The Sos Mediterranee-run charity rescue ship, Ocean Viking, is moored in Bari, southern Italy, Monday, Jan. 8, 2024.

Jean Delaunay

Les règles strictes de l’Italie contre les navires de sauvetage des ONG les empêchent de sauver les migrants en mer

Après une détention de 20 jours imposée par les autorités italiennes, l’Ocean Viking – un navire de sauvetage de migrants qui a sauvé des milliers de personnes en détresse depuis 2016 – pourra reprendre la mer vendredi.

A peine un jour de la nouvelle année, le 1er janvier, l’Ocean Viking – un bateau de sauvetage de migrants affrété par l’ONG SOS Méditerranée – a été saisi par les autorités italiennes pour avoir enfreint les règles strictes du gouvernement concernant les groupes caritatifs exploitant de tels navires, prouvant que 2024 s’annonce. jusqu’à ressembler beaucoup à l’année précédente.

Le gouvernement de droite de Giorgia Meloni, installé fin octobre 2022, a introduit en janvier 2023 de nouvelles réglementations pour les navires de sauvetage de migrants. Les militants l’ont condamné, car ils affirment que cela rend intentionnellement leur travail beaucoup plus difficile et met la vie des migrants en danger.

Selon le décret du gouvernement, les ONG doivent avertir les autorités italiennes immédiatement après une opération de sauvetage et se diriger sans délai vers le port indiqué par les autorités, qui est souvent éloigné de l’emplacement du navire. Les navires ne peuvent pas entreprendre plus d’une opération de sauvetage à la fois, sauf autorisation des autorités italiennes.

Si un bateau d’une ONG est constaté en violation de ces règles, le navire peut se voir refuser l’accès aux ports italiens ou être bloqué pendant deux mois maximum, tandis que ses capitaines s’exposent à une amende comprise entre 10 000 et 50 000 euros. Si un navire est constaté à plusieurs reprises en violation du décret, le navire peut être saisi par les autorités italiennes.

C’est le cas de l’Ocean Viking, qui a été arraisonné par les autorités italiennes pour la deuxième fois en autant de mois le 1er janvier après avoir débarqué le 30 décembre 244 personnes secourues dans la zone de recherche et de sauvetage libyenne en mer Méditerranée.

Selon les autorités, le navire a dévié de sa route prévue vers un port de Bari, une ville située sur la côte adriatique italienne, pour répondre à un autre appel de détresse situé à environ 15 milles marins.

Le navire n’a pas effectué de deuxième sauvetage après avoir remarqué que le navire en détresse se trouvait en réalité à 60 milles marins. Il a repris sa route initiale vers Bari, bien que les autorités aient renvoyé l’Ocean Viking de la mission car il était trop loin.

« On nous accuse de ne pas avoir suivi les ordres des garde-côtes italiens, et notre seul tort est celui d’avoir respecté le droit de la mer », a déclaré Alessandro Porro, sauveteur principal et président de l’opération Italie de SOS Méditerranée.

À son arrivée à Bari, l’équipage de l’Ocean Viking a reçu un mandat d’arrêt du navire de 20 jours et une amende de 3 300 €. L’ordre de détention expire vendredi, lorsque le navire espère reprendre la mer.

« Nous savons qu’il s’agit d’une tactique visant à arrêter nos opérations plutôt que d’une mesure valable d’une manière ou d’une autre », a déclaré Mary Finn, une autre sauveteuse d’Ocean Viking. « Et je trouve douloureux de sentir que l’humanité n’est pas de notre côté ou que les autorités ne sont pas de notre côté, car il est tellement évident, lorsque vous faites ce travail, que ce que nous faisons est la bonne chose à faire. »

Sara Kelany, coordinatrice de la politique migratoire du parti des Frères d’Italie de Meloni, a convenu que sauver des vies était une priorité. Mais elle a déclaré que la présence de navires caritatifs en Méditerranée devait être limitée et strictement réglementée.

Kelany a affirmé que de nombreux groupes qui organisent des missions humanitaires en Méditerranée ont également pour objectif politique déclaré de modifier les politiques migratoires de l’Union européenne.

« Essentiellement, ils veulent être des acteurs politiques dans la dynamique de l’immigration », a-t-elle déclaré dans une interview. « L’immigration est une compétence nationale de l’État et nous ne pouvons pas permettre aux organisations privées d’influencer nos politiques migratoires par leurs politiques. »

En hiver, les arrivées de migrants en provenance d’Afrique du Nord ralentissent généralement en Italie, car les conditions météorologiques rendent plus difficile la traversée de la mer Méditerranée.

Mais les gens continuent de partir vers les côtes italiennes. En décembre, 5 237 migrants sont arrivés sur les côtes du pays, selon le ministère italien de l’Intérieur. Quelque 174 personnes sont considérées comme perdues en mer.

L’année dernière, plus de 60 % des 260 000 personnes qui ont atteint l’Europe en traversant la Méditerranée depuis l’Afrique du Nord sont d’abord arrivées en Italie, selon les statistiques italiennes et de l’ONU. La même année, plus de 3 000 migrants se sont noyés en mer alors qu’ils tentaient le voyage, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

Laisser un commentaire

4 × un =