Les manifestants se rassemblent à San Francisco alors que Biden et Xi devraient se rencontrer en marge du sommet de l'APEC

Jean Delaunay

Les manifestants se rassemblent à San Francisco alors que Biden et Xi devraient se rencontrer en marge du sommet de l’APEC

La police s’est rassemblée à San Francisco alors que le sommet de l’APEC s’ouvre cette semaine, et le président américain Joe Biden et le président chinois Xi Jinping devraient se rencontrer face à face.

Les États-Unis accueillent cette semaine le sommet annuel des dirigeants mondiaux de l’APEC pour la première fois depuis 2011. Les dirigeants du groupe de coopération économique Asie-Pacifique, composé de 21 membres, se réuniront à San Francisco pour discuter de la manière de stimuler le commerce et la croissance économique dans la région du Pacifique. région.

Mais le principal événement du sommet aura lieu en marge : un face-à-face entre le président américain Joe Biden et le président chinois Xi Jinping.

Les deux dirigeants ne se sont pas parlé en personne depuis leur rencontre en novembre dernier lors du sommet du Groupe des 20 à Bali, en Indonésie. Depuis, beaucoup de choses se sont produites qui ont attisé les tensions entre les superpuissances.

Plus tôt cette année, l’administration Biden a abattu un ballon espion chinois. Le gouvernement chinois a piraté les courriels de la secrétaire au Commerce, Gina Raimondo. Le gouvernement américain a restreint l’exportation de puces informatiques avancées vers la Chine et a poussé à fournir une aide au développement à d’autres pays pour contrer l’influence de la Chine.

Les divergences ont également été exacerbées par la guerre menée par la Russie en Ukraine et par l’affirmation croissante de la Chine dans le détroit de Taiwan. Mais les représentants des États-Unis et de la Chine se réunissent de plus en plus fréquemment ces derniers temps, œuvrant au dégel des relations. Néanmoins, la réunion Biden-Xi ne devrait pas modifier substantiellement la trajectoire des relations entre les États-Unis et la Chine.

Des partisans pro-palestiniens grimpent sur une horloge lors d'une manifestation contre le sommet de l'APEC
Des partisans pro-palestiniens grimpent sur une horloge lors d’une manifestation contre le sommet de l’APEC

Des manifestants manifestent contre les dirigeants mondiaux

Des militants se sont également rassemblés à San Francisco pour protester contre les profits des entreprises, les atteintes à l’environnement, les mauvaises conditions de travail et la guerre entre Israël et le Hamas.

Mais il est peu probable que les dirigeants du monde entrevoient les manifestations étant donné les zones de sécurité strictes accessibles uniquement aux participants à la salle de conférence du Moscone Center et aux autres sites du sommet. Mais Suzanne Ali, organisatrice du Mouvement de la jeunesse palestinienne, affirme que le gouvernement américain doit être tenu responsable de la fourniture d’armes à Israël dans sa guerre contre le Hamas.

« Même s’ils ne peuvent pas nous voir, alors que nous nous mobilisons et marchons ensemble, ils sauront que nous sommes là-bas », a-t-elle déclaré.

San Francisco a une longue tradition de protestations bruyantes et vigoureuses, tout comme les négociations commerciales. En 1999, des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Seattle lors d’une conférence de l’Organisation mondiale du commerce. Les manifestants ont réussi à retarder le début de cette conférence et ont attiré l’attention du monde entier lorsque la police, débordée, a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en plastique et a arrêté des centaines de personnes.

Le Chili s’est retiré de son rôle d’hôte de l’APEC en 2019 en raison de manifestations massives. L’année dernière, lorsque la Thaïlande a accueilli le sommet à Bangkok, des manifestants pro-démocratie ont contesté la légitimité du Premier ministre thaïlandais. La police a tiré sur la foule avec des balles en caoutchouc, blessant plusieurs manifestants ainsi qu’un journaliste de Reuters.

Laisser un commentaire

15 − 13 =