European Council President Charles Michel, right, and European Commission President Ursula von der Leyen address a media conference at an EU Summit in Brussels, 21 March 2024

Jean Delaunay

L’Ukraine pourrait percevoir 1 milliard d’euros de revenus provenant des avoirs russes gelés d’ici juillet, selon l’UE

L’Ukraine pourrait recevoir 1 milliard d’euros de bénéfices exceptionnels provenant des actifs russes immobilisés dès juillet prochain, a déclaré la chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

L’annonce est intervenue tard jeudi soir après que les 27 dirigeants du bloc ont soutenu la proposition de Bruxelles d’accorder à l’Ukraine jusqu’à 3 milliards d’euros par an en intérêts provenant des avoirs russes gelés dans les dépôts des États membres de l’UE.

La grande majorité des bénéfices serait utilisée pour armer et équiper les forces armées ukrainiennes alors qu’elles continuent de résister à la guerre d’agression russe.

« Il existe un fort soutien en faveur de l’utilisation des bénéfices exceptionnels ou du produit des actifs immobilisés à des fins militaires pour l’Ukraine », a déclaré von der Leyen tout en saluant le soutien des dirigeants.

« Si nous parvenons rapidement à conclure la proposition, nous pourrions débourser le premier milliard dès le premier juillet », a-t-elle ajouté. « Donc cela dépend de nous. C’est entre nos mains.

Selon le plan de Bruxelles, 90 % des recettes seraient versées à la Facilité européenne pour la paix, un programme qui rembourse partiellement les États membres pour les dons d’armes à l’Ukraine, tandis que les 10 % restants financeraient la reconstruction d’après-guerre de l’Ukraine.

Ce soutien politique est intervenu malgré la constitution de certains pays militairement non alignés – comme l’Autriche et l’Irlande – interdisant la fourniture d’armes meurtrières aux parties en conflit.

Le chancelier autrichien Karl Nehammer a suggéré jeudi que son gouvernement exigerait des garanties pour garantir que les dons autrichiens ne soient pas destinés à des fins militaires.

« Pour nous, neutres, il faut s’assurer que l’argent pour lequel nous donnons notre accord ne soit pas dépensé en armes et en munitions », a déclaré Nehammer aux journalistes.

« Il y a eu à l’origine une discussion sur la nécessité d’investir en Ukraine pour la reconstruction, et je pense que c’est une suggestion raisonnable. »

L’Irlandais Leo Varadkar a déclaré que même si son pays était militairement neutre, il n’était pas « politiquement neutre » et qu’il continuerait à faire tout ce qui était en son pouvoir pour se tenir aux côtés de l’Ukraine.

L’approbation des dirigeants a également été obtenue malgré les inquiétudes de la Banque centrale européenne concernant une éventuelle atteinte à la crédibilité de l’euro en tant que monnaie de réserve mondiale, signe clair que le bloc est contraint de rompre avec le précédent pour répondre aux besoins du champ de bataille de l’Ukraine.

« Un cadre juridique à toute épreuve »

Quelque 210 milliards d’euros d’actifs de la banque centrale russe ont été immobilisés dans l’UE depuis que Moscou a lancé son invasion à grande échelle de l’Ukraine en 2022. Ils sont principalement détenus chez le dépositaire financier Euroclear en Belgique.

Mais exploiter ces actifs comporte des risques juridiques considérables, et Bruxelles agit avec une grande prudence.

« Il s’agit de revenus utilisables, qui ne sont dus à personne et peuvent donc également être utilisés par l’Union européenne », a assuré jeudi le chancelier allemand Olaf Scholz.

« Et, à mon avis, ils seront bien sûr utilisés avant tout pour permettre d’acquérir les armes et les munitions dont l’Ukraine a besoin pour sa lutte défensive. »

Le Premier ministre belge Alexander de Croo a déjà fait don à l’Ukraine des impôts sur les sociétés générés par les intérêts inattendus accumulés dans l’Euroclear belge. Mais il a expliqué que l’envoi des intérêts eux-mêmes nécessitait une « stabilité macroéconomique » et un cadre juridique « à toute épreuve ».

« Je suis en fait assez confiant quant à la proposition faite par la Commission », a déclaré De Croo, ajoutant que la priorité était que les recettes soient utilisées pour acheter davantage de munitions pour l’Ukraine.

« J’aimerais évidemment investir dans la reconstruction, mais la reconstruction est un peu inutile si vous perdez la guerre », a ajouté De Croo.

L’UE n’a pas atteint son objectif de fournir à Kiev un million de cartouches d’ici ce mois-ci, soit seulement la moitié des cartouches promises. Cet échec, combiné à la diminution du soutien des États-Unis, a constitué un revers douloureux pour les Ukrainiens en première ligne, qui ont lié la pénurie de munitions aux pertes sur le champ de bataille, notamment dans des sites stratégiques tels qu’Avdiivka, dans l’oblast de Kiev.

« Malheureusement, l’utilisation de l’artillerie sur la ligne de front par nos soldats est humiliante pour l’Europe dans le sens où l’Europe peut fournir davantage », a déclaré jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy dans une réprimande aux dirigeants européens par vidéoconférence.

Cela a contraint les États membres à lancer leurs propres initiatives, plusieurs capitales se joignant à un programme dirigé par la République tchèque visant à envoyer jusqu’à 800 000 obus en Ukraine au cours des prochains mois. La Suède contribuera à hauteur de 30 millions d’euros, tandis que le Portugal s’est engagé à verser 100 millions d’euros.

Laisser un commentaire

12 + 18 =