Image released by the US military

Jean Delaunay

Les Houthis du Yémen ciblent un navire battant pavillon de Singapour dans le golfe d’Aden

Le groupe Houthi du Yémen a lancé vendredi une attaque de missiles infructueuse contre un navire commercial battant pavillon de Singapour dans le golfe d’Aden, poursuivant ainsi l’escalade des tensions dans la région.

Une attaque menée par les rebelles Houthis du Yémen a déclenché vendredi des explosions devant un navire battant pavillon de Singapour dans le golfe d’Aden, mais n’a pas touché le navire lui-même, ont indiqué les autorités.

Il s’agit de la dernière d’une campagne d’attaques menée par le groupe soutenu par l’Iran suite à la guerre menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza.

L’attaque de vendredi a visé le vraquier Propel Fortune, qui poursuivait sa route, selon le commandement central de l’armée américaine. « Les missiles n’ont pas touché le navire », a indiqué l’armée américaine. « Aucun blessé ni dégât n’a été signalé. »

Les Houthis ont déclaré samedi qu’ils étaient à l’origine de l’attaque. Le porte-parole militaire des Houthis, le général de brigade Yahya Saree, a affirmé qu’en plus de cibler l’attaque Propel Fortune, les forces houthies ont également lancé 37 drones ciblant des navires de guerre américains.

Des responsables américains ont déclaré samedi matin que la marine américaine, des navires de guerre et des avions alliés avaient abattu 15 drones houthis porteurs de bombes dans le golfe d’Aden et la mer Rouge.

L’attaque de vendredi contre le Propel Fortune a eu lieu après qu’un missile Houthi a frappé mercredi un navire commercial dans le golfe d’Aden, tuant trois membres de son équipage et forçant les survivants à abandonner le navire.

Il s’agissait de la première frappe meurtrière de la campagne des Houthis contre la guerre à Gaza. Les Houthis décrivent ces attaques comme une tentative de faire pression sur Israël pour qu’il mette fin à la guerre, mais leurs cibles n’ont de plus en plus que peu ou rien à voir avec le conflit.

Parmi les autres actions récentes des Houthis figurent une attaque en février contre un cargo transportant des engrais, le Rubymar, qui a coulé samedi après avoir dérivé pendant plusieurs jours, et la destruction d’un drone américain d’une valeur de plusieurs dizaines de millions de dollars.

Les États-Unis ont également mené des frappes aériennes vendredi qui, selon eux, ont détruit deux missiles antinavires Houthis montés sur camion au Yémen. Les rebelles n’ont directement reconnu aucune destruction résultant de ces frappes.

Les Houthis contrôlent le nord du Yémen et la capitale Sanaa depuis 2014. Ils combattent depuis 2015 une coalition dirigée par l’Arabie saoudite dans une guerre civile de longue date dans le pays le plus pauvre du monde arabe.

Depuis que les États-Unis ont lancé leur campagne de frappes aériennes en janvier, les Houthis ont reconnu la mort d’au moins 22 de leurs combattants. Un civil aurait également été tué.

Laisser un commentaire

quinze + 5 =