Yann LeCun, Meta

Milos Schmidt

Les leaders technologiques de Davos partagent leurs idées sur les projets Metaverse et IA

Les dirigeants technologiques présents au sommet de Davos du Forum économique mondial 2024 partagent l’avenir des mondes numériques et ce que pourrait impliquer l’éradication de la désinformation avant les élections.

L’Observatoire de l’Europe participe actuellement à la 54e réunion annuelle du Forum économique mondial, qui se tient cette semaine à Davos, en Suisse. Lors d’un panel technologique auquel ont participé certains des PDG des plus grandes entreprises technologiques du monde, Meta et d’autres entreprises ont discuté des prochaines étapes pour les mondes numériques.

Cela comprenait davantage d’exemples d’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) et du métavers, ainsi que d’autres projets pour ces technologies, notamment une utilisation accrue de l’IA pour l’éducation des jeunes, la formation du personnel et le partage d’expériences dans le monde virtuel.

L’IA peut personnaliser et automatiser le matériel de formation et d’éducation

L’IA peut être utilisée pour améliorer considérablement le matériel d’apprentissage et de développement pour l’éducation et la formation, principalement en générant du matériel et en personnalisant les expériences d’apprentissage. Il peut également être utilisé pour proposer un tutorat intelligent, ainsi que des cartes de croissance personnalisées.

Non seulement cela, mais des chatbots plus efficaces, ainsi qu’une gamme plus large et plus diversifiée de matériel d’apprentissage traduit peuvent également être inclus avec l’IA. Le personnel peut bénéficier d’évaluations approfondies de ses performances et, dans certains cas, l’IA peut également automatiser une série de tâches administratives.

L’IA est également vitale pour partager des expériences dans le monde virtuel, en améliorant constamment les modèles basés sur des données du monde réel, afin de créer une expérience plus authentique et immersive pour les utilisateurs. L’intelligence artificielle contribue également à améliorer le traitement des données, l’interaction des utilisateurs, la construction d’avatars et les chatbots, entre autres fonctionnalités.

L’évolution rapide de l’IA présente des menaces en matière de protection des données et de désinformation

Cependant, les régulateurs ont également fait part de leurs inquiétudes quant à la manière dont ces progrès technologiques rapides ont accru les problèmes de confidentialité pour les consommateurs. En tant que telles, les lois sur la protection des données et la vie privée des entreprises ne peuvent plus suivre une approche « universelle », comme le montre récemment l’augmentation du vol d’informations personnelles et des cyberattaques.

Parmi les entreprises les plus importantes au monde qui ont été confrontées à des cyberattaques au cours des dernières années figurent Twitter et Luxottica Group.

Un autre point très important discuté par le panel était la manière dont les grandes entreprises technologiques telles que Meta prévoyaient de contribuer à réduire la désinformation sur les élections à venir, sur toutes leurs plateformes.

Comme on l’a déjà vu lors des conflits Russie-Ukraine et Israël-Hamas, l’IA a été utilisée à des fins de désinformation généralisée, comme par exemple des images truquées déformant le récit des événements, ainsi que pour des tentatives de manipulation des marchés boursiers et des processus démocratiques.

Cela a fait naître une crainte croissante qu’il puisse également être utilisé pour manipuler les élections à venir, avec une technologie plus sophistiquée et moins de traces de falsification de données. Il existe également un risque croissant que la désinformation soit utilisée pour lancer de fausses campagnes de diffamation contre les candidats, ce qui pourrait nuire considérablement à leur réputation et à leurs chances de victoire.

Sir Martin Sorrell, membre du panel et président exécutif de S4Capital, a déclaré à Angela Barnes d’L’Observatoire de l’Europe que les entreprises technologiques pourraient potentiellement avoir du pain sur la planche lorsqu’il s’agit de lutter contre la désinformation électorale.

« Quelque quatre milliards de personnes vont voter et je pense que 70 pays sont impliqués. Cela va donc être très difficile. Mais la réponse est, je pense, l’autorégulation, et les plateformes vont devoir dépenser beaucoup d’argent. beaucoup de temps et d’efforts pour garantir la protection des électeurs, mais bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire. C’est donc une question difficile.

Laisser un commentaire

deux + 7 =