Democratic Unionist Party (DUP) leader Jeffrey Donaldson speaks to the media during a press conference at Hinch Distillery, Temple, Northern Ireland, Tuesday, Jan. 30, 2024.

Jean Delaunay

Les unionistes conviennent de rétablir le gouvernement en Irlande du Nord

La décision du DUP se heurte à l’opposition de certains syndicalistes radicaux, qui défendent farouchement la place de l’Irlande du Nord au Royaume-Uni.

Le plus grand parti unioniste britannique d’Irlande du Nord a accepté de mettre fin à un boycott qui a laissé les habitants de la région sans gouvernement régional pendant deux ans, a-t-il annoncé mardi – une avancée qui pourrait permettre de rétablir d’ici quelques jours l’administration de partage du pouvoir à Belfast.

Cette avancée s’est produite peu de temps après que le gouvernement britannique a donné aux partis politiques d’Irlande du Nord jusqu’au 8 février pour rétablir le gouvernement effondré à Belfast ou se présenter à de nouvelles élections.

Après une réunion nocturne, le chef du Parti unioniste démocrate, Jeffrey Donaldson, a annoncé que l’exécutif du parti avait soutenu les propositions visant à revenir au gouvernement.

Il a déclaré que les accords conclus avec le gouvernement britannique à Londres « fournissent une base permettant à notre parti de nommer des membres à l’exécutif d’Irlande du Nord, permettant ainsi la restauration des institutions élues localement ».

« Toutes les conditions sont réunies pour le retour de l’Assemblée », a déclaré le secrétaire d’Irlande du Nord Chris Heaton-Harris après l’annonce de la nouvelle.

« Les partis habilités à former un exécutif se réunissent aujourd’hui pour discuter de ces questions, et j’espère pouvoir finaliser cet accord avec les partis politiques dans les plus brefs délais. »

Une voie à suivre

Selon les règles de partage du pouvoir établies dans le cadre du processus de paix en Irlande du Nord, l’administration doit inclure à la fois des syndicalistes britanniques et des nationalistes irlandais.

Mais le DUP, qui soutient farouchement le maintien de l’Irlande du Nord au Royaume-Uni plutôt que son unification avec la République d’Irlande, s’est retiré en février 2022 dans le cadre d’un différend sur les règles commerciales post-Brexit.

Depuis, il refuse de revenir au gouvernement et de partager le pouvoir avec le parti nationaliste irlandais Sinn Fein, qui détient désormais le plus de sièges à l’Assemblée.

Une ombre de manifestants loyalistes est visible sur le mur à l'extérieur du terrain où se déroule la réunion exécutive du Parti unioniste démocratique à Larchfield Estate à Lisburn.
Une ombre de manifestants loyalistes est visible sur le mur à l’extérieur du terrain où se déroule la réunion exécutive du Parti unioniste démocratique à Larchfield Estate à Lisburn.

Le débrayage a laissé les 1,9 millions d’habitants d’Irlande du Nord sans une administration opérationnelle capable de prendre des décisions clés – et ce, alors que le coût de la vie montait en flèche et que les arriérés mettaient à rude épreuve le système de santé publique, qui craquait.

Les enseignants, infirmières et autres travailleurs du secteur public d’Irlande du Nord ont organisé ce mois-ci une grève de 24 heures pour appeler les hommes politiques à revenir au gouvernement et à leur accorder une augmentation de salaire longtemps retardée.

Le gouvernement britannique a accepté de donner à l’Irlande du Nord plus de 3 milliards de livres sterling (3,5 milliards d’euros) pour ses services publics, mais seulement lorsque l’exécutif de Belfast sera à nouveau opérationnel.

Laisser un commentaire

deux × 3 =