Iranian Supreme Leader Ayatollah Ali Khamenei waves to media before casting his ballot in the presidential election in Tehran, Iran, Friday, June 28, 2024.

Milos Schmidt

L’Iran organisera vendredi un second tour pour l’élection présidentielle

La loi iranienne exige qu’un vainqueur obtienne plus de 50 % de tous les suffrages exprimés. Dans le cas contraire, les deux meilleurs candidats de la course passeront au second tour une semaine plus tard.

L’Iran organisera un second tour d’élection présidentielle pour remplacer l’ancien président de la ligne dure Ebrahim Raisi, a déclaré un responsable samedi, après qu’un premier vote a vu les principaux candidats ne pas obtenir une victoire absolue.

L’élection de vendredi verra le candidat réformateur Masoud Pezeshkian affronter l’ancien négociateur nucléaire dur Saeed Jalili.

Les résultats ont été annoncés lors d’une conférence de presse diffusée à la télévision d’État iranienne par Mohsen Eslami, porte-parole des élections.

Pezeshkian a pris la tête du scrutin avec 10,4 millions de voix sur 24,5 millions. Alors que Jalili a obtenu 9,4 millions de voix, le président du Parlement Mohammad Bagher Qalibaf a obtenu 3,3 millions et le religieux chiite Mostafa Pourmohammadi a obtenu plus de 206 000 voix.

En Iran, la loi stipule qu’un candidat doit obtenir plus de 50 % des voix pour être élu. Si cette condition n’est pas remplie, les deux candidats arrivés en tête se disputeront un second tour la semaine suivante.

Historiquement, l’Iran n’a connu qu’un seul second tour, en 2005, lorsque le partisan de la ligne dure Mahmoud Ahmadinejad a battu l’ancien président Akbar Hashemi Rafsanjani.

Cependant, une fois que le nouveau dirigeant aura choisi le Conseil des Gardiens du pays, un conseil de 12 membres nommés et mandatés par la Constitution, il devra approuver formellement les résultats, mais selon Eslami, aucun candidat n’a eu de contestation immédiate.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé que le taux de participation était de 40 pour cent, ce qui, si cela est exact, constitue le chiffre le plus bas depuis la révolution islamique de 1979.

Ce chiffre est une nouvelle indication que de nombreux Iraniens restent déçus par le manque de démocratie dans leur pays, les femmes étant particulièrement touchées par le manque de libertés fondamentales.

Une militante iranienne bien connue a publié une vidéo de ce qu’elle décrit comme l’arrestation violente d’une femme, simplement parce qu’elle ne portait pas son hijab de la manière autorisée.

Les femmes et les défenseurs d’un changement radical n’ont pas été autorisés à se présenter, et les élections ne seront soumises à aucune surveillance de la part d’observateurs internationalement reconnus.

Des appels au boycott ont été lancés, notamment de la part de Narges Mohammadi, lauréat du prix Nobel de la paix emprisonné. Mir Hossein Mousavi, leader des manifestations du Mouvement vert de 2009 et toujours assigné à résidence, a également refusé de voter, selon sa fille.

Les critiques soutiennent que Pezeshkian représente un autre candidat approuvé par le gouvernement. Dans un documentaire de la télévision d’État sur Pezeshkian, une femme a déclaré que sa génération développait le même niveau d’animosité envers le gouvernement que la génération de Pezeshkian avait ressenti pendant la révolution de 1979.

Ebrahim Raisi, figure clé de la politique iranienne, est décédé dans un accident d’hélicoptère le 19 mai, en même temps que le ministre des Affaires étrangères du pays et d’autres personnalités. Raisi était considéré comme un protégé du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, et un successeur potentiel, bien qu’il soit largement connu pour son rôle dans les exécutions de masse de 1988 et la répression sanglante de l’opposition suite aux manifestations contre la mort de Mahsa Amini, une jeune femme détenue pour avoir prétendument porté de manière inappropriée le hijab obligatoire.

Laisser un commentaire

1 × 1 =