Palestinians crowd a market in Rafah, Gaza Strip, Thursday, Feb. 22, 2024.

Jean Delaunay

Les Palestiniens de Rafah tiennent bon, la ville étant probablement la prochaine cible israélienne

Dans la ville de Rafah, au sud de Gaza, où les tentes occupent tous les espaces disponibles, les Palestiniens luttent pour survivre au milieu du conflit en cours avec Israël.

Rafah, autrefois une ville frontalière tranquille le long de l’Égypte, se retrouve désormais sous les projecteurs alors qu’Israël se prépare à sa prochaine phase de lutte contre le Hamas.

La ville a connu une forte augmentation de sa population alors que des centaines de milliers de Palestiniens déplacés cherchaient refuge, avec des abris de fortune poussant à chaque coin de rue. Avec plus de 1,5 million de personnes entassées à Rafah, soit plus de la moitié de la population de Gaza, il n’y a nulle part où échapper à l’assaut de la violence qui a ravagé une grande partie du territoire environnant.

Vue d'un camp de tentes de fortune pour les Palestiniens déplacés par l'offensive terrestre israélienne sur la bande de Gaza, à Rafah, bande de Gaza, dimanche 18 février 2024.
Vue d’un camp de tentes de fortune pour les Palestiniens déplacés par l’offensive terrestre israélienne sur la bande de Gaza, à Rafah, bande de Gaza, dimanche 18 février 2024.

Les responsables de l’ONU tirent la sonnette d’alarme, mettant en garde contre les conséquences catastrophiques d’une attaque imminente contre Rafah, en particulier pour les centaines de milliers d’enfants vulnérables en danger. Une telle attaque serait un désastre pour le système d’aide humanitaire déjà mis à rude épreuve, qui lutte pour soutenir la population de Gaza.

Israël justifie ses actions à Rafah comme étant nécessaires pour démanteler le Hamas et obtenir la libération des otages détenus par les militants. Pourtant, les rues de Rafah, remplies de familles essayant désespérément de gagner leur vie, mettent en évidence la sombre réalité à laquelle sont confrontés ses habitants.

Dans toute la bande de Gaza, la pénurie alimentaire est courante, le chef de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a défini la situation de l’organisation dans une récente annonce comme étant parvenue à un « point de rupture ». Avec l’épuisement des réserves d’aide vitales et l’arrêt des activités dans le nord de Gaza, les réserves étant complètement épuisées en mars, la région est confrontée à une crise humanitaire imminente d’une ampleur sans précédent.

Laisser un commentaire

dix-huit − un =