NATO foreign ministers gathered in Brussels on Wednesday to debate plans to provide more predictable, longer-term support to Ukraine.

Jean Delaunay

Les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN débattent d’un projet visant à donner à l’alliance un nouveau pouvoir sur la réponse européenne à l’Ukraine

Le 75e anniversaire de l’alliance survient alors que l’Europe est confrontée à sa plus grande guerre depuis des décennies.

Les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN ont débattu d’un plan visant à fournir un soutien militaire plus stable à l’Ukraine dans les années à venir.

Les responsables de 32 États membres se sont réunis mercredi, au premier jour du sommet international européen à Bruxelles, pour marquer les 75 ans de l’alliance militaire et discuter des priorités politiques en cours.

« Nous sommes fermement convaincus que le soutien à l’Ukraine devrait être moins dépendant d’offres volontaires à court terme et plus dépendant des engagements à long terme de l’OTAN », a déclaré hier le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

« Nous voyons comment la Russie fait pression et comment elle essaie de gagner cette guerre en nous attendant. »

Selon le plan discuté à Bruxelles, l’OTAN, plutôt que le commandement américain en Europe, coordonnerait le travail du Groupe de contact de défense en Ukraine – un forum d’une cinquantaine de pays qui s’est régulièrement réuni pendant la guerre pour rassembler des armes et des munitions pour l’Ukraine.

Le plan devrait être approuvé par le président américain Joe Biden et ses homologues lors de leur prochain sommet à Washington en juillet.

Le général américain Christopher Cavoli est à la fois le plus haut commandant militaire de l’OTAN et le chef du commandement américain en Europe, de sorte que le responsable ne changerait pas. Cette décision ne verrait pas non plus l’OTAN fournir directement des armes à l’Ukraine, mais uniquement une aide non létale comme du matériel de déminage, du carburant et des fournitures médicales. Néanmoins, ce plan marquerait une nouvelle phase dans l’implication de l’alliance dans la guerre.

S’accrocher

Plus tôt mercredi, l’Ukraine a abaissé l’âge de la conscription militaire de 27 à 25 ans pour aider à reconstituer ses rangs épuisés après plus de deux ans de guerre. Une pénurie d’infanterie combinée à une grave pénurie de munitions a contribué à donner l’initiative aux troupes russes.

« La raison pour laquelle nous faisons cela est la situation sur le champ de bataille en Ukraine. C’est grave », a déclaré Stoltenberg aux journalistes. « Nous voyons comment la Russie fait pression, et nous voyons comment elle essaie de gagner cette guerre en nous attendant simplement. »

Les promesses occidentales de soutien à l’Ukraine ont été entachées de promesses non tenues. L’engagement européen de fournir un million de cartouches n’a malheureusement pas été atteint, et l’aide financière destinée à l’économie ukrainienne en guerre a été retardée par des luttes politiques internes en Europe et est toujours bloquée à la Chambre des représentants américaine.

« Il est dangereux de faire des promesses que nous ne pouvons pas tenir », a déclaré la ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib aux journalistes lorsqu’on lui a demandé quel montant son pays serait prêt à contribuer à un fonds de 100 milliards de dollars. Elle a déclaré que le plan nécessite davantage de discussions.

Stoltenberg a de nouveau exhorté le Congrès à surmonter ses divergences et à adopter un projet de loi de dépenses supplémentaires, qui comprend environ 60 milliards de dollars d’aide militaire à l’Ukraine, affirmant que le retard persistant « a des conséquences » sur le champ de bataille.

Laisser un commentaire

deux × 3 =