L’Iran arrête une avocate des droits de l’homme après avoir assisté aux funérailles d’une jeune fille blessée dans un mystérieux incident dans le métro

Jean Delaunay

L’Iran arrête une avocate des droits de l’homme après avoir assisté aux funérailles d’une jeune fille blessée dans un mystérieux incident dans le métro

Samedi, l’avocate des droits Nasrin Sotoudeh – connue pour avoir défendu des militants, des politiciens de l’opposition et des femmes poursuivies en Iran pour avoir enlevé leur foulard – a qualifié la mort de Geravand de « autre meurtre d’État ».

Les autorités iraniennes ont arrêté dimanche une éminente avocate des droits de l’homme après qu’elle ait assisté aux funérailles d’une adolescente décédée après avoir été blessée il y a quelques semaines lors d’un mystérieux incident dans le métro de Téhéran.

Le rapport de l’agence de presse semi-officielle Fars, proche des forces de sécurité du pays, indique que les autorités ont arrêté Nasrin Sotoudeh sous l’accusation de violation de la loi iranienne sur le foulard obligatoire, ou hijab.

De nombreux autres médias iraniens ont republié l’article et ont indiqué que de nombreuses arrestations avaient eu lieu lors des funérailles d’Armita Geravanad, qui ne portait pas non plus de foulard au moment où elle a été blessée.

Samedi, Sotoudeh, 60 ans – connue pour avoir défendu des militants, des politiciens de l’opposition et des femmes poursuivies en Iran pour avoir enlevé leur foulard – a qualifié la mort de Geravand de « autre meurtre d’État ».

Les funérailles ont eu lieu dimanche matin.

Geravand a été blessé et dans le coma pendant des semaines à Téhéran. Sa mort est survenue après le premier anniversaire de la mort de Mahsa Amini, 22 ans, alors qu’elle était sous la garde de la police des mœurs iranienne. Elle aussi a été arrêtée parce qu’elle ne portait pas de foulard. Sa mort avait alors déclenché des protestations à l’échelle nationale.

On ne sait pas exactement ce qui s’est passé dans les quelques secondes qui ont suivi l’entrée de Geravand dans le train le 1er octobre. Un ami a déclaré à la télévision d’État iranienne que Geravand s’était cognée la tête contre le quai de la station. Cependant, des images vidéo silencieuses prises depuis l’extérieur d’une voiture à proximité sont bloquées par un passant. Quelques secondes plus tard, son corps mou est emporté.

Cependant, le reportage de la télévision d’État iranienne ne comprenait aucune image de l’intérieur du train lui-même et n’offrait aucune explication sur la raison pour laquelle elle n’avait pas été diffusée. La plupart des wagons du métro de Téhéran sont équipés de plusieurs caméras de vidéosurveillance, visibles par le personnel de sécurité.

DOSSIER - Dans cette image d'une vidéo de surveillance diffusée par la télévision d'État iranienne, des femmes tirent Armita Geravand, 16 ans, d'un wagon du métro de Téhéran, le 1er octobre 2023.
DOSSIER – Dans cette image d’une vidéo de surveillance diffusée par la télévision d’État iranienne, des femmes tirent Armita Geravand, 16 ans, d’un wagon du métro de Téhéran, le 1er octobre 2023.

Les parents de Geravand sont apparus dans des images des médias d’État disant qu’un problème de tension artérielle, une chute ou peut-être les deux avaient contribué à la blessure de leur fille.

Des militants à l’étranger soupçonnent que Geravand a peut-être été bousculé ou attaqué parce qu’il ne portait pas le hijab. Ils ont exigé une enquête indépendante de la part de la mission d’enquête des Nations Unies sur l’Iran, citant la pression exercée par la théocratie sur les familles des victimes et le fait que la télévision d’État ait diffusé des centaines d’aveux forcés.

Sotoudeh avait déjà été arrêté en 2018 pour collusion et propagande contre les dirigeants iraniens et avait finalement été condamné à 38 ans de prison et 148 coups de fouet. Elle a été libérée en 2020 mais les détails sur les conditions de sa libération n’ont pas été annoncés. Sotoudeh se rendait occasionnellement dans des cliniques car elle souffrait de problèmes gastro-intestinaux chroniques et de problèmes de pieds.

Laisser un commentaire

dix-sept − 10 =