Nicolas Schmit has been elected the lead candidate of the Party of European Socialists (PES).

Jean Delaunay

Les socialistes européens élisent Nicolas Schmit comme tête de liste pour affronter Ursula von der Leyen

Le Parti socialiste européen (PSE) a élu Nicolas Schmit comme principal candidat aux élections européennes, sur fond d’inquiétudes quant à une montée de l’extrême droite.

Schmit, l’actuel commissaire européen à l’emploi et aux droits sociaux, a reçu son mandat par acclamation samedi après-midi à l’issue du congrès du parti à Rome. L’homme politique luxembourgeois de 70 ans a mené la course interne sans contestation, puisqu’il était le seul nom proposé.

« Nous ne permettrons pas que l’Europe emprunte la voie de l’austérité et de la répression sociale comme elle l’a fait pendant la crise financière. C’est l’argument principal, c’est pourquoi nous voulons gagner ces élections, ensemble, dans les 27 Etats membres », a déclaré Schmit. le public de La Nuvola, dans la banlieue de Rome, alors qu’il montait sur scène entouré de jeunes militants.

« Je veux que les électeurs sachent que les sociaux-démocrates continueront à se battre pour tous les citoyens et respecteront leurs engagements et leurs promesses. »

En conséquence, Schmit affrontera sa patronne, Ursula von der Leyen, la tête de liste du Parti populaire européen (PPE) de centre-droit.

Tous deux font partie de ce qu’on appelle Spitzenkandidaten système, dans lequel les partis qui participent aux élections au Parlement européen sont censés sélectionner un candidat de premier plan pour présider la Commission européenne, l’institution la plus puissante et la plus influente du bloc. Certains groupes suivent le modèle, tandis que d’autres choisissent de l’ignorer.

La course à venir sera cependant profondément inégale : Ursula von der Leyen est indiscutablement en tête grâce à la solide réputation qu’elle s’est bâtie tout au long de son premier mandat à la Commission, à partir duquel elle a dirigé les politiques de transformation pour faire face au changement climatique, la lutte contre le COVID La pandémie du Covid-19, l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la crise énergétique et le comportement affirmé de la Chine.

Schmit, de son côté, fait profil bas depuis son arrivée à Bruxelles en 2019, lorsque von der Leyen lui a confié le portefeuille de l’emploi et des droits sociaux. Parmi ses projets les plus notables figuraient le lancement d’un programme de 100 milliards d’euros pour les dispositifs de chômage partiel pendant les confinements liés au coronavirus et une directive visant à garantir que le salaire minimum soit fixé à des « niveaux adéquats ». Sa proposition visant à améliorer les conditions des travailleurs des plateformes, ceux qui desservent des applications comme Uber, Deliveroo et Glovo, est actuellement bloquée dans les négociations entre les États membres et est sur le point de sombrer dans les limbes.

Le cabinet de Schmit est l’une des équipes supervisant le gel des fonds européens destinés à la Hongrie en raison de déficiences persistantes en matière d’État de droit. Le commissaire a fait face à la colère du Parlement après que l’exécutif ait débloqué 10,2 milliards d’euros de fonds de cohésion pour Budapest, malgré l’attitude hostile de Viktor Orbán et les appels de la société civile. À l’heure actuelle, la Hongrie n’a toujours pas accès à environ 21 milliards d’euros de fonds de cohésion et de relance.

S’exprimant devant les hauts responsables du PSE, notamment l’Allemand Olaf Scholz, l’Espagnol Pedro Sánchez, le Portugais António Costa et la Danoise Mette Frederiksen, le candidat désigné a tenté de renforcer sa base de pouvoir et s’est engagé à défendre les valeurs et priorités fondamentales du parti: droits du travail, égalité des sexes, action climatique et justice sociale.

« Nous sommes le mouvement qui lutte contre la précarité, notamment la vie et l’emploi des jeunes », a-t-il déclaré. « Nous nous battrons pour le Green Deal avec le cœur rouge. »

Pourtant, Schmit n’a pratiquement aucune chance de prendre la tête de la Commission. Les Socialistes et Démocrates (S&D), le groupe du Parlement européen qui comprend les membres du PSE, devraient terminer deuxièmes aux élections de juin. La dernière estimation d’Europe Elects, un agrégateur de sondages, montre un écart considérable entre le S&D (de 154 sièges en 2019 à 140 en 2024) et le PPE (de 182 à 180).

Interrogé sur l’écart de reconnaissance entre lui et von der Leyen, Schmit a déclaré qu’il avait « beaucoup d’estime » pour le président mais a insisté sur le fait que « nous sommes tous les deux candidats ».

« Nous verrons », a-t-il déclaré. « La campagne va commencer et ensuite j’invite tout le monde à juger. »

« L’âme même de l’Europe est en danger »

Plus inquiétant encore pour les socialistes, les prévisions prévoient également une forte montée des partis d’extrême droite et d’extrême droite, ce qui ferait pencher l’hémicycle de manière décisive vers les idées conservatrices et l’éloigner des causes progressistes favorisées par les socialistes.

Au cours du premier mandat de von der Leyen, la grande coalition entre le PPE, le S&D et les libéraux de Renew Europe s’est avérée déterminante pour faire avancer des propositions de grande envergure et ambitieuses visant à accélérer la transition vers la neutralité climatique, à freiner les excès du monde numérique, à réformer le système politique de migration et d’asile du bloc, assurer un soutien financier continu à l’Ukraine, accélérer la production nationale de technologies de pointe et réduire la dépendance à l’égard de fournisseurs peu fiables, comme la Russie et la Chine.

Mais l’année dernière, la grande coalition a commencé à vaciller, alors que le PPE a adopté une attitude plus conflictuelle contre le Green Deal, l’une des initiatives phares de von der Leyen, revendiquant les multiples textes législatifs approuvés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du bloc. ont créé des formalités administratives excessives pour le secteur privé, ont rendu plus difficile l’investissement et ont risqué de perdre en compétitivité.

La bataille acharnée autour de la loi sur la restauration de la nature, un règlement visant à réhabiliter progressivement les écosystèmes dégradés de l’UE, a mis à nu la tension latente entre conservateurs et socialistes, avec d’âpres récriminations et des accusations. Bien que le PPE ait finalement perdu ce combat, cela a permis au groupe de se repositionner en tant que parti « pro-entreprises » et, en particulier, « pro-agriculteurs », une position que les récentes manifestations n’ont fait que renforcer.

Le retrait par von der Leyen d’une loi controversée visant à réduire de moitié l’utilisation de pesticides chimiques, une source importante d’émissions d’azote, a été chaleureusement célébré par les législateurs du PPE le mois dernier. Cette décision marque la première défaite majeure du Green Deal.

En réponse à ce changement idéologique, les socialistes ont intensifié leur rhétorique, avertissant que le PPE s’éloigne du centre dominant et normalise les discours de l’extrême droite à des fins purement électorales. Les alliances conclues entre les conservateurs traditionnels et les formations d’extrême droite dans des pays comme l’Italie, la Suède et la Finlande sont la preuve de cette frontière de plus en plus floue, ont déclaré les dirigeants socialistes à Rome.

Les socialistes européens se sont réunis pour élire Nicolas Schmit (deuxième à gauche) comme tête de liste aux élections européennes.
Les socialistes européens se sont réunis pour élire Nicolas Schmit (deuxième à gauche) comme tête de liste aux élections européennes.

Dans son discours, Schmit a clairement indiqué que sa famille politique ne coopérerait pas avec Identité et Démocratie (ID) ou avec les Conservateurs et Réformistes européens (ECR), les deux groupes les plus eurosceptiques du Parlement européen. Le candidat a ensuite demandé au PPE et aux libéraux d' »être cohérents avec eux-mêmes » et de « rester fidèles à leur propre histoire, à leur engagement européen » avant de nouer de nouvelles alliances.

« Nous combattrons ceux qui propagent la haine et la division dans nos sociétés, ceux qui alimentent les peurs et préparent le retour du nationalisme », a déclaré Schmit. « La normalisation de l’extrême droite, telle que nous l’avons vue aux Pays-Bas, est dangereuse et irresponsable. »

Un message similaire a été repris par le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez, qui a parlé des « fantômes du passé » qui envahissent les institutions européennes et aspirent à une époque qui « n’a jamais existé ».

« L’extrême droite se développe partout en Europe, soutenue dans de nombreux endroits par la droite conventionnelle qui imite ses arguments et ses techniques populistes », a déclaré Sánchez au congrès.

« L’âme même de l’Europe est en danger. Et une fois de plus, c’est à nous, sociaux-démocrates, de vaincre cette menace et de faire en sorte que l’histoire continue d’avancer dans la bonne direction. »

Malgré les perspectives difficiles, les socialistes ont uni leurs forces pour récupérer leur héritage, arguant que les principales réponses politiques apportées aux crises les plus récentes, notamment le fonds de relance de 750 milliards d’euros et l’achat conjoint de vaccins contre le coronavirus, avaient été inspirées par la social-démocratie et donc justifié la validité de leur idéologie.

« Ces élections sont cruciales pour l’avenir de l’Europe. Il nous appartient d’apporter des solutions progressistes et justes aux principaux défis qui menacent nos sociétés et nos citoyens », a déclaré la Première ministre danoise Mette Frederiksen, faisant référence au trafic de migrants, au dumping social et aux entreprises. l’évasion fiscale et la pauvreté des enfants.

« Notre prochaine étape consiste à démontrer comment nos objectifs sociaux-démocrates de justice sociale, d’égalité économique, d’ambition verte et de sécurité vont de pair. »

Les élections au Parlement européen auront lieu entre le 6 et le 9 juin. Environ 350 millions d’électeurs éligibles seront appelés à voter dans 27 États membres.

Immédiatement après les élections, les dirigeants de l’UE devraient se réunir lors d’un sommet crucial pour répartir les postes les plus élevés du bloc : président de la Commission européenne, président du Conseil européen et haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité.

Alors que la Commission est pratiquement assurée d’atterrir dans le camp du PPE, les socialistes visent à assurer la présidence du Conseil européen, actuellement occupée par Charles Michel, un homme politique libéral belge.

Laisser un commentaire

1 × 3 =