An Uber sign is displayed inside a car in Glenview, Ill., on Dec. 17, 2022.

Jean Delaunay

Les institutions européennes parviennent à un accord sur les conditions des travailleurs des plateformes

Le Parlement européen et les États membres de l’UE ont conclu un accord pour réglementer et améliorer les conditions de travail des travailleurs des plateformes.

L’accord politique convenu mercredi fixe les critères permettant aux chauffeurs Uber ou aux livreurs Deliveroo, par exemple, d’être considérés comme des employés des entreprises pour lesquelles ils travaillent.

« Il ne peut pas y avoir de faux travailleurs indépendants parmi les coureurs, parmi les catégories de travail parmi les plus exploitées, parmi les moins payées et parmi les plus précaires », a déclaré Elisabetta Gualmini, eurodéputée socialiste italienne dans un entretien à L’Observatoire de l’Europe. .

« Si vous êtes un véritable indépendant ou un salarié, vous méritez ces protections sociales. »

L’accord établit cinq indicateurs clés, notamment si l’entreprise fixe des plafonds de rémunération aux salariés, supervise leurs performances via une application, contrôle la répartition de leurs tâches, choisit leurs horaires de travail et leur fait porter des vêtements d’entreprise.

Si deux de ces critères sont remplis, alors les travailleurs devraient devenir des salariés et bénéficier de droits sociaux, y compris de congés payés.

Pour Leila Chaibi, eurodéputée française du Groupe La Gauche, l’une des difficultés a été de traiter avec les sociétés plateformes.

« Les lobbies des plateformes ont réussi à trouver des alliés au sein du Parlement, mais surtout au sein du Conseil de l’Union européenne, qui représente les Etats membres et jusqu’au dernier moment, ils ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour défaire, saboter la directive », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe. .

« Nous sommes passés très près d’avoir une directive qui n’est pas favorable aux travailleurs, mais qui est une directive favorable aux plateformes, ce qui est une directive interdite. »

Les représentants des plateformes n’ont pas répondu à la demande de commentaires d’L’Observatoire de l’Europe.

Selon les données du Parlement européen, environ 5,5 travailleurs sont désormais classés à tort comme indépendants.

La nouvelle loi rendra également les algorithmes plus transparents et clarifiera pour les travailleurs la manière dont ils sont utilisés pour attribuer le travail, ainsi que la manière dont leurs données personnelles sont traitées.

Laisser un commentaire

3 × 2 =