Pregnant woman.

Jean Delaunay

Les professionnels de la santé doivent ne pas signaler les avortements illégaux à la police

Les femmes qui mettent fin à leur propre grossesse ne devraient pas faire l’objet d’une enquête ou de poursuites, a déclaré un organisme médical mondial dans de nouvelles directives sur l’avortement.

Les professionnels de la santé n’ont aucune obligation légale de contacter la police à la suite d’un avortement illégal présumé, selon de nouvelles directives du Collège royal des obstétriciens et gynécologues (RCOG).

« Il n’est jamais dans l’intérêt public d’enquêter et de poursuivre en justice les femmes qui ont cherché à mettre fin à leur propre grossesse », a déclaré Ranee Thakar, présidente de l’organisation mondiale pour la santé des femmes.

« Ces femmes doivent être traitées avec soin et compassion, sans jugement ni crainte d’emprisonnement », a-t-elle ajouté.

Les nouvelles lignes directrices du RCOG mettent l’accent sur le devoir professionnel et légal des médecins et infirmières de respecter la confidentialité des informations sur les patients.

Selon les nouvelles directives, les agents de santé ne devraient signaler aux autorités un avortement, une fausse couche ou un accouchement non assisté d’une femme que si elle donne son consentement explicite, si cela est dans son meilleur intérêt parce qu’il y a des inquiétudes quant à sa sécurité ou s’ils doivent protéger d’autres, par exemple, d’un risque de mort ou de préjudice grave.

Dans tous les cas, les médecins doivent pouvoir justifier toute divulgation de données confidentielles sur les patients. Dans le cas contraire, ils pourraient devoir passer un test d’aptitude.

Un nombre croissant d’enquêtes policières

Le RCOG s’est montré préoccupé par « le nombre croissant d’enquêtes policières suite à des avortements tardifs et à des fausses couches ».

Selon les dernières données officielles pour l’Angleterre et le Pays de Galles, les crimes enregistrés pour avortements ont augmenté ces dernières années – passant de 27 entre avril 2021 et mars 2022, à 35 entre avril 2022 et mars de l’année dernière.

L’association basée au Royaume-Uni s’inquiète de l’impact que ces enquêtes policières peuvent avoir sur les femmes qui peuvent être particulièrement vulnérables et bouleversées par la perte ultérieure de leur enfant.

« Nous travaillons à supprimer les soins liés à l’avortement du droit pénal et à les placer sous la réglementation médicale », a déclaré Thakar.

Au Royaume-Uni, le cadre juridique varie selon le pays dans lequel vous vous trouvez.

Selon le National Health Service, en Angleterre, en Écosse et au Pays de Galles, un avortement est légal s’il est pratiqué par un médecin agréé et autorisé par deux médecins. La plupart des avortements sont pratiqués avant 24 semaines (environ 6 mois) de grossesse.

Elles peuvent être réalisées après 24 semaines dans des circonstances très limitées – par exemple, si la vie de la mère est en danger ou si l’enfant naît avec un handicap profond.

En Irlande du Nord, la durée maximale de gestation tombe à 12 semaines (environ 3 mois). Les avortements au-delà de cette limite ne sont autorisés que dans des circonstances graves.

Lois sur l’avortement dans l’UE

Selon un rapport publié en octobre de l’année dernière par le Centre pour les droits reproductifs (CRR), presque tous les pays de l’UE ont légalisé l’avortement sur demande, c’est-à-dire sans qu’il soit nécessaire que les médecins certifient une raison particulière pour l’avortement.

En fin de compte, la décision de recourir à l’avortement appartient à la femme enceinte.

Les exceptions à cette règle sont la Pologne et Malte, qui appliquent une législation très restrictive.

La Pologne autorise l’avortement uniquement lorsque la vie ou la santé de la patiente est en danger, ou lorsque la grossesse est le résultat de violences sexuelles.

Malte l’autorise lorsque la vie d’un patient est en danger immédiat ou lorsque la santé d’un patient est gravement menacée par une complication médicale pouvant entraîner la mort.

La plupart des pays de l’UE – dont l’Allemagne, la Belgique et l’Italie – imposent un délai d’avortement sur demande à 12 semaines de grossesse.

Quatre États membres ont un délai plus restrictif : le Portugal, la Croatie et la Slovénie interdisent les avortements après 10 semaines, et l’Estonie après 11 semaines.

Une limite de gestation supérieure à 12 semaines est appliquée dans cinq pays de l’UE, comme les Pays-Bas (24 légalement, mais 22 en pratique), la France et l’Espagne (14).

Lorsque la santé ou la vie du patient est en jeu, la pratique courante en Europe est de ne pas imposer de délais, selon le CRR.

Certains pays ont des barrières supplémentaires à l’accès. Un délai d’attente entre la demande d’avortement et l’avortement lui-même est obligatoire en Allemagne, en Italie et en Irlande, par exemple.

D’autres, comme l’Allemagne et les Pays-Bas, exigent que les femmes suivent des conseils ou reçoivent des informations obligatoires de leur médecin avant un avortement.

En Hongrie, en Italie et aux Pays-Bas, les femmes doivent expliquer qu’elles cherchent à avorter en raison de leur situation sociale ou familiale, ou parce que la poursuite de la grossesse leur causerait de la détresse.

Laisser un commentaire

neuf − deux =