Moldova

Milos Schmidt

Les Moldaves et les Ukrainiens restent optimistes quant à une éventuelle adhésion à l’UE

Après que Bruxelles a récemment ouvert des négociations avec les deux pays d’Europe de l’Est désireux d’adhérer à l’UE, Moldaves et Ukrainiens espèrent une transition rapide qui leur permettrait de rejoindre la grande famille européenne.

Deux pays d’Europe de l’Est, l’Ukraine et la Moldavie, visent à rejoindre l’Union européenne d’ici la fin de la décennie.

Les négociations de l’UE avec ces deux pays, dont l’un est en guerre, viennent de commencer.

Peu de temps après l’invasion de l’Ukraine par la Russie début 2022, Kiev a demandé à devenir membre de l’UE. La Moldavie voisine – qui a ses propres raisons de craindre une escalade de la part de Moscou en raison des problèmes liés à la région séparatiste de Transnistrie contrôlée par le Kremlin – a suivi sa candidature peu de temps après.

Les deux pays ont obtenu le statut de membre candidat dans le cadre d’une décision politique destinée à soutenir les deux pays en péril, et ils sont désormais à la table des négociations.

Toutefois, l’adhésion à part entière ne sera pas facile, car l’Ukraine et la Moldavie, toutes deux anciennes républiques soviétiques, doivent encore mettre en œuvre de nombreuses réformes dans des domaines tels que l’économie et le système judiciaire.

Le député moldave Eugeniu Sinchevici a déclaré que l’adhésion au bloc était cruciale : « Ce n’est que maintenant que nous avons commencé à avoir une société réellement démocratique et libre, et nous voulons la maintenir – et l’Union européenne s’en assurera. »

Cependant, des voix opposées subsistent dans la politique moldave, dont certaines souhaitent plutôt rester proches de Moscou.

Nikita Romensky, porte-parole de la section jeunesse du Parti socialiste de Moldavie — le parti de l’ancien président Igor Dodon, actuellement jugé pour corruption —, s’oppose à ce qu’il appelle « l’occidentalisation » de la Moldavie.

« Nous devons également accorder une attention particulière aux bonnes relations avec l’Est, avec la Russie, avec la Biélorussie, avec nos partenaires traditionnels », a déclaré le représentant du parti eurosceptique et russophile.

Pour les citoyens ordinaires, une éventuelle adhésion à l’UE est considérée comme plutôt positive.

Olha Shyvchik est originaire d’Ukraine, mais sa fille Julia est née en Moldavie deux mois seulement après le début de la guerre.

Même si la vie n’est pas facile pour les deux hommes, le début des négociations européennes donne encore espoir à Olha.

« Je veux que ma fille fasse partie de l’Union européenne, qu’elle vive dans l’Union européenne, dans un pays civilisé et développé », dit-elle. « Qu’elle ait la chance d’étudier, d’avoir une chance de jouir de la liberté d’expression. Je le veux vraiment. »

Elle est consciente des changements auxquels son pays devra faire face avant de rejoindre le bloc.

« L’adhésion à l’Union européenne signifie que l’Ukraine n’est plus du tout corrompue. Cela n’arrivera donc pas de si tôt. Cela doit être fait étape par étape, lentement, progressivement », réfléchit Olha.

Laisser un commentaire

onze + 13 =