L'UE présente un plan de 20 milliards d'euros de soutien militaire à long terme à l'Ukraine

Jean Delaunay

L’UE présente un plan de 20 milliards d’euros de soutien militaire à long terme à l’Ukraine

Josep Borrell, le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, a proposé un nouveau plan pour fournir un soutien militaire « durable et prévisible » à l’Ukraine.

Dans le cadre de ce plan, le bloc affectera 20 milliards d’euros pour les quatre prochaines années au remboursement partiel des dépenses engagées par les États membres pour leurs fournitures à la nation déchirée par la guerre, qui est au milieu d’une contre-offensive contre les troupes russes envahissantes.

L’argent servira à payer les équipements létaux et non létaux, conformément au principe de neutralité que maintiennent quelques États membres, et constituerait l’un des engagements de sécurité Les dirigeants de l’UE ont convenu de fournir l’Ukraine lors d’un sommet le mois dernier.

L’allocation financière, a expliqué Borrell jeudi soir après une réunion des ministres des affaires étrangères à Bruxelles, fera partie de la facilité européenne pour la paix (EPF), l’instrument hors budget qui a jusqu’à présent acheminé 5,6 milliards d’euros d’aide militaire aux forces armées ukrainiennes.

L’existence d’un outil séparé est indispensable car les traités fondateurs de l’UE interdisent d’utiliser des fonds communs pour financer « des opérations ayant des implications militaires ou de défense ».

« Nous proposons la création d’une section dédiée dans le cadre de la Facilité européenne pour la paix afin de fournir jusqu’à 5 milliards d’euros par an pendant les quatre prochaines années pour les besoins de défense de l’Ukraine », a déclaré Borrell.

« C’est le même outil, la Facilité européenne pour la paix, qui a très bien fonctionné, et nous continuerons à l’utiliser mais avec un chapitre dédié à l’intérieur avec un financement spécifique. »

L’enveloppe de 20 milliards d’euros doit encore être transformée en une proposition à part entière et négociée par les États membres. Il sera discuté « en détail » lors d’une réunion ministérielle informelle à Tolède, en Espagne, qui doit avoir lieu fin août, a déclaré Borrell.

« Il s’agit de l’évaluation des besoins et des coûts de nos engagements sécuritaires à long terme envers l’Ukraine », a-t-il ajouté.

Borrell, qui n’a répondu qu’à une seule question lors de la conférence de presse, n’a pas fourni plus d’informations sur le projet de plan.

L’une des questions qui reste sans réponse est de savoir comment ce « chapitre dédié » pourra contourner le droit de veto qui a ralenti les paiements dans le cadre du programme EPF. En effet, la dernière tranche de 500 millions d’euros reste bloquée par la Hongrie en représailles à la décision de l’Ukraine de répertorier OTP Bank comme « sponsor international de la guerre ».

La dernière proposition de Bruxelles intervient à un moment particulièrement délicat pour Kiev.

Les forces ukrainiennes ont passé ces derniers jours à tenter de repousser les frappes russes contre les installations de stockage de céréales du pays, ce que Borrell a décrit comme une « atrocité ».

Les attaques ont commencé peu de temps après que le président Vladimir Poutine a décidé de suspendre le corridor de la mer Noire qui avaient facilité le commerce des céréales à bas prix dans le monde entier. Le Kremlin a averti que tout navire quittant les ports ukrainiens serait traité comme un « transporteur potentiel de fret militaire », une menace qui fait flamber les prix des matières premières.

« Le monde est à nouveau confronté à un problème de sécurité alimentaire créé par l’homme. Poutine utilise la faim comme une arme même contre les pays qui hésiteront à condamner son effusion de sang illégale en Ukraine », a déclaré Borrell.

« La communauté internationale devrait répondre de manière décisive à cette tentative délibérée de Poutine d’affamer les populations mondiales afin de gagner de l’argent supplémentaire ou de mener une guerre illégale. »

Laisser un commentaire

quatre × un =