Opposition lawmakers hold banners reading: "Stole the elections" during a Serbia

Jean Delaunay

Les législateurs européens demandent une enquête sur les allégations de fraude électorale en Serbie en vue de geler les fonds

Les législateurs européens ont demandé une enquête indépendante sur les allégations de fraude électorale en Serbie et ont demandé que les fonds européens soient supprimés si les autorités de Belgrade ne coopèrent pas ou sont impliquées dans des irrégularités électorales.

Le parti progressiste serbe au pouvoir, dirigé par le président populiste serbe Aleksandar Vučić, a remporté les élections législatives et municipales du 17 décembre, obtenant 129 sièges sur les 250 que compte l’Assemblée. La coalition d’opposition Serbie contre la violence a terminé loin derrière avec 65 sièges.

Une mission d’observation des votes mise en place par des organismes de surveillance internationaux des droits a déclaré dans un rapport préliminaire que les élections ont été « entachées par une rhétorique dure, des préjugés dans les médias, des pressions sur les employés du secteur public et une mauvaise utilisation des ressources publiques ».

Parmi les irrégularités graves figurent des cas présumés d’achat de voix et de bourrage d’urnes, selon l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe et l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (qui ne font pas partie de l’UE), ainsi que le Parlement européen.

Dans une résolution adoptée par 461 voix contre 53 et 43 abstentions, les députés ont noté avec une « vive inquiétude » que les éléments de preuve recueillis par les observateurs montraient que des irrégularités « pouvaient avoir un impact critique » sur les résultats du vote, notamment dans la capitale Belgrade, et « fragilisé le légitimité » des sondages.

La résolution appelait à « une enquête indépendante menée par des experts et des institutions juridiques internationales respectées » sur tous les scrutins, avec une « attention particulière » portée sur ce qui s’est passé à Belgrade.

Les législateurs ont appelé « à la suspension du financement de l’UE sur la base de graves violations de l’État de droit dans le cadre des élections en Serbie », au cas où les autorités ignoreraient les conclusions de l’enquête ou s’il s’avérait qu’elles étaient directement impliquées dans une fraude électorale.

La résolution a suscité la colère de la Première ministre serbe Ana Brnabić.

« Je peux difficilement exprimer à quel point la résolution du Parlement européen est scandaleuse », a déclaré Brnabić, et elle a condamné les responsables de l’opposition pour s’être rendus au Parlement européen pour faire pression pour que la résolution adopte une ligne dure.

« Ils veulent que les députés européens (membres du Parlement européen) alignent nos citoyens, que les Serbes leur rendent des comptes, et je me demande comment peuvent-ils avoir le droit d’humilier les citoyens serbes de cette manière », a déclaré Brnabić. « Honte à eux. »

La résolution, adoptée lors d’une séance plénière à Strasbourg, en France, n’est pas contraignante mais elle constitue une nouvelle expression officielle de l’inquiétude concernant Vučić et son parti. Les liens de Vučić avec le président russe Vladimir Poutine et son échec à faire appliquer les sanctions de l’UE contre Moscou en ont consterné beaucoup.

La Serbie est candidate à l’adhésion à l’UE à 27, et la résolution de jeudi souligne que les négociations d’adhésion de Belgrade « ne devraient avancer que si le pays fait des progrès significatifs dans ses réformes liées à l’UE ».

Mardi, l’Assemblée nationale de Serbie a tenu une séance inaugurale tendue alors que les nationalistes au pouvoir ont ignoré les informations faisant état de fraudes électorales et d’autres irrégularités.

Au début, les députés de l’opposition se sont rassemblés autour de la tribune du président, sifflant, huant et brandissant des pancartes indiquant « Vous avez volé les élections ». D’autres brandissaient des photos de Vučić avec une légende disant « Le chef de la mafia ».

Les partisans du parti au pouvoir ont déployé une grande banderole dénonçant l’opposition.

Laisser un commentaire

6 − six =