments publics, et, dans un cas, ont attaqué le domicile d’un maire et sa famille.

Les émeutes ont montré des signes de ralentissement. Environ 72 personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi, une forte baisse par rapport au week-end.

Lundi soir, Macron a effectué une visite surprise dans les bâtiments de la police à Paris pour montrer son soutien aux agents. Selon Le Parisien, le président français leur a dit que les 13 et 14 juillet – la veille et le jour de la fête nationale française – seraient un test.

« Je ne pense pas que ce soit derrière nous. Nous verrons ce qui se passera les 13 et 14 juillet et dans les mois à venir », aurait-il déclaré, demandant aux policiers de rester en état d’alerte maximale.

Mardi, Macron a annoncé une « législation d’urgence » pour accélérer la reconstruction des infrastructures publiques endommagées lors des émeutes qui ont suivi la mort de Nahel M.

Laisser un commentaire

15 + dix-neuf =