Orange Juice is displayed in a Bentonville, Ark. Wal-Mart Neighborhood Market Thursday, June 4, 2015.

Milos Schmidt

Les prix du jus d’orange montent en flèche alors que le mauvais temps pèse sur les cultures d’agrumes

Les prix du jus d’orange ont augmenté de 77 % en raison d’une baisse de la production dans les principales régions productrices. Certains craignent que le jus d’orange et ses fruits soient hors de portée de nombreux consommateurs.

Le prix de gros du jus d’orange a augmenté de près de 77 % en un an.

Depuis février 2020, date à laquelle a frappé la pandémie de covid, elle a quintuplé, selon l’AFP.

Environ 85 % du marché mondial est réparti entre la Floride et São Paulo. Le Brésil exporte 99% de sa production.

Par conséquent, les États-Unis et le Brésil ont fixé le prix du marché pour ce fruit populaire du petit-déjeuner. Les problèmes de production affectent les stocks et les prix en Europe pour les consommateurs, ce qui se traduit par un jus d’orange plus cher, fourni en plus petites quantités.

Le contrat à terme du jus d’orange concentré surgelé, référence du marché, s’élève à 6 500 dollars la tonne (près de 6 000 euros) à l’arrivée au port européen de Rotterdam.

Comme pour de nombreux produits de base, les coûts de production, d’exportation et d’emballage ont également augmenté récemment, mais ce n’est pas la principale raison de la flambée des prix.

Production en chute libre dans le monde entier.

Il y a quelques semaines, l’organisation des producteurs d’agrumes Fundecitrus a annoncé une baisse estimée de 24% sur un an de la récolte brésilienne, à son plus bas niveau depuis 36 ans, avec 232 millions de caisses attendues dans les prochains mois, contre 307 l’année précédente.

Quant à la production américaine, le Département américain de l’Agriculture (USDA) s’attend à une légère augmentation par rapport à l’année dernière, mais bien en deçà de la récolte d’il y a deux ans (-36%).

Fundecitrus a déclaré que la principale raison de ce ralentissement était la sécheresse qui a frappé les principales régions productrices, notamment l’État brésilien de Sao Paulo. Les cultures ont également été touchées par la maladie de Huanglongbing (HLB), communément appelée maladie du dragon jaune, qui a touché les cultures en Floride et au Brésil.

L’année dernière, l’AFP a rapporté qu’au Mexique, autre grand producteur d’oranges de l’autre côté de l’Atlantique, et en Espagne, premier producteur européen d’oranges, la production avait également chuté de 30 % à cause de la sécheresse.

L’aliment de base du petit-déjeuner pourrait-il être boudé par les consommateurs ?

La tendance à la consommation de jus d’orange semble être à la baisse.

Aux États-Unis, la consommation a diminué de moitié en une décennie, et la tendance se confirme également en Europe, quoique de manière moins marquée.

Les marques de jus d’orange ont tendance à se tourner vers d’autres jus, et à réaliser des cocktails de fruits, en mélangeant les oranges avec d’autres fruits moins chers et plus largement disponibles.

Ce phénomène de baisse de la production et d’augmentation des coûts dure depuis des années et nombreux sont ceux qui craignent qu’à long terme, les oranges ne deviennent trop chères et soient considérées par les consommateurs comme un produit de luxe.

Laisser un commentaire

3 × un =