Les pays de l’UE ne parviennent pas à répondre aux demandes de production de munitions de l’Ukraine

Jean Delaunay

Les pays de l’UE ne parviennent pas à répondre aux demandes de production de munitions de l’Ukraine

L’Union européenne a promis plus tôt cette année de fournir un million de cartouches à Kiev d’ici mars prochain, mais jusqu’à présent, seulement 30 % de cet objectif a été atteint.

Lors d’une réunion des ministres de la Défense du bloc mardi à Bruxelles, des inquiétudes ont été exprimées quant à l’incapacité de l’UE à tenir sa promesse.

« Nous devons partir du principe que l’objectif d’un million ne sera pas atteint », a déclaré à la presse Boris Pistorius, le ministre allemand de la Défense.

« La question se pose de savoir si un million a été réaliste. Un million est facile à décider et l’argent est là, mais la production doit être là.

« Malheureusement, les avertissements ont désormais raison. Nous avons apporté une contribution majeure avec nos accords-cadres et continuerons à le faire. Nous sommes en pourparlers avec l’industrie de la défense. La production doit être augmentée et accélérée. C’est l’heure du besoin. (pour l’Ukraine). »

Alors pourquoi l’UE ne sera-t-elle pas en mesure de tenir sa promesse ?

L’une des raisons est que l’Europe a donné autant qu’elle pouvait de ses stocks et doit désormais produire davantage.

Selon certains experts, étant donné que l’artillerie ukrainienne utilise environ 45 000 obus par semaine, la totalité de la production annuelle de l’Union européenne pourrait être consommée d’ici deux mois.

Le financement constitue également un problème lorsqu’il s’agit d’augmenter la production.

« L’un de ces problèmes concerne l’industrie de la défense, qui a besoin de l’assurance des États membres qu’elle n’investira pas injustement, n’investira pas de ressources dans de nouvelles lignes de production, et après deux ans, les États membres diront « nous n’avons plus besoin de munitions », a déclaré Nikos Votsios, consultant grec en matière de défense, à L’Observatoire de l’Europe.

« Ils ont donc besoin de contrats à long terme. Les grandes industries peuvent peut-être obtenir des financements sur les marchés internationaux ou disposer de leurs propres ressources pour investir, mais les plus petites devraient se tourner vers les institutions bancaires européennes.

« Mais les banques européennes ne prêtent pas aux industries de défense en raison de la taxonomie et du fait que les industries de défense ont été classées comme non durables. »

Il existe également d’autres problèmes, tels que le manque de main-d’œuvre qualifiée et de machines adaptées.

Mais le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, en charge des capacités de production, se montre optimiste.

Il a déclaré que tout était désormais entre les mains des pays de l’UE.

« En ce qui me concerne, je suis responsable de la capacité de production de munitions », a expliqué Breton. « La capacité de production de l’Union européenne a augmenté de 20 à 30 % depuis février. »

« Je vous confirme donc que l’objectif de produire plus d’un million de munitions sur une base annuelle, que nous nous étions fixé et que nous souhaitons atteindre dès le printemps, sera atteint.

« Maintenant, c’est aux Etats membres de passer les commandes. »

Alors que la guerre en Ukraine approche de l’hiver, qui entraîne des conditions encore plus périlleuses, la pression monte.

La Maison Blanche a déclaré vendredi que la Corée du Nord avait livré plus de 1 000 conteneurs d’équipements militaires et de munitions à la Russie, ce qui signifie que l’Europe et ses alliés doivent bientôt intensifier leurs efforts.

Laisser un commentaire

douze + cinq =