Les grandes entreprises exhortent l’UE à réduire ses émissions de 90 %

Jean Delaunay

Les grandes entreprises exhortent l’UE à réduire ses émissions de 90 %

Les entreprises affirment que le bloc doit se fixer un objectif de réduction d’au moins 90 % par rapport aux niveaux de 1990 pour éviter de dépasser des « points de basculement irréversibles ».

Certaines des plus grandes entreprises du continent, notamment Coca Cola Europe, Unilever et Velux, ont appelé l’UE à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 90 % d’ici 2040.

Les entreprises affirment que le bloc doit fixer un objectif de réduction d’au moins 90 % par rapport aux niveaux de 1990 pour éviter de franchir des « points de bascule irréversibles », et que pas plus de 10 % de cet objectif ne devrait provenir de l’élimination du carbone.

Le rapport, publié par CLG Europe, fait suite à l’engagement récent d’entreprises comme Coca Cola et GSK d’atteindre elles-mêmes zéro émission nette d’ici 2040.

Cela survient également alors que la Commission européenne approche de la date limite de juin 2024 pour annoncer un objectif climatique formel.

L’UE peut atteindre l’objectif proposé pour 2040 en suivant 10 principes, selon le rapport du CLG.

Il s’agit notamment d’accélérer l’électrification et l’élimination progressive des combustibles fossiles, d’augmenter les budgets européens et nationaux consacrés au climat et à la nature, et d’intégrer une durabilité compétitive dans les politiques du bloc.

Le groupe exhorte également l’UE à réduire rapidement les émissions du secteur du bâtiment et à adopter une approche réaliste et fondée sur des preuves en matière d’élimination du carbone.

Le « leadership indispensable » de l’UE

Un objectif de réduction de 90 % placerait l’UE à un niveau d’ambition aligné sur l’Accord de Paris, selon CLG Europe, dans lequel les pays visent à empêcher le réchauffement climatique de dépasser 1,5°C.

« En fixant un objectif pour 2040, l’UE peut assurer le leadership indispensable et donner des signaux clairs au marché et aux politiques en faveur de l’action climatique », a déclaré Tim Christophersen, vice-président de l’action climatique chez Salesforce.

« Nous saluons un objectif qui reflète la rapidité, l’urgence et les avantages d’une action à court terme, pour les populations, le climat et la nature », a-t-il ajouté.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré qu’il était actuellement « prématuré » de spéculer sur d’éventuels niveaux de réduction des émissions pour 2040.

« Ce qui est déjà clair, c’est que le climat restera effectivement au cœur de l’agenda politique de l’UE pour les décennies à venir », a déclaré le porte-parole, soulignant les objectifs de réduction des émissions déjà fixés dans la législation européenne et l’engagement du bloc à devenir « le premier continent climatiquement neutre d’ici 2050 ».

« Comme la présidente (Ursula) von der Leyen l’a toujours dit, le Green Deal européen est la stratégie de croissance de l’Europe », a ajouté le porte-parole.

Laisser un commentaire

4 × un =