Gaza

Jean Delaunay

Libération d’au moins 55 Palestiniens détenus par Israël à Gaza

Dans des commentaires vidéo diffusés par les médias palestiniens après sa libération, Abou Selmia a accusé les autorités israéliennes de maltraiter les détenus palestiniens, affirmant qu’ils étaient « soumis à une humiliation physique et psychologique quotidienne ».

Au moins 55 Palestiniens détenus à Gaza ont été libérés par Israël lundi, dont le directeur de son principal hôpital.

Mohammed Abu Selmia, aux côtés d’autres personnes, a été capturé en novembre lorsque les forces israéliennes ont attaqué l’hôpital Shifa.

Dans des commentaires vidéo diffusés par les médias palestiniens après sa libération, Abu Selmia a accusé les autorités israéliennes de soumettre les détenus palestiniens à « une humiliation physique et psychologique quotidienne », une allégation que les autorités israéliennes ont démentie.

Israël accuse le Hamas et d’autres groupes militants de s’abriter dans des hôpitaux et de les utiliser à des fins militaires.

Les responsables palestiniens de la santé affirment que les raids israéliens ont contraint plusieurs hôpitaux à fermer ou à réduire considérablement leurs services, mettant ainsi les civils en danger.

Les hôpitaux peuvent perdre leur protection en vertu du droit international s’ils sont utilisés à des fins militaires.

Projectiles tirés sur Israël depuis Gaza

Pendant ce temps, l’armée israélienne a déclaré lundi qu’une vingtaine de projectiles avaient été tirés depuis Gaza sur les communautés proches de la frontière.

Aucune victime ni aucun dégât n’ont été signalés dans l’immédiat.

Mais près de neuf mois après le début de l’offensive massive d’Israël sur Gaza, les militants palestiniens ont continué à lancer des attaques sporadiques à la roquette, bien que leur intensité ait été considérablement réduite.

Les combattants se sont également regroupés dans les zones fortement endommagées de Gaza, où les troupes terrestres israéliennes opéraient plus tôt dans la guerre.

Ces derniers jours, des combats ont éclaté dans le nord, qui avait été en grande partie évacué et lourdement bombardé au début de la guerre.

Des dizaines de milliers de personnes ont fui la région ces derniers jours, selon les Nations Unies.

Israël a lancé la guerre après l’attaque du Hamas, au cours de laquelle des militants ont fait irruption dans le sud d’Israël, tuant quelque 1 200 personnes – pour la plupart des civils – et en enlevant environ 250.

Depuis, les offensives terrestres et les bombardements israéliens ont tué plus de 37 700 personnes à Gaza, selon le ministère de la Santé du territoire, qui ne fait pas de distinction entre combattants et civils dans son décompte.

La guerre a largement interrompu l’approvisionnement en nourriture, en médicaments et en biens de première nécessité de Gaza, et la population est désormais totalement dépendante de l’aide.

Le plus haut tribunal des Nations Unies a conclu qu’il existe un « risque plausible de génocide » à Gaza – une accusation qu’Israël nie fermement.

Laisser un commentaire

quinze + quinze =