Les troupes israéliennes au « cœur » de la ville de Gaza, les États-Unis mettent en garde contre l’occupation de Gaza, les cimetières sont désormais pleins

Jean Delaunay

Les troupes israéliennes au « cœur » de la ville de Gaza, les États-Unis mettent en garde contre l’occupation de Gaza, les cimetières sont désormais pleins

Les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas.

Les troupes israéliennes au « cœur » de la ville de Gaza

L’armée israélienne a déclaré qu’elle combattait dans le centre de la ville de Gaza, où vivent toujours des milliers de civils confrontés à une situation de plus en plus désastreuse après un mois de guerre meurtrière.

Les soldats israéliens se trouvaient désormais « au cœur » de la plus grande ville du territoire palestinien, a déclaré mardi soir le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant.

Ces commentaires marquent une nouvelle étape pour l’armée israélienne alors qu’elle se dirige vers ce qu’elle considère comme le quartier général et le bastion du Hamas.

Les combats terrestres et les frappes israéliennes se sont intensifiés ces derniers jours pour « détruire » le groupe militant palestinien, a-t-il déclaré, ajoutant « qu’il n’y aura pas de trêve humanitaire sans le retour des otages ».

Une unité d'artillerie mobile israélienne tire un obus depuis le sud d'Israël vers la bande de Gaza, dans une position proche de la frontière entre Israël et Gaza, le lundi 6 novembre 2023.
Une unité d’artillerie mobile israélienne tire un obus depuis le sud d’Israël vers la bande de Gaza, dans une position proche de la frontière entre Israël et Gaza, le lundi 6 novembre 2023.

Plus de 240 personnes ont été kidnappées par le Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, déclenchant la guerre.

Les organisations internationales n’ont cessé d’appeler à un cessez-le-feu immédiat face aux attaques de représailles d’Israël à Gaza qui ont infligé un terrible tribut aux civils.

La ville de Gaza était peuplée de quelque 600 000 habitants avant le début des combats.

Plus de 10 300 personnes, dont 4 237 enfants, ont été tuées lors des frappes israéliennes contre Gaza depuis le 7 octobre, selon les autorités palestiniennes.

Au moins 1 400 personnes – pour la plupart des civils – sont mortes le jour de l’attaque du Hamas, la plus meurtrière de l’histoire d’Israël.

Les civils de Gaza demandent à être « sauvés » alors que les cimetières débordent

Pour les 2,4 millions d’habitants de Gaza, le désespoir est désormais intense après un mois de bombardements israéliens incessants.

« Arrêtez cette machine de destruction. Sauvez-nous », a imploré Hicham Koulab, un Palestinien déplacé, pris dans les bombardements israéliens sur Rafah, au sud de Gaza.

Mardi, le Hamas a déclaré sur Telegram que plusieurs cimetières du territoire « sont pleins et qu’il n’y a plus de place pour les enterrements ».

Coincés dans une poche de terre d’environ 362 km2, les Gazaouis sont soumis à un siège total, les privant d’eau, d’électricité et de nourriture depuis le 9 octobre. Les lignes Internet et téléphoniques ont également été coupées par intermittence.

Dans le nord, les gens « recherchent désespérément de la nourriture », seules trois boulangeries disposant de stocks de farine, selon l’OCHA.

Dans le sud, il faut « quatre à six heures d’attente en moyenne pour recevoir la moitié d’une portion normale de pain », ajoute l’organisation onusienne.

L’armée israélienne a exhorté les civils à quitter le nord et à se réfugier dans le sud, qu’elle prétend plus sûr. Pourtant, ils ont continué à bombarder cette partie de Gaza, où s’entassent des centaines de milliers de personnes déplacées.

On estime que plus de 1,5 million de personnes sont déplacées à l’intérieur de Gaza.

Environ la moitié de la population du territoire est composée d’enfants.

Le Hamas nie qu’Israël ait réalisé d’importants progrès militaires dans la ville de Gaza

Le porte-parole du Hamas, Ghazi Hamad, a déclaré mardi que les forces israéliennes n’avaient réalisé aucun progrès militaire significatif ou qu’elles avaient avancé profondément dans la ville de Gaza.

« Ils ne révèlent jamais la vérité aux gens », a déclaré Hamad. Il a ajouté que de nombreux soldats israéliens ont été tués lundi et que « de nombreux chars ont été détruits ».

Des Palestiniens regardent les bâtiments détruits lors des bombardements israéliens dans la morgue de Deir al Balah, dans la bande de Gaza, le mardi 7 novembre 2023.
Des Palestiniens regardent les bâtiments détruits lors des bombardements israéliens dans la morgue de Deir al Balah, dans la bande de Gaza, le mardi 7 novembre 2023.

« Les Palestiniens se battent, se battent et se battent contre Israël jusqu’à ce que nous mettions fin à l’occupation », a déclaré Hamad, qui a quitté Gaza pour Beyrouth quelques jours avant l’attaque.

L’armée israélienne affirme avoir tué des milliers de combattants du Hamas au cours de cette guerre qui a duré un mois.

L’Observatoire de l’Europe ne peut pas vérifier de manière indépendante les affirmations des deux parties.

Les États-Unis ne soutiennent pas la réoccupation de Gaza par Israël

La Maison Blanche a réitéré mardi que le président Joe Biden ne soutenait pas une occupation israélienne de la bande de Gaza une fois la guerre terminée.

Interrogé sur les commentaires de Netanyahu, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré qu’il laisserait à Netanyahu le soin de clarifier ce qu’il entend par avoir un contrôle « indéfini » sur la sécurité de Gaza.

« Il doit y avoir un ensemble de discussions saines sur ce à quoi ressemble Gaza après le conflit et à quoi ressemble la gouvernance », a déclaré Kirby aux journalistes.

« Ce sur quoi nous sommes absolument d’accord avec nos homologues israéliens, c’est sur ce à quoi cela ne peut pas ressembler, et cela ne peut pas ressembler à ce qu’il était le 6 octobre. »

Biden avait précédemment déclaré que ce serait une « erreur » de la part d’Israël d’occuper Gaza.

Laisser un commentaire

dix-sept − 17 =