Picardo, Cameron, Sefcovic and Albares during their meeting in Brussels.

Jean Delaunay

L’UE et le Royaume-Uni réalisent des progrès significatifs sur les grandes lignes politiques de Gibraltar

Les derniers détails des relations post-Brexit entre l’UE et le Royaume-Uni concernant Gibraltar sont définis à la suite d’une réunion quadripartite de haut niveau.

Plusieurs années après la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne en 2020, la dernière pièce du puzzle du Brexit commence à prendre forme.

Ce dernier élément, celui des relations du bloc avec Gibraltar, est désormais en train d’être mis en place à la suite d’une réunion à quatre entre le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, les ministres des Affaires étrangères espagnol et britannique, José Manuel Albares et David Cameron, ainsi que le chef de la direction de Gibraltar. Ministre, Fabian Picardo.

Dans une déclaration commune à l’issue d’une réunion au format unique, ils ont confirmé que les lignes politiques générales, y compris les questions critiques telles que les aéroports, les marchandises et la mobilité, avaient été convenues – des points de friction clés dans l’accord UE-Royaume-Uni. Albares et Picardo se sont abstenus de fournir davantage de détails, le ministre espagnol ayant déclaré que « les négociations sont à leur paroxysme et nous voulons les protéger ».

Picardo a noté qu’il « restait très peu de temps » pour parvenir à un accord final, sans toutefois préciser de date. Dans leurs déclarations à la presse, lui et Albares ont souligné le caractère « positif » et « constructif » de leurs discussions.

Les négociations devraient se poursuivre dans les semaines à venir.

Selon Picardo, l’accord apportera une « nouvelle dynamique et une nouvelle relation » avec l’Espagne, qui pourrait commencer par la démolition de la clôture qui sépare le territoire britannique du reste de la péninsule ibérique.

« Cet accord sera bénéfique pour toute la population de Campo de Gibraltar, y compris les 300 000 citoyens espagnols qui y vivent et qui guident à tout moment ce que nous faisons », a soutenu Albares.

Bien que le ministre espagnol des Affaires étrangères insiste sur le fait que « cela sauvegarde parfaitement leur position de souveraineté », les négociations n’ont pas inclus de débat sur la propriété du Rocher.

Les dernières frictions

Picardo a expliqué que le document en cours d’élaboration est « systématiquement basé sur l’accord du Nouvel An », faisant référence à un accord initial conclu fin 2020 entre le Royaume-Uni et l’UE qui n’a finalement pas été formalisé dans un texte juridique. Ce faisant, ils visent à résoudre une situation qui dure depuis plus de trois ans.

La suppression de la clôture constituerait un changement majeur pour Gibraltar, en facilitant les passages quotidiens des 15 000 travailleurs frontaliers. Selon les changements proposés, les contrôles aux frontières seraient transférés au port et à l’aéroport de Gibraltar, et Frontex, l’agence européenne responsable de la gestion des frontières du bloc, superviserait les Gibraltariens conformément à l’accord du Nouvel An.

Gibraltar, comme l’Irlande du Nord, est devenu l’un des territoires britanniques ayant une frontière terrestre adjacente à l’Union européenne après le Brexit. Le Royaume-Uni a quitté l’UE en février 2020, mais les discussions sur ses frontières terrestres se sont poursuivies pendant des années. L’accord final traitant de la situation en Irlande du Nord a été conclu il y a environ un an.

Laisser un commentaire

un × 5 =