Napoleon’s ornate pistols sell in France for €1.69m

Jean Delaunay

Les pistolets ornés de Napoléon vendus en France pour 1,69 million d’euros

Napoléon a tenté d’utiliser ces canons contre lui-même après sa défaite, mais son grand écuyer a retiré la poudre. Le ministère français de la Culture les a récemment classés trésors nationaux.

Deux pistolets ayant appartenu à l’empereur français Napoléon Bonaparte, avec lesquels il avait eu l’intention de se suicider, ont été vendus aux enchères pour 1,69 million d’euros.

Les armes ont été vendues à la maison de vente aux enchères française Osenat à Fontainebleau, juste à l’extérieur de Paris, et devaient être rapportées entre 1,2 et 1,5 million d’euros.

La vente des pistolets Gossard intervient après que le ministère français de la Culture les a récemment classés comme trésors nationaux et interdit leur exportation, ce qui signifie que le gouvernement français a 30 mois pour faire une offre d’achat au nouveau propriétaire anonyme – qui a le droit de refuser.

Le gouvernement français a déclaré les armes Trésor national
Le gouvernement français a déclaré les armes Trésor national

Napoléon aurait voulu utiliser ces pistolets pour se suicider dans la nuit du 12 avril 1814 après la défaite de son armée face à des forces étrangères.

Son grand écuyer Armand de Caulaincourt retira la poudre des canons, et Napoléon essaya alors d’utiliser du poison. Il survécut, abdiqua et fut exilé sur l’île d’Elbe, au large des côtes italiennes.

Napoléon donna les pistolets à Caulaincourt, qui les transmit à son tour à ses descendants.

« L’empereur a offert les deux pistolets avec épée à Caulaincourt en souvenir de sa fidélité dans ces jours sombres. Ils sont depuis restés dans sa famille, qui a décidé de s’en séparer », a précisé l’expert Jean-Pierre Osenat.

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par Osenat (@_osenat)

Les pistolets richement décorés – qui présentent l’image gravée de Napoléon dans toute la pompe impériale – étaient vendus dans un coffret en ronce de noyer avec une incrustation d’ébène, aux côtés de divers accessoires, dont une corne à poudre et des tiges de bourrage de poudre.

Le commissaire-priseur Jean-Pierre Osenat a indiqué que « l’image de Napoléon au plus bas » était vendue aux côtés des objets.

Les objets de collection de l’empereur sont très recherchés par les collectionneurs. Par exemple, l’un de ses célèbres bicornes noirs a été vendu pour 1,9 million d’euros en novembre.

Laisser un commentaire

dix-huit − treize =