International Atomic Energy Organization, IAEA, Director General Rafael Grossi, left, and head of Iran

Jean Delaunay

L’Iran et l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU cherchent une voie à suivre en matière d’inspections de l’enrichissement de l’uranium

Les tensions avec Israël et l’enrichissement en cours de l’uranium par Téhéran ont mis le régime international de contrôle des armes nucléaires sous forte pression.

L’Iran et l’organisme de surveillance nucléaire des Nations Unies négocient toujours sur la manière de mettre en œuvre un accord conclu l’année dernière pour étendre les inspections du programme atomique de la République islamique qui progresse rapidement, ont déclaré mardi des responsables.

La reconnaissance du chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Mariano Grossi, montre les défis auxquels ses inspecteurs sont confrontés, des années après l’échec de l’accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales et les tensions plus larges qui s’emparent du Moyen-Orient à la lumière des tensions actuelles. Guerre Israël-Hamas.

Grossi a précédemment averti que Téhéran avait enrichi de l’uranium à des niveaux proches de celui de la fabrication d’armes nucléaires pour potentiellement fabriquer « plusieurs » bombes nucléaires s’il décidait de le faire.

Il a également reconnu l’incapacité de l’agence à garantir qu’aucune des centrifugeuses iraniennes n’ait été utilisée à des fins d’enrichissement clandestin.

Un ouvrier roule à vélo devant le bâtiment du réacteur de la centrale nucléaire de Bouchehr, juste à l'extérieur de la ville méridionale de Bouchehr, en Iran, le 26 octobre 2010.
Un ouvrier roule à vélo devant le bâtiment du réacteur de la centrale nucléaire de Bouchehr, juste à l’extérieur de la ville méridionale de Bouchehr, en Iran, le 26 octobre 2010.

Lors d’une visite dans la ville iranienne d’Ispahan, Grossi a tenu une conférence de presse aux côtés de Mohammad Eslami, chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique. Même si les deux hommes ont déclaré qu’aucun nouvel accord ne serait conclu dans l’immédiat au cours de la visite, ils ont souligné une déclaration commune de mars 2023 comme une voie à suivre pour la coopération.

Cette déclaration comprenait un engagement de l’Iran à résoudre les problèmes autour des sites où les inspecteurs ont des questions sur une éventuelle activité nucléaire non déclarée, et à permettre à l’AIEA de « mettre en œuvre d’autres activités de vérification et de surveillance appropriées ».

Bien que Grossi ait fourni peu de détails sur les discussions en cours, selon les équipes techniques de Grossi, elles étaient en négociations. Il a souligné la nécessité de mesures concrètes pour mettre en œuvre l’accord. Eslami, quant à lui, a qualifié les problèmes de mise en œuvre de « principalement politiques ».

Dans une déclaration ultérieure à Vienne, Grossi a réaffirmé que la déclaration commune de 2023 était « toujours d’actualité ».

« Je veux des résultats et je les veux bientôt », a déclaré Grossi aux journalistes à l’aéroport de Vienne. « La situation actuelle est totalement insatisfaisante », a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, les tensions entre l’Iran et Israël ont récemment atteint un nouveau sommet alors que la guerre à Gaza se poursuit.

Téhéran a lancé une attaque de drones et de missiles sans précédent contre Israël le mois dernier, après des années de guerre fantôme entre les deux pays qui ont atteint leur paroxysme avec l’attaque apparente d’Israël contre un bâtiment consulaire iranien en Syrie qui a tué deux généraux iraniens et d’autres.

Ispahan elle-même a apparemment été sous le feu des tirs israéliens ces dernières semaines, bien qu’elle soit entourée de sites nucléaires sensibles.

Eslami, dans ses remarques, a accusé Israël de s’immiscer dans les relations entre l’AIEA et l’Iran.

« Il est important de veiller à ce que les actions hostiles contre la République islamique d’Iran, dont les sionistes sont à l’origine (…) n’affectent pas les interactions entre l’Iran et l’agence », a déclaré Eslami. « Ce qui est montré dans les médias est basé sur les manipulations du régime sioniste. »

Laisser un commentaire

15 + 17 =