L'UE demande à Amazon des informations sur la manière dont elle protège les consommateurs contre les produits illégaux

Jean Delaunay

L’UE demande à Amazon des informations sur la manière dont elle protège les consommateurs contre les produits illégaux

Cette demande s’inscrit dans le cadre de la nouvelle loi sur les services numériques (DSA) qui oblige les grandes entreprises technologiques à se conformer à des exigences visant à protéger les consommateurs.

La Commission européenne a demandé plus d’informations à Amazon sur la manière dont le détaillant en ligne protège les consommateurs contre les produits illégaux.

Le géant du commerce électronique doit répondre à la demande d’ici le 6 décembre.

Ces informations pourraient conduire à l’ouverture d’une enquête formelle contre Amazon concernant les évaluations des risques et les mesures d’atténuation qu’il utilise pour protéger les consommateurs et leurs droits en ligne.

Cette demande a été faite dans le cadre de la loi sur les services numériques entrée en vigueur pour les géants de la technologie en août de cette année.

Amazon est désignée par la loi comme une « très grande plateforme en ligne », ce qui signifie qu’elle doit se conformer à de nouvelles règles (telles que plus de transparence, de partage de données et d’obligations de gestion des risques) sous peine de lourdes amendes pouvant atteindre 6 % du chiffre d’affaires mondial de l’entreprise. .

Ces très grandes plateformes comptent au moins 45 millions d’utilisateurs actifs mensuels, ce qui équivaut à environ 10 pour cent de la population de l’UE.

La Commission européenne a envoyé la semaine dernière une demande d’informations au site de commerce électronique chinois AliExpress sur les mesures qu’elle prend pour protéger les consommateurs contre les produits illégaux, tels que la vente de faux médicaments.

Il avait auparavant envoyé des demandes formelles à TikTok, Meta et X (anciennement Twitter) concernant la diffusion de désinformation et de contenus illégaux ou violents.

La Commission européenne peut imposer des amendes pour des informations incorrectes ou trompeuses et peut demander les informations par décision (indiquant ou imposant une pénalité) si Amazon ne répond pas.

La Commission a ajouté que « le défaut de réponse dans les délais pourrait entraîner l’imposition d’astreintes ».

Laisser un commentaire

quinze + 2 =