Will the far-right win big in the EU elections? A focus on Germany and Portugal

Jean Delaunay

L’extrême droite gagnera-t-elle gros aux élections européennes ? Focus sur l’Allemagne et le Portugal

L’extrême droite se développe dans toute l’Europe et semble sur le point de bouleverser l’équilibre politique lors des prochaines élections européennes. Qui vote pour et pourquoi ? La journaliste témoin Monica Pinna s’est rendue en Allemagne et au Portugal pour entendre les dirigeants et les partisans de l’AfD et de Chega.

Deux partis, deux pays, un objectif ; changer l’Europe de l’intérieur. La rhétorique populiste devrait avoir un impact important lors des élections européennes, les sondages suggérant que les partis conservateurs d’extrême droite et les plus radicaux deviendront la troisième force au prochain Parlement européen. L’Allemagne élira le plus grand nombre de députés européens parmi les États membres, soit 96. Le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne, AfD, vise à en avoir 20. Mais y parviendront-ils ?

Nous avons besoin de plus de pouvoir pour les États-nations. Nous avons besoin de moins de compétences à Bruxelles.

Maximilien Krah

chef de l’AfD

Des centaines de personnes ont participé à la marche de Gera lundi
Des centaines de personnes ont participé à la marche de Gera lundi

Faire fi du scandale

L’AfD reste en position de force malgré plusieurs scandales impliquant ses membres. Le parti a récemment été exclu du groupe d’extrême droite Identité et Démocratie au Parlement européen après que son principal candidat ait déclaré au journal italien La Repubblica que tous les SS nazis n’étaient pas des criminels. Maximilian Krah reste le candidat tête de liste de l’AfD aux élections européennes. Dans une interview accordée à L’Observatoire de l’Europe, il a exposé la vision de l’AfD pour l’Europe :

« Nous avons besoin de plus de pouvoir pour les États-nations », a-t-il déclaré. « Nous avons besoin de moins de compétences à Bruxelles et de plus de compétitivité. Mais nous avons besoin d’une approche commune en ce qui concerne les accords commerciaux, les douanes et les orientations de la politique étrangère.»

Dans le Land de Thuringe, dans l’est du pays, l’AfD est bien placée pour devenir la principale force politique du nouveau Parlement du Land, même si elle est surveillée en raison de ses liens avec les néo-nazis. Björn Höcke, leader de l’AfD de Thuringe et principal candidat aux élections régionales, a récemment été condamné à une amende pour avoir délibérément utilisé un slogan nazi interdit lors d’un discours de campagne. Il y a cinq ans, un autre tribunal a statué qu’il pouvait à juste titre être qualifié de « fasciste ».

Lundi mars à Gera.  Personne portant un T-shirt avec le slogan : « Pas intéressé par l’immigration – 100 % aryen »
Lundi mars à Gera. Personne portant un T-shirt avec le slogan : « Pas intéressé par l’immigration – 100 % aryen »

La démocratie sous pression

Selon les experts du « Projet Thuringe », la démocratie est sous pression dans toute l’Europe, car des populistes autoritaires tentent de changer les règles de la démocratie de l’intérieur :

« Au niveau de l’État de Thuringe, un ministre-président de l’AfD pourrait abolir le service public de radiodiffusion en signant », déclare Friedrich Zillessen, rédacteur en chef du Constitution Blog et du Projet Thuringe. « Cela pourrait influencer la politique culturelle dans les écoles et fixer les priorités différemment. Et ce sont toutes des options formellement légales, mais elles causent une détresse à notre démocratie dans son ensemble », a-t-il ajouté.

La montée en puissance de Chega a déclenché des protestations de groupes antifascistes
La montée en puissance de Chega a déclenché des protestations de groupes antifascistes

Originaire d’un pays où l’extrême droite est profondément ancrée, je me suis rendu au Portugal où un vote de protestation a propulsé le groupe de droite radicale sur le devant de la scène. Lors des élections générales de mars, le parti d’extrême droite Chega a remporté 50 sièges au Parlement. Elle est devenue la troisième force politique du Portugal. Pour les gauchistes, ce fut un coup dur au cours du mois où le Portugal marquait le 50e anniversaire de la fin de la dictature nationaliste de Salazar.

Le défi de Chega à l’establishment

Alors que Lisbonne célébrait ce moment historique, L’Observatoire de l’Europe a rencontré André Ventura, fondateur et leader de Chega, au parlement national. Il s’est présenté comme un homme politique contestataire visant à réformer la justice ainsi que le système économique et politique. Il a critiqué la démocratie actuelle du Portugal :

« En fait, nous n’avons jamais été un pays super-démocratique. Chega a été le premier parti, dans toute l’histoire de la démocratie (au Portugal), à réussir à briser le système bipartite », a déclaré André Ventura.

La meilleure façon de défendre l’Europe n’est pas de démanteler l’Union européenne, mais nous ne pouvons pas laisser l’UE détruire l’identité de tous les pays.

André Ventura

Chef Chega

Militants anti-Chega lors du 25 avril à Lisbonne
Militants anti-Chega lors du 25 avril à Lisbonne

Ventura a fondé Chega, qui signifie « Assez ! », en 2019. En seulement cinq ans, son parti est passé de 1,3 % des voix à 18 % lors des récentes élections générales. Le chef de la coalition de centre-droit arrivé en tête du scrutin a refusé de s’allier avec Chega, mais certains alliés populistes du parti au sein du groupe Identité et Démocratie du Parlement européen se montrent enthousiastes.

« La meilleure façon de défendre l’Europe n’est pas de démanteler l’Union européenne, mais nous ne pouvons pas laisser l’UE détruire l’identité de tous les pays et définir des choses comme l’immigration, notre politique fiscale, notre politique économique. Ce que nous mangeons, ce que nous pouvons manger ou non.

Malgré les divisions et les fissures, l’extrême droite européenne semble être là pour rester. La question est de savoir si les partis radicaux gagneront suffisamment lors des prochaines élections européennes pour influencer les politiques et les lois ? Une chose est sûre, le scrutin de juin sera un test pour la démocratie libérale et l’Europe telle que nous la connaissons.

Laisser un commentaire

19 − dix-sept =