Houthi supporters attend a rally against the US-led strikes against Yemen and in support of Palestinians in the Gaza Strip, in Sanaa, Yemen, Friday, April. 26, 2024.

Jean Delaunay

Les rebelles Houthis du Yémen attaquent un pétrolier battant pavillon panaméen en mer Rouge

Les Houthis ont revendiqué l’attaque samedi matin dans une déclaration préenregistrée diffusée par les rebelles. L’attaque de vendredi est la dernière d’une offensive menée par les rebelles pour montrer leur soutien aux Palestiniens de Gaza.

Les rebelles houthis du Yémen ont tiré vendredi des missiles balistiques qui ont causé des « dégâts mineurs » à un pétrolier battant pavillon panaméen traversant la mer Rouge, ont annoncé les autorités américaines.

Les rebelles ont tiré trois missiles lors de l’attaque, dont l’un a endommagé l’Andromeda Star, battant pavillon panaméen et immatriculé aux Seychelles, a indiqué le commandement central de l’armée américaine.

La société de sécurité privée Ambrey a décrit le pétrolier comme étant « engagé dans des échanges commerciaux liés à la Russie ». Le navire voyageait de Primorsk, en Russie, à Vadinar, en Inde, a déclaré Ambrey.

Le porte-parole militaire des Houthis, le général de brigade. Le général Yahya Saree a revendiqué l’attaque samedi matin dans une déclaration préenregistrée diffusée par les rebelles. Il a décrit le pétrolier comme ayant été « directement touché ».

Un autre navire, le Maisha, battant pavillon Antiqua-Barbados et exploité par le Libéria, se trouvait également à proximité au moment de l’assaut, ont indiqué des responsables américains. L’attaque a eu lieu au large de Mocha, au Yémen, près du détroit de Bab el-Mandeb, qui relie la mer Rouge au golfe d’Aden.

Les Houthis ont lancé plus de 50 attaques contre des navires depuis novembre. Ils ont également saisi un navire et en ont coulé un autre, selon l’administration maritime américaine.

Les attaques des Houthis ont diminué ces dernières semaines, les rebelles ayant été ciblés par une campagne de frappes aériennes menée par les États-Unis au Yémen. La navigation via la mer Rouge et le golfe d’Aden a diminué en raison de la menace.

Les responsables américains ont émis l’hypothèse que les rebelles pourraient être à court d’armes en raison de la campagne menée contre eux par les États-Unis. Ils ont tiré régulièrement des drones et des missiles sur le groupe au cours des derniers mois.

Pourtant, depuis mercredi, il y a eu au moins deux autres attaques revendiquées par les Houthis. La première visait le MV Yorktown, un navire détenu et exploité sous pavillon américain. Un autre visait le MSC Darwin.

Sur cette photo fournie par le ministère de la Défense, un missile Sea Viper est lancé depuis le HMS Diamond pour abattre un missile tiré par les Houthis soutenus par l'Iran.  24 avril 2024
Sur cette photo fournie par le ministère de la Défense, un missile Sea Viper est lancé depuis le HMS Diamond pour abattre un missile tiré par les Houthis soutenus par l’Iran. 24 avril 2024

Les Houthis ont déclaré qu’ils poursuivraient leurs attaques jusqu’à ce qu’Israël mette fin à sa guerre à Gaza, qui a tué plus de 34 000 Palestiniens.

La plupart des navires ciblés par les Houthis n’avaient que peu ou pas de liens directs avec Israël, les États-Unis ou d’autres pays impliqués dans la guerre. Les rebelles ont également tiré des missiles vers Israël, mais ils ont largement échoué ou ont été interceptés.

Laisser un commentaire

3 + quatre =