Ukraine has urged Western allies to ramp up deliveries of weapons and ammunition.

Jean Delaunay

L’UE contourne la Hongrie pour envoyer 1,4 milliard d’euros d’aide militaire et industrielle à l’Ukraine, selon Borrell

Les alliés occidentaux se sont engagés à fournir à Kiev les revenus extraordinaires tirés des actifs immobilisés de la Russie.

L’Union européenne va bientôt envoyer 1,4 milliard d’euros d’aide militaire et industrielle à l’Ukraine après que les ministres des Affaires étrangères ont conclu lundi un accord qui contourne la Hongrie, un pays qui fait obstacle à l’assistance militaire à ce pays déchiré par la guerre depuis plus d’un an.

L’argent frais proviendra des 210 milliards d’euros d’actifs de la Banque centrale russe que le bloc a immobilisés dans le cadre de son régime de sanctions à plusieurs volets. Malgré leur état, ces actifs continuent de générer des revenus que Moscou ne perçoit pas.

Les États membres ont convenu en mars de capter ces revenus et de les canaliser directement dans les caisses de l’Ukraine : 90 % pour les équipements militaires et 10 % pour les projets de reconstruction.

Les 1,4 milliards d’euros constituent la première tranche des 2,5 milliards d’euros que Bruxelles espère gagner cette année grâce aux actifs paralysés.

Veiller à ce que l’aide parvienne au gouvernement de Kiev est devenu une priorité numéro un alors que l’Ukraine tente de contenir une nouvelle poussée des troupes russes à l’Est et supplie ses alliés occidentaux de l’aider à reconstituer ses stocks militaires.

Josep Borrell, le chef de la politique étrangère de l’UE, a présenté lundi une proposition visant à débloquer les 1,4 milliards d’euros et à les protéger des veto nationaux.

« Nous devons fournir à l’Ukraine plus de défense aérienne, plus de munitions et plus de soutien pour le développement de ses propres capacités industrielles », a déclaré Borrell à l’issue de la réunion ministérielle, soulignant les trois objectifs de l’enveloppe financière.

« Poutine continue d’attaquer, ciblant principalement les infrastructures énergétiques. Il est clair que Poutine veut prouver que l’Ukraine est vulnérable et nous devons prouver que nous soutiendrons l’Ukraine », a-t-il ajouté.

Il n’était pas clair dans l’immédiat comment la décision de lundi, qui doit encore être étoffée, contournerait le veto de la Hongrie, étant donné que toute décision de politique étrangère au sein du bloc dépend du principe de l’unanimité.

« Nous comprenons que, légalement, puisqu’un Etat membre n’a pas participé à la décision d’utiliser ces actifs (immobilisés), il n’a pas le droit de participer à la décision à quelles fins ils sont affectés », a déclaré Borrell, sans fournir d’autres explications.

« Les travaux vont désormais s’accélérer sans ce blocage. »

Plus tôt dans la journée, le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a déclaré : « De nouveaux milliards pour l’Ukraine. Cette fois, en renforçant les règles européennes et en laissant de côté la Hongrie. »

Les ministres n’ont toutefois pas réussi à résoudre l’impasse qui dure depuis un an autour de la Facilité européenne pour la paix (FPE), l’outil hors budget que l’UE utilise pour rembourser partiellement les provisions d’armes et de munitions que les États membres envoient à Kiev.

En raison du veto persistant de la Hongrie, l’EPF a accumulé un retard de 6,6 milliards d’euros, un chiffre qui est devenu un embarras public pour les Européens.

Borrell l’a décrit comme une « difficulté structurelle ».

L’impasse du FPE devrait être discutée par les dirigeants européens lors de leur réunion plus tard cette semaine pour un sommet aux enjeux élevés à Bruxelles.

Laisser un commentaire

15 − 11 =