Italian Premier Giorgia Meloni looks on at the Senate at the start of an Italy - Africa summit, in Rome, Monday, Jan. 29, 2024.

Jean Delaunay

L’Italienne Giorgia Meloni ouvre le sommet sur l’Afrique avec un plan visant à freiner la migration et à stimuler le développement

La Première ministre italienne a ouvert le sommet à Rome en dévoilant le plan du pays pour le développement du continent, qui, espère-t-elle, mettra un terme à la migration vers l’Europe.

La Première ministre italienne Giorgia Meloni a ouvert lundi le sommet sur l’Afrique à Rome en dévoilant un plan visant à stimuler le développement du continent qui, espère-t-elle, freinera les arrivées de migrants et forgera une nouvelle relation entre l’Europe et l’Afrique.

Lors de son discours d’ouverture, la Première ministre italienne a présenté une série de projets pilotes dans différents pays qui, selon elle, permettraient à l’Afrique de devenir un exportateur majeur d’énergie vers l’Europe, l’aidant ainsi à réduire sa dépendance à l’égard de l’énergie russe.

« Nous voulons libérer l’énergie africaine pour garantir aux jeunes générations un droit qui jusqu’à présent leur a été refusé », a déclaré Meloni. « Parce qu’ici en Europe, nous parlons beaucoup du droit à émigrer, mais nous parlons rarement de garantir le droit de ne pas être contraint d’émigrer. »

Selon Meloni, le plan de son pays pour le développement de l’Afrique créera des emplois sur le continent et découragera les jeunes de partir et de tenter des voyages dangereux à travers la mer Méditerranée pour atteindre l’Europe. Le plan, nommé d’après le fondateur du géant gazier contrôlé par l’État Eni Enrico Mattei, implique des projets pilotes dans des domaines tels que les soins de santé, l’eau, l’assainissement, l’agriculture et les infrastructures.

« C’est une coopération entre égaux, loin de toute tentation prédatrice mais aussi loin de la posture charitable avec l’Afrique rarement réconciliée avec son extraordinaire potentiel de développement », a déclaré Meloni aux dirigeants.

Mais le plan italien ne semble pas avoir suscité l’enthousiasme des dirigeants africains. Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a déclaré que les pays africains auraient aimé être consultés avant que l’Italie ne présente son plan.

« Nous devons passer des paroles aux actes », a déclaré Faki, l’ancien Premier ministre du Tchad, lors du sommet. « Nous ne pouvons pas nous contenter de promesses qui ne sont jamais tenues. »

Deux douzaines de dirigeants africains, de hauts responsables de l’Union européenne et des Nations Unies et des représentants d’institutions financières internationales participent à l’événement à Rome, le premier événement majeur de la présidence italienne du G7.

Laisser un commentaire

5 − trois =