British Prime Minister Rishi Sunak issues a statement after British and US forces struck Houthi targets in Yemen, at 10 Downing Street, London, Friday May 31, 2024

Jean Delaunay

Les rebelles Houthis affirment qu’au moins 16 personnes ont été tuées dans des frappes aériennes conjointes américano-britanniques

Des frappes aériennes conjointes anglo-américaines visant les rebelles houthis au Yémen ont tué au moins 16 personnes et en ont blessé 42 autres, ont annoncé vendredi les rebelles.

Il s’agit du bilan le plus élevé publiquement reconnu suite aux multiples séries de frappes menées suite aux attaques des rebelles Houthis contre les navires.

Trois responsables américains, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour décrire une attaque alors en cours, ont décrit les frappes de jeudi comme ayant touché un large éventail d’installations souterraines, des lanceurs de missiles, des sites de commandement et de contrôle, un navire Houthi et d’autres installations. Ils ont qualifié cela de réponse à une récente recrudescence des attaques de la milice soutenue par l’Iran contre des navires dans la mer Rouge et dans le golfe d’Aden, à la suite de la guerre entre Israël et le Hamas.

Les avions de combat américains F/A-18 impliqués dans les frappes ont décollé du porte-avions USS Dwight D. Eisenhower en mer Rouge, ont indiqué des responsables. D’autres navires de guerre américains présents dans la région y ont également participé.

Mais les Houthis se sont concentrés vendredi matin sur une frappe qui, selon eux, a touché un bâtiment abritant Hodeida Radio et des habitations civiles dans la ville portuaire de la mer Rouge. Leur chaîne d’information par satellite Al Masirah a diffusé des images d’un homme ensanglanté transporté dans les escaliers et d’autres à l’hôpital, recevant de l’aide. Il précise que tous les morts et presque tous les blessés des frappes venaient de là.

Les Houthis ont décrit toutes les personnes tuées et blessées à Hodeida comme des civils, ce que l’Associated Press n’a pas pu confirmer dans l’immédiat. La force rebelle qui contrôle la capitale du Yémen, Sanaa, depuis 2014, comprend des combattants qui ne portent souvent pas l’uniforme.

D’autres frappes ont touché l’extérieur de Sanaa, près de son aéroport, ainsi que des équipements de communication à Taiz, a indiqué la chaîne. Peu d’autres informations ont été divulguées sur ces sites – indiquant probablement que des sites militaires houthistes avaient été frappés. Une personne a été blessée à Sanaa.

« Nous confirmons cette agression brutale contre le Yémen en guise de punition pour sa position en faveur de Gaza, en faveur d’Israël dans la poursuite de ses crimes de génocide contre la bande de Gaza blessée, assiégée et inébranlable », a déclaré le porte-parole des Houthis, Mohammed Abdulsalam, sur X.

Mohammed al-Bukhaiti, un responsable Houthi, a menacé les États-Unis et le Royaume-Uni de nouvelles représailles.

« Nous ferons face à une escalade après une escalade », a-t-il écrit sur X.

Le porte-parole militaire du Yémen, le général de brigade Yahya Saree, a donné le chiffre des victimes, puis a affirmé, sans fournir aucune preuve, que les rebelles avaient ciblé l’Eisenhower en réponse avec des drones et des missiles balistiques. Un autre responsable américain de la défense, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour discuter de questions de renseignement, a déclaré que le porte-avions allait bien.

Au Royaume-Uni, le ministère de la Défense du pays a déclaré que les Typhoon FGR4 de la Royal Air Force avaient mené des frappes à la fois sur Hodeida et plus au sud, à Ghulayfiqah. Il a décrit ses cibles comme « des bâtiments identifiés comme abritant des installations de contrôle au sol des drones et fournissant un stockage pour les drones à très longue portée, ainsi que pour les armes sol-air ».

« Ces frappes ont été menées en état de légitime défense face à la menace persistante que représentent les Houthis », a déclaré le Premier ministre britannique Rishi Sunak. « Les Houthis constituent une menace permanente. »

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont lancé des frappes contre les Houthis depuis janvier, et les États-Unis mènent également régulièrement les leurs depuis. Abdul Malik al-Houthi, le chef suprême secret des Houthis, a avancé un bilan global des frappes jusqu’à présent, soit 40 personnes tuées et 35 autres blessées. Il n’a pas proposé à l’époque une répartition entre les victimes civiles et celles des combattants.

Les Houthis ont intensifié leurs attaques contre les navires dans la mer Rouge et le golfe d’Aden, exigeant qu’Israël mette fin à la guerre à Gaza, qui y a tué plus de 36 000 Palestiniens. La guerre a commencé après que des militants dirigés par le Hamas ont attaqué Israël le 7 octobre, tuant environ 1 200 personnes et prenant environ 250 otages.

Les Houthis ont lancé plus de 50 attaques contre des navires, tué trois marins, saisi un navire et coulé un autre depuis novembre, selon l’administration maritime américaine. Cette semaine, ils ont attaqué un navire transportant des céréales vers l’Iran, principal bienfaiteur des rebelles.

Mercredi, un autre drone américain MQ-9 Reaper s’est apparemment écrasé au Yémen, les Houthis affirmant avoir tiré sur lui un missile sol-air. L’US Air Force n’a signalé aucun avion disparu, ce qui laisse penser que le drone aurait pu être piloté par la CIA. Jusqu’à trois pourraient avoir été perdus rien qu’en mai.

Laisser un commentaire

sept + treize =