Identity and Democracy MEP Anders Vistisen

Jean Delaunay

Les malheurs de l’UER s’aggravent alors que deux partis politiques dénoncent l’exclusion du débat électoral

La chaîne affirme que seuls les groupes parlementaires présentant un candidat tête de liste lors des élections de juin pourront être représentés lors du face-à-face télévisé.

L’Union européenne de radiodiffusion (UER) fait l’objet d’une surveillance plus étroite après avoir été accusée par deux partis politiques de les exclure du débat électoral à l’Eurovision.

Le parti d’extrême droite Identité et Démocratie (ID) et l’Alliance libre européenne (ALE), régionaliste et séparatiste, affirment tous deux avoir été intentionnellement évités par les organisateurs du débat, qui doit avoir lieu au Parlement européen à Bruxelles le 23 mai prochain. des élections européennes de juin.

Dans une correspondance vue par L’Observatoire de l’Europe, le parti ID – qui regroupe notamment le Rassemblement national français, la Ligue italienne et l’Alternative für Deutschland allemande et qui forme son propre groupe au Parlement européen – a été informé par l’UER qu’il ne pourrait pas être représenté au Parlement européen. débat parce qu’il n’avait pas présenté de candidat principal officiel, connu sous le nom de Spitzenkandidat, pour le scrutin.

Le processus Spitzenkandidat exige que tous les grands partis européens sélectionnent un candidat principal pour briguer le poste de président de la Commission européenne, le puissant bras exécutif du bloc. Mais le processus a été notoirement rejeté dans le passé, la présidente actuelle Ursula von der Leyen étant parachutée à ce poste en 2019 alors qu’elle n’était pas officiellement candidate.

Dans une lettre adressée à la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, également consultée par L’Observatoire de l’Europe, les coprésidents du groupe ID affirment que les règles de l’UER sont incohérentes. D’autres partis présentant plus d’une tête de liste, ce qui, selon ID, « va également à l’encontre » du principe du Spitzenkandidat, ont été invités au débat.

Renew Europe, qui présente trois têtes de liste, sera représenté par Sandro Gozi, tandis que les Verts, qui ont deux têtes de liste, enverront Terry Reintke au bras de fer télévisé.

L’UER affirme avoir envoyé des invitations aux partis des sept groupes politiques du Parlement européen et avoir clairement indiqué que le débat de l’Eurovision était un « forum pour les principaux candidats au poste de président de la Commission européenne » dans le cadre du système Spitzenkandidat.

« Deux partis, l’ECR et l’ID, ont refusé de désigner un candidat principal et se sont donc rendus inéligibles à ce débat particulier », a déclaré le syndicat de l’audiovisuel basé à Genève dans un communiqué partagé avec L’Observatoire de l’Europe.

ID a exhorté le président Metsola à intervenir et à exhorter l’UER à revenir sur sa décision et à permettre à l’eurodéputé Anders Vistisen du parti populiste d’extrême droite du Parti populaire danois de participer au nom du groupe.

Le débat de l’UER est l’un des trois débats électoraux qui auront lieu avant le vote de juin. Vistisen a représenté le groupe ID au débat de Maastricht en avril, tandis que Maylis Roßberg y a participé au nom de l’ALE.

L’EFA critique également son exclusion

L’Alliance libre européenne (ALE), siège des partis régionalistes et séparatistes européens, a également publié mardi une déclaration affirmant qu’elle avait été délibérément exclue du débat.

Le parti siège aux côtés des Verts au sein du groupe Verts/ALE au Parlement européen. Selon l’UER, ses règles prévoient qu’un seul candidat de chacun des sept groupes politiques du Parlement puisse participer au débat, en l’occurrence Terry Reintke, des Verts.

« En coordination avec le Parlement européen, l’UER a invité les partis politiques du Parlement européen à désigner un candidat principal de chacun des sept groupes politiques officiels représentés », a déclaré l’UER dans un communiqué à L’Observatoire de l’Europe.

« Les partis au sein de ces groupes ont sélectionné le candidat tête de liste. Pour le groupe des Verts/Alliance libre européenne, le candidat tête de liste proposé était Terry Reintke, du parti des Verts européens », ajoute-t-il.

L’EFA a désigné deux candidats principaux pour les élections de juin, Roßberg, 23 ans, originaire de la région frontalière germano-danoise, et l’indépendantiste catalan Raül Romeva, ancien député européen condamné à 12 ans de prison en 2019 pour sédition, mais gracié par Premier ministre espagnol Pedro Sánchez en 2021.

Dans sa déclaration, l’EFA affirme que le porte-parole du Parlement, Jaume Duch, avait demandé au parti de désigner une personne de contact responsable pour les discussions avec l’UER en janvier et qu’une réunion de lancement avait eu lieu, mais qu’aucune communication n’avait ensuite été reçue.

Il indique que les règles limitant les orateurs à un seul candidat tête de liste par groupe politique leur ont été communiquées le 30 avril 2024, et dénonce l’UER pour son « manque de communication et de transparence ».

« Nous souhaitons exprimer notre plus profonde déception et notre désaccord face à cette décision. La démocratie européenne mérite plus. En fermant la porte à notre participation, l’UER non seulement réduit au silence les voix des petits partis, mais sape également les principes de démocratie et d’inclusion », a déclaré le communiqué. dit le parti.

L’UER affirme que ses règles ont été clairement expliquées à tous les partis et qu’elle espère un « débat politique réussi et significatif à un moment crucial pour la politique européenne ».

Le groupe ID et l’EFA demandent à l’UER de rectifier sa décision.

Ajouter de l’huile sur le feu

Ces allégations surviennent juste un jour après que la Commission européenne a censuré la décision de l’UER d’interdire les drapeaux de l’UE lors du concours Eurovision de la chanson à Malmö, en Suède, ce week-end.

Margaritis, vice-président de la Commission Schinas a envoyé lundi une lettre au radiodiffuseur lui demandant la « justification » de l’interdiction et lui demandant d’attribuer « la responsabilité là où elle est due ».

L’UER a déclaré que sa décision était liée aux « tensions géopolitiques accrues » autour du concours de chant, au cours duquel des manifestants pro-palestiniens ont défilé contre la participation d’Israël en raison de son offensive en cours dans la bande de Gaza.

Laisser un commentaire

dix-sept + quinze =