President of the Green Party Marine Tondelier, right, attends a campaign meeting of the France

Jean Delaunay

Les Verts français exhortent la coalition présidentielle à bloquer l’extrême droite au second tour

Les Verts souhaitent que les partis de la coalition du Premier ministre Gabriel Attal s’engagent à se retirer de la course au second tour si cela implique de bloquer le Rassemblement national d’extrême droite.

Le chef du Parti Vert français a appelé les dirigeants de la coalition présidentielle à s’engager à se retirer des élections législatives du second tour pour empêcher les candidats d’extrême droite de gagner.

Dans une lettre adressée aux présidents de quatre partis politiques de la coalition d’Emmanuel Macron, Marine Tondelier, secrétaire nationale du parti écologiste français, écrit que la « situation du pays appelle des engagements simples et clairs ».

Son parti « ferait tout pour battre les candidats du Rassemblement national », a ajouté Tondelier.

De récents sondages suggèrent que lors des élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet, le Rassemblement national (RN) remportera le plus grand nombre de voix, suivi de la grande coalition de gauche, le Nouveau Front populaire (NFP).

Tondelier a déclaré que son parti soutiendrait un candidat « républicain » plutôt qu’un candidat du Rassemblement national au second tour des élections, ajoutant que toutes les circonscriptions comptent.

Alors que les candidats arrivés premier et deuxième au premier tour se qualifient généralement pour le second tour, ceux qui obtiennent plus de 12,5 % des voix peuvent également passer le premier tour.

Cela signifie que plusieurs candidats peuvent se présenter au deuxième vote le 7 juillet.

« Si nous arrivons à la troisième place et que le candidat RN a des chances de l’emporter, nous retirerions notre candidat au profit d’un candidat aux valeurs républicaines », a déclaré Tondelier.

Une « troisième voie » pour arrêter les extrêmes ?

La coalition de Macron est arrivée loin derrière l’extrême droite aux élections européennes de juin, la défaite politique majeure ayant incité le président à dissoudre le Parlement et à convoquer des élections anticipées.

Désormais, avec une nouvelle coalition de gauche, les centristes de Macron pourraient arriver en troisième position. La coalition présidentielle ne se présente ni à gauche ni à droite, le président affirmant cette semaine que les programmes des deux « extrêmes » pourraient conduire à une « guerre civile ».

Macron a également déclaré dans une lettre publiée dimanche par la radio locale France Bleu que la coalition Ensemble pour la République de son Premier ministre représentait une « troisième voie » et la seule proposition qui « peut certainement faire barrage à l’extrême droite comme à l’extrême gauche au second tour ».

« Certains ont voulu assimiler ce Nouveau Front populaire et le Rassemblement national. On comprend très bien l’intérêt électoral qui a pu les pousser à tomber dans ce piège », a déclaré M. Tondelier.

Elle a souligné que le RN a été officiellement classé « d’extrême droite » par le gouvernement, tandis que les partis de la coalition de gauche ont été classés « de gauche ».

Un éditorial publié mardi dans le journal français Le Monde et signé par plus de 220 hommes politiques et membres de la société civile appelle à ce que les « forces démocratiques » s’unissent et empêchent l’extrême droite de gagner.

Ils ont appelé à « éviter la catastrophe démocratique, économique, sociale et écologique que serait l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite ».

Cependant, une ministre du gouvernement signataire de l’éditorial, Agnès Pannier-Runacher, a précisé qu’elle ne soutiendrait pas un candidat du parti de gauche La France Insoumise, ou La France Insoumise, qui fait partie de la coalition de gauche.

« L’extrême droite et l’extrême gauche attisent les tensions au sein de notre société », a-t-elle écrit mercredi sur le réseau social X.

« Le vote utile, c’est dès le premier tour de dimanche. Et les candidats derrière (Premier ministre) Gabriel Attal sont les mieux placés pour faire barrage aux extrêmes de droite et de gauche », a-t-elle ajouté.

Laisser un commentaire

vingt + neuf =