Les ministres des Affaires étrangères de l’UE appellent à rencontrer les pays candidats

Jean Delaunay

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE appellent à rencontrer les pays candidats

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont appelé jeudi à une réunion avec leurs homologues d’Ukraine et des Balkans occidentaux – tous pays candidats à l’adhésion – d’ici la fin septembre pour discuter du processus d’élargissement.

« Je pense que la guerre en Ukraine a eu un effet collatéral qui consiste à accélérer le processus d’élargissement, qui est certainement un processus fondé sur le mérite », a déclaré le haut-commissaire européen Josep Borrell depuis Tolède, en Espagne, à l’issue d’une réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de à travers le bloc des 27 pays.

Borrell a déclaré que cette réunion donnerait une impulsion politique au processus, un objectif politique, « un horizon » alors que l’UE doit se préparer à accueillir potentiellement 10 membres supplémentaires.

Mais à mesure que la perspective d’une adhésion de l’Ukraine au bloc devient de plus en plus une réalité, des questions se posent quant à savoir comment y parvenir sans mettre en danger le projet d’intégration européenne.

On pense notamment aux questions budgétaires et aux problèmes de gouvernance.

Les analystes voient une dynamique en faveur de l’élargissement, mais l’UE doit d’abord se réformer elle-même.

« Les États membres commencent tout juste à prendre conscience de la réalité de ce que la réforme implique, de ce qu’elle va changer pour eux, de la manière dont ils en bénéficient et de la manière dont ils doivent contribuer à l’UE », a déclaré Mathieu Droin, analyste au Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS) à Washington, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« Il s’agit d’abord de savoir comment l’Ukraine est capable de se réformer. Et ce que nous constatons, c’est qu’ils sont vraiment très engagés et qu’ils ont accompli un travail énorme en un an, ce qui est assez impressionnant. Mais on ne sait toujours pas comment l’UE envisage de le faire, car il y a beaucoup de questions sur la prise de décision au sein de l’UE sur la manière de recalibrer différents programmes, par exemple dans le domaine agricole, l’Ukraine étant un pays agricole majeur.

Pendant ce temps, la Hongrie bloque toujours la huitième tranche d’un programme d’aide militaire de 500 millions d’euros à l’Ukraine.

Budapest estime que la désignation de la banque hongroise OTP comme sponsor de guerre est « inacceptable ».

Le gouvernement souhaite que le nom soit complètement supprimé de la liste noire ukrainienne comme condition préalable à une aide militaire supplémentaire.

L’une des priorités de la présidence espagnole du Conseil de l’UE est de maintenir un soutien coordonné à l’Ukraine et d’y parvenir en renforçant l’unité européenne.

Pour garantir la durabilité de l’aide à l’Ukraine, l’UE envisage de créer un fonds d’aide au pays pouvant atteindre 5 milliards d’euros par an pour la période 2024-2027, qui serait intégré à la Facilité européenne pour la paix.

Borrell a indiqué que les ministres avaient discuté de la question et espéraient qu’un accord pourrait être conclu avant la fin de l’année.

L’état de la mission de formation du personnel militaire ukrainien par les forces armées des États membres a également été évalué. Selon Borrell, au total, 25 000 soldats ukrainiens ont déjà reçu une formation, et l’objectif d’en former 30 000 d’ici la fin de l’année sera atteint plus tôt que prévu, d’ici fin octobre.

La Haute Représentante a donc proposé aux ministres de relever l’objectif à 40 000 militaires ukrainiens formés dans les mois à venir.

Laisser un commentaire

1 × deux =