Les journalistes craignent la nouvelle loi sur les médias en Macédoine du Nord

Martin Goujon

Les journalistes craignent la nouvelle loi sur les médias en Macédoine du Nord

Les journalistes accusent le parti au pouvoir et l’opposition de s’unir pour restreindre la liberté de la presse, à la veille des élections dans ce pays des Balkans.

Le parlement du pays a approuvé en février des modifications à la loi avec le soutien de 78 des 120 députés, levant l’interdiction de la publicité gouvernementale et municipale à la télévision et à la radio, que le président Stevo Pendarovski a promulguée en mars.

Le même gouvernement social-démocrate avait initialement aboli la publicité publique en 2017.

Les Macédoniens se rendront aux urnes mercredi pour le premier tour de l’élection présidentielle, suivi d’un second tour le 8 mai.

Pendarovski, l’actuel président de la Macédoine du Nord, dont la candidature à un second mandat est soutenue par l’Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM) au pouvoir, pro-européenne, et Gordana Siljanovska-Davkova, candidate du parti conservateur d’opposition VMRO DPMNE, sont actuellement favorisées. pour accéder au deuxième tour.

Les critiques de l’amendement à la loi sur les médias affirment que la publicité publique peut restreindre la liberté de la presse en laissant les médias dépendants financièrement du gouvernement, ce qui conduit à l’autocensure et à des reportages biaisés.

Il peut également être utilisé comme un outil pour récompenser ou punir les médias en fonction de leur couverture des activités gouvernementales, ce qui finit par créer un environnement hostile au journalisme indépendant et sape le rôle de surveillance de la presse, a déclaré un éminent journaliste national.

« Il s’agit d’une tentative de rendre la publicité d’État aux médias avant les élections », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Mladen Čadikovski, président de l’Association des journalistes de Macédoine. « Tout cela se fait au moyen d’une procédure raccourcie et en abusant du drapeau européen », a-t-il déclaré, ajoutant que l’amendement était faussement présenté comme conforme aux lois de l’UE sur les médias, que le pays candidat devra éventuellement adopter s’il devient membre de l’UE. le bloc.

Bruxelles a ouvert les négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord en juillet 2022.

Les principaux médias du pays et les petits partis d’opposition ont interpellé le gouvernement, exigeant le retrait immédiat des amendements.

« Tout le monde devrait se méfier lorsque les partis au pouvoir et l’opposition s’accordent sur quelque chose », a déclaré Čadikovski, ajoutant que la loi donne un avantage injuste à certains partis politiques et limite la diversité des voix dans le paysage médiatique.

« Alors que le parti SDSM au pouvoir était dans l’opposition, il s’est fermement opposé à la publicité gouvernementale et a affirmé qu’il s’agissait d’un crime – maintenant qu’ils sont au pouvoir, ils ne le pensent évidemment pas », a-t-il déclaré.

Le gouvernement a indiqué qu’il entendait les critiques.

Pour empêcher les institutions publiques de contrôler les médias via la publicité, un nouveau plan a été introduit en Macédoine du Nord, selon lequel le ministère de la Société de l’information gérera la distribution des fonds destinés aux médias. Et les allocations des campagnes locales seront décidées par des commissions composées de membres du conseil municipal afin de rendre le financement des médias plus transparent et plus responsable.

Mais ce qui semble bon en théorie doit d’abord être mis en pratique.

L’ancien ministre macédonien des Affaires étrangères Nikola Dimitrov doute que la nouvelle réglementation soit dans l’intérêt public : « Ce qui a rapproché les partis, ce sont des intérêts partisans égoïstes, et non ce qui est bon pour le pays qu’ils sont censés servir.

« C’est ainsi que vous pouvez influencer les politiques éditoriales et rester en bons termes avec les chaînes de télévision qui décident de votre image dans les campagnes », a déclaré Dimitrov à L’Observatoire de l’Europe, ajoutant que « le gouvernement a vendu la législation comme étant en phase avec les directives de l’UE » pour la faire adopter rapidement par le Parlement. .

Journalistes sans frontières classe la Macédoine du Nord au 38e rang mondial dans son classement de la liberté de la presse, devant la Croatie, membre de l’UE, et d’autres pays de la région. Pourtant, le candidat à l’UE tarde à harmoniser la législation sur les médias avec les normes du bloc.

Dimitrov exhorte l’UE à envoyer un message au gouvernement de Skopje : « Lorsqu’on abuse du drapeau européen, cela mine également le discours européen. »

Il est important que Bruxelles ne laisse pas la Macédoine du Nord reculer en matière de liberté des médias, a-t-il déclaré, soulignant le mauvais état de la presse et de la démocratie dans le pays voisin de la Macédoine du Nord, la Serbie, qui cherche également à adhérer à l’UE.

Le porte-parole du gouvernement n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Laisser un commentaire

14 − 4 =