People attend a protest at Heroes

Jean Delaunay

L’opposition hongroise mène la protestation contre le leadership d’Orbán

Les dirigeants de l’opposition ont manifesté dimanche à Budapest contre le gouvernement de Viktor Orbán, en raison de l’utilisation abusive présumée des grâces d’État.

Lors de l’événement organisé sur la place Kossuth Lajos devant le Parlement, les présidents de la Coalition démocratique (DK), Momentum, le Parti socialiste et Parbeszed ont critiqué le régime d’Orbán, ainsi que la grâce accordée par la présidente sortante Katalin Novák au chef adjoint d’un foyer pour enfants reconnu coupable de dissimulation de maltraitance d’enfants.

Ces manifestations sont les dernières d’une série dans laquelle s’abat le dirigeant hongrois, confronté à la plus grande crise politique de ses 14 années de mandat.

Novák et l’ancienne ministre de la Justice Judit Varga ont démissionné au début du mois après qu’il a été révélé qu’un homme qui avait dissimulé des abus sexuels sur des enfants avait été gracié par l’État.

Endre K, ancien directeur adjoint d’un foyer pour enfants géré par l’État, a été gracié par le président Novák l’année dernière avant la visite du pape François. La grâce a ensuite été rendue publique début février.

Klara Dobrev, la première ministre fantôme du Danemark, a déclaré : « Orbán doit partir ; c’est le régime d’Orbán qui doit tomber, sinon le réseau pédophile restera. »

Elle a appelé à « un coup d’État électoral présidentiel » qui, selon elle, était nécessaire « parce que Viktor Orbán a peur du peuple ».

Le DK est le plus grand parti d’opposition de Hongrie.

Orbán est actuellement confronté à de nombreuses pressions politiques : une hausse constante du chômage, des protestations des agriculteurs, ainsi que des tensions internes avec l’OTAN pour ratifier la candidature de la Suède à l’alliance.

Laisser un commentaire

quatre + 9 =