NATO Secretary General Jens Stoltenberg talks during his joint press conference with Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy in Kyiv, Ukraine, Monday, April 29, 2024. (AP Phot

Jean Delaunay

Les ministres de la Défense de l’OTAN débattent d’un nouveau plan d’aide à la sécurité et de soutien à la formation pour l’Ukraine

Les Alliés espèrent parvenir à un accord sur un nouveau système de soutien à l’effort de guerre après plusieurs mois où l’avenir du soutien occidental semblait loin d’être certain.

Les ministres de la Défense de l’OTAN se réunissent à Bruxelles pour convenir d’un nouveau plan visant à fournir une assistance à la sécurité et une formation militaire à long terme à l’Ukraine, après que la Hongrie a promis de ne pas opposer son veto au projet tant qu’elle n’est pas obligée d’y participer.

Les ministres se réuniront pendant deux jours au siège de l’OTAN pour les derniers entretiens de haut niveau avant un sommet organisé par le président américain Joe Biden à Washington en juillet. Les dirigeants de l’organisation militaire devraient y annoncer leur soutien financier à l’Ukraine.

Les alliés occidentaux de l’Ukraine tentent de renforcer leur soutien militaire alors que les troupes russes lancent des attaques le long de la ligne de front de plus de 1 000 kilomètres, profitant d’un long retard dans l’aide militaire américaine. L’argent de l’Union européenne a également été bloqué par des luttes politiques internes.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, qui préside la réunion de jeudi, a déclaré que les forces armées ukrainiennes assiégées ont besoin d’une prévisibilité à long terme quant aux types d’armes, de munitions et de fonds qu’elles peuvent s’attendre à recevoir.

« L’idée est de minimiser les risques de lacunes et de retards, comme nous l’avons vu plus tôt cette année », a déclaré Stoltenberg aux journalistes. Ce retard, a-t-il déclaré, « est l’une des raisons pour lesquelles les Russes sont désormais capables de pousser et d’occuper davantage de terres en Ukraine ».

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, à gauche, arrive pour une réunion bilatérale en marge d'une réunion des ministres de la Défense de l'OTAN au siège de l'OTAN à Bruxelles.
Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, à gauche, arrive pour une réunion bilatérale en marge d’une réunion des ministres de la Défense de l’OTAN au siège de l’OTAN à Bruxelles.

Depuis l’invasion totale de la Russie en février 2022, les partisans occidentaux de l’Ukraine se réunissent régulièrement au sein du Groupe de contact pour la défense de l’Ukraine, dirigé par le Pentagone, pour rassembler des armes et des munitions pour Kiev. Une nouvelle réunion s’est tenue jeudi au siège de l’OTAN.

Même si ces réunions ont abouti à un soutien important sur le champ de bataille, elles ont été de nature ponctuelle et imprévisible. Stoltenberg a été le fer de lance d’un effort visant à ce que l’OTAN prenne une partie du relais.

L’idée est que l’alliance militaire de 32 pays coordonne le processus d’assistance et de formation en matière de sécurité, en partie en utilisant la structure de commandement de l’OTAN et en puisant dans les fonds de son budget commun.

Stoltenberg a déclaré qu’il espérait que Biden et ses homologues accepteraient à Washington de maintenir le niveau de financement du soutien militaire qu’ils ont fourni à l’Ukraine depuis que la Russie a lancé son invasion à part entière en février 2022.

Il estime cela à environ 40 milliards d’euros d’équipements chaque année.

Mercredi, la Hongrie a annoncé qu’elle n’opposerait pas son veto au projet tant qu’elle ne serait pas obligée d’y participer.

« J’ai demandé au secrétaire général de préciser que toute action militaire en dehors du territoire de l’OTAN ne peut être que volontaire, conformément aux règles de l’OTAN et à nos traditions », a déclaré le Premier ministre Viktor Orbán. « La Hongrie a reçu les garanties dont nous avons besoin. »

La plus grande alliance de sécurité au monde n’envoie pas d’armes ni de munitions à l’Ukraine en tant qu’organisation et n’a pas l’intention d’envoyer des troupes sur le terrain. Mais nombre de ses membres apportent leur aide sur une base bilatérale et fournissent conjointement plus de 90 % du soutien militaire du pays.

Les 31 autres alliés considèrent la guerre de la Russie contre l’Ukraine comme une menace existentielle pour la sécurité de l’Europe, mais la plupart d’entre eux, y compris Biden, ont été extrêmement prudents pour garantir que l’OTAN ne soit pas entraînée dans un conflit plus large avec la Russie.

L’OTAN fonctionne sur la base qu’une attaque contre un seul allié entraînera une réponse de la part de tous.

Laisser un commentaire

deux × quatre =