Les réformes financières post-Brexit sont un échec, selon une commission parlementaire

Milos Schmidt

Les réformes financières post-Brexit sont un échec, selon une commission parlementaire

Le Trésor britannique a promis de renforcer la compétitivité du secteur financier du pays après le Brexit. Un an plus tard, les députés affirment que ces « grandes promesses » n’ont pas été tenues.

Les « réformes d’Édimbourg », introduites par le chancelier britannique Jeremy Hunt fin 2022, n’ont jusqu’à présent pas réussi à rendre la place financière du pays plus attractive pour les investisseurs mondiaux.

C’est ce que révèle un rapport publié vendredi par le Comité spécial du Trésor.

En introduisant les réformes, Hunt a affirmé qu’il maintiendrait les normes réglementaires élevées du Royaume-Uni, mais a promis qu’il capitaliserait sur la liberté pro-Brexit, car ce n’est plus l’Union européenne qui détermine les règles bancaires du Royaume-Uni.

Cette politique visait également à lutter contre les effets négatifs du Brexit sur le secteur financier.

Lorsque le quartier financier de Londres a été interdit de proposer des actions cotées dans l’UE à des clients en dehors du Royaume-Uni, la City a commencé à perdre des entreprises et des banquiers au profit de centres européens comme Amsterdam.

Dans certains milieux, les réformes ont même été qualifiées de « Big Bang 2.0 » en raison des projets visant à assouplir les règles de cotation de la Bourse de Londres, une référence à la déréglementation des années 1980 qui a contribué à faire de la City une force financière mondiale.

Pourtant, malgré la fanfare qui a lancé les réformes d’Edimbourg, le rapport de vendredi était pessimiste.

« Au vu de ce qui a été accompli jusqu’à présent, la sous-commission est d’avis qu’aucune des réalisations à ce jour ne fera une différence substantielle pour l’économie britannique », ont déclaré les membres de la commission.

Par ailleurs, le ministre de la Ville, Bim Afolami, a fait valoir que le gouvernement avait mis en œuvre 22 des 31 réformes proposées à Édimbourg, ce que conteste la commission.

« Nous ne considérons pas les révisions comme des réformes », indique le rapport. « De nombreux volets de travail inclus dans les réformes d’Édimbourg ne sont pas des réformes, mais constituent davantage un travail préparatoire à d’éventuelles réformes à l’avenir et devraient être traités comme tels. »

L’examen a révélé que six actions jugées « réalisées » par le gouvernement ne sont pas encore terminées, et que six autres concernent uniquement la publication d’un document ou l’accueil d’une consultation publique.

La mise en œuvre des changements prend trop de temps et est souvent bloquée au ministère des Finances, ont déclaré les députés, ajoutant que les réformes qui font le plus de différence devraient désormais être prioritaires.

Laisser un commentaire

15 − quatre =