Women lay flowers in memory of those who were killed in the plane on Wednesday in Yablonovo, Belgorod region, Russia

Jean Delaunay

L’Ukraine et la Russie échangent leurs accusations sur le crash d’un avion mortel

Moscou affirme que l’avion a été abattu par les forces militaires de Kiev et qu’il transportait des prisonniers de guerre ukrainiens. Mais l’Ukraine dit douter de leur participation.

La Russie et l’Ukraine échangent leurs accusations concernant le crash d’un avion de transport militaire qui, selon Moscou, transportait des prisonniers de guerre ukrainiens et a été abattu par les forces de Kiev.

Il s’agit d’un nouvel épisode houleux de la guerre de l’information qui caractérise le conflit.

Même si les enquêteurs auraient retrouvé les enregistreurs de vol un jour après l’accident de mercredi, il y avait peu d’espoir que les circonstances soient éclaircies dans une guerre où les deux camps ont souvent utilisé des accusations pour influencer l’opinion dans le pays et à l’étranger.

L’Il-76 s’est écrasé dans une énorme boule de feu dans une zone rurale de la région russe de Belgorod, frontalière avec l’Ukraine, et les autorités ont déclaré que les 74 personnes à bord, dont 65 prisonniers de guerre, six membres d’équipage et trois militaires russes, avaient été tuées.

L’accident a déclenché une série de réclamations et de demandes reconventionnelles, mais aucune des deux parties n’a présenté de preuves pour étayer ses accusations.

Sur cette photo tirée d'une vidéo UGC validée, de la fumée s'élève mercredi de la scène d'un accident d'avion de guerre dans une zone résidentielle près de Yablonovo, dans la région de Belgorod.
Sur cette photo tirée d’une vidéo UGC validée, de la fumée s’élève mercredi de la scène d’un accident d’avion de guerre dans une zone résidentielle près de Yablonovo, dans la région de Belgorod.

La Russie a affirmé que Kiev avait abattu l’avion avec deux missiles et que les prisonniers de guerre se dirigeaient vers un échange. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, l’a qualifié d’« acte totalement monstrueux ». La principale agence d’enquête russe, connue sous le nom de Comité d’enquête, a ouvert jeudi une enquête pénale sur les accusations selon lesquelles l’accident était un acte terroriste.

L’Ukraine a répondu en mettant en doute la présence de prisonniers de guerre à bord et en avançant ses propres théories, laissant notamment entendre que l’avion aurait pu constituer une menace.

Aucune des deux parties n’a fourni de preuves pour étayer leurs accusations, laissant les proches et les proches dans un état de vulnérabilité sans réponse. De nombreux Ukrainiens étaient déjà en détresse avant l’incident et n’avaient plus aucune nouvelle de leurs proches en captivité depuis des mois.

Le frère d’Evhenia Synelnyk est en captivité depuis plus d’un an et demi. Elle a pleuré et s’est inquiétée tout au long de mercredi alors que des éléments contradictoires apparaissaient aux informations.

« Vous ne comprenez pas laquelle de ces affirmations est vraie », dit-elle.

Sans évoquer le crash, l’état-major de l’armée ukrainienne a déclaré que le pays ciblerait tout avion de transport militaire russe soupçonné de lancer des missiles, notamment à proximité de la frontière.

Les responsables ukrainiens ont noté que Moscou n’avait pas demandé qu’un espace aérien spécifique soit maintenu en sécurité pendant un certain temps, comme il l’avait fait lors d’échanges de prisonniers antérieurs.

Mykola Oleshchuk, commandant de l’armée de l’air ukrainienne, a affirmé que « la propagande russe généralisée dirige un faux flux d’informations vers le public international, tentant de discréditer l’Ukraine aux yeux de la communauté mondiale ».

Les responsables ukrainiens ont confirmé qu’un échange de prisonniers devait avoir lieu mercredi, mais ils ont indiqué qu’il avait été annulé. Le président Volodymyr Zelensky a déclaré que l’Ukraine ferait pression pour qu’une enquête internationale soit ouverte.

Lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU convoquée jeudi soir par la Russie, des diplomates russes et ukrainiens se sont affrontés en personne.

L’ambassadeur adjoint de la Russie à l’ONU, Dmitri Polyansky, a accusé l’Ukraine d’une attaque préméditée qui a sacrifié ses propres citoyens « aux intérêts géopolitiques occidentaux ».

Il a déclaré que si une enquête préliminaire démontrant que l’avion a été touché par un missile américain ou allemand était confirmée, les pays occidentaux qui ont fourni les armes « deviendront des participants directs à ce crime ».

Polyansky a réitéré les affirmations russes selon lesquelles l’état-major ukrainien avait initialement publié une déclaration de félicitations affirmant que l’avion avait été abattu intentionnellement, et avait commencé à dissimuler l’avion lorsqu’il avait réalisé que des prisonniers ukrainiens étaient à bord.

Il a salué « l’héroïsme » des pilotes russes qui, au dernier moment, ont éloigné l’avion des zones résidentielles afin qu’il n’y ait aucune victime au sol.

L’ambassadrice adjointe de l’Ukraine à l’ONU, Khrystyna Hayovyshyn, a déclaré mercredi que l’Ukraine avait rempli ses obligations et transféré les prisonniers russes en toute sécurité vers le lieu convenu pour l’échange.

La partie russe était censée assurer la sécurité des prisonniers ukrainiens, mais elle a déclaré que la partie ukrainienne n’avait pas été informée de l’itinéraire et des moyens de transport des captifs, ni demandée de sécuriser l’espace aérien à proximité de la ville de Belgorod lors de l’opération. période déterminée.

Après l’accident, a déclaré Hayovyshyn, les responsables de l’armée et de la sécurité russes n’ont pas autorisé les secouristes à inspecter le site « conformément au protocole ». Elle a ajouté que, selon les renseignements militaires ukrainiens, « seuls cinq corps ont été envoyés à la morgue locale de Belgorod » – et qu’aucun reste humain n’est visible sur les images du site.

Laisser un commentaire

8 + 17 =