Les États-Unis fourniront des armes à sous-munitions à l'Ukraine dans le cadre d'un nouveau programme d'aide militaire

Jean Delaunay

Les États-Unis fourniront des armes à sous-munitions à l’Ukraine dans le cadre d’un nouveau programme d’aide militaire

Longtemps recherchées par l’Ukraine, les bombes à fragmentation sont des armes qui s’ouvrent dans les airs, libérant des sous-munitions, ou bombelettes, qui sont dispersées sur une vaste zone et sont destinées à semer la destruction sur plusieurs cibles à la fois.

L’administration Biden fournira des milliers d’armes à sous-munitions à l’Ukraine, a déclaré vendredi le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, promettant que les États-Unis ne laisseraient pas l’Ukraine sans défense et que Kiev a promis d’utiliser les munitions controversées avec précaution.

La décision intervient à la veille du sommet de l’OTAN en Lituanie, où le président Joe Biden devrait être confronté à des questions d’alliés sur les raisons pour lesquelles les États-Unis enverraient une arme en Ukraine que plus des deux tiers des membres de l’alliance ont interdite parce qu’elle a une piste record de nombreuses victimes civiles.

Les munitions – qui sont des bombes qui s’ouvrent dans les airs et libèrent des dizaines de petites bombes – sont considérées par les États-Unis comme un moyen d’obtenir les munitions dont Kiev a un besoin critique pour aider à renforcer son offensive et à franchir les lignes de front russes. Les dirigeants américains ont débattu de la question épineuse pendant des mois avant que Biden ne prenne la décision finale cette semaine.

Patrick Semansky/Copyright 2023 L'AP.  Tous les droits sont réservés.
Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s’exprime lors d’un point de presse à la Maison Blanche, le vendredi 7 juillet 2023, à Washington.

Sullivan a défendu la décision, affirmant que Washington enverrait une version de la munition qui a un « taux d’échec » réduit, ce qui signifie que moins de petites bombes n’explosent pas. Les obus non explosés, qui jonchent souvent les champs de bataille et les zones civiles peuplées, causent des morts involontaires.

« Nous reconnaissons que les armes à sous-munitions créent un risque de préjudice civil à cause des munitions non explosées », a-t-il déclaré lors d’un briefing à la Maison Blanche. « C’est pourquoi nous avons reporté la décision aussi longtemps que nous le pouvions »

Il existe également un risque énorme de dommages civils si les troupes et les chars russes passent par-dessus les positions ukrainiennes et prennent plus de territoire ukrainien et soumettent davantage de civils ukrainiens parce que l’Ukraine n’a pas assez d’artillerie. Cela nous est intolérable.

Jake Sullivan

Conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche

Selon le Comité international de la Croix-Rouge, certaines armes à sous-munitions laissent derrière elles des sous-munitions qui ont un taux élevé d’échec d’explosion – jusqu’à 40 % dans certains cas. Le taux de munitions non explosées pour les munitions qui iront en Ukraine est inférieur à 3 % et signifiera donc moins de bombes non explosées laissées sur place pour potentiellement blesser des civils.

Une convention interdisant l’utilisation des bombes à fragmentation a été rejointe par plus de 120 pays qui ont convenu de ne pas utiliser, produire, transférer ou stocker les armes et de les éliminer après qu’elles aient été utilisées. Les États-Unis, la Russie et l’Ukraine font partie de ceux qui n’ont pas signé.

Ryan Brobst, analyste de recherche pour la Fondation pour la défense des démocraties, a déclaré que si la majorité des membres de l’OTAN ont signé l’interdiction des armes à sous-munitions, plusieurs des plus proches de la Russie – l’Estonie, la Lettonie, la Pologne, la Roumanie et la Turquie – ne l’ont pas fait.

« Les plus importants d’entre eux sont la Pologne et la Roumanie », a déclaré Brobst, notant que les armes américaines passeront probablement par ces pays en route vers l’Ukraine. « Bien que certains alliés soulèvent des objections, cela n’empêchera pas (les armes à sous-munitions) d’être transférées en Ukraine. »

Mohamed Zaatari/AP2011
DOSSIER – Des militants et des délégations internationales se tiennent à côté d’unités de bombes à fragmentation, lors d’une visite dans une base militaire libanaise à Nabatiyeh, au Liban, le 12 septembre 2011.

Les armes à sous-munitions sont incluses dans un nouveau programme d’aide militaire de 735 millions d’euros que les États-Unis enverront à l’Ukraine. Le paquet de vendredi, qui proviendra des stocks du Pentagone, comprendra également des véhicules blindés Bradley et Stryker et un éventail de munitions, telles que des cartouches pour obusiers et le système de fusée d’artillerie à haute mobilité, ont déclaré des responsables.

Fournir les bombes à fragmentation allégera également la pression sur les stocks limités de munitions américaines. Les États-Unis ont pris d’énormes quantités de cartouches de 155 mm dans les stocks du Pentagone et les ont envoyées en Ukraine, ce qui suscite des inquiétudes quant à la possibilité de manger dans les magasins américains. Les armes à sous-munitions, qui sont tirées par la même artillerie que les 155 mm conventionnels, donneront à l’Ukraine une capacité hautement létale et lui permettront également de frapper plus de cibles russes en utilisant moins de cartouches.

Lors d’un briefing du Pentagone jeudi, Brig. Le général Pat Ryder a déclaré que le ministère de la Défense disposait de « plusieurs variantes » des munitions et que « celles que nous envisageons de fournir n’incluraient pas les variantes plus anciennes avec des taux (non explosifs) supérieurs à 2,35 % ».

Il a déclaré que les États-Unis « sélectionneraient avec soin les cycles avec des taux de ratés inférieurs, pour lesquels nous disposons de données de test récentes ».

Jusqu’à présent, les réactions des alliés ont été modérées. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a souligné vendredi que l’alliance militaire ne prend pas position sur les armes à sous-munitions et que c’est une décision que les alliés prendront. Et l’Allemagne, qui a signé le traité d’interdiction, a déclaré qu’elle ne fournirait pas les bombes à l’Ukraine, mais a exprimé sa compréhension de la position américaine.

« Nous sommes certains que nos amis américains n’ont pas pris la décision de fournir de telles munitions à la légère », a déclaré le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Hebestreit aux journalistes à Berlin.

Nous devons rappeler une fois de plus que la Russie a déjà utilisé des armes à sous-munitions à grande échelle dans sa guerre d’agression illégale contre l’Ukraine.

Steffen Hebestreit

Porte-parole du gouvernement allemand

Oleksandra Ustinova, membre du parlement ukrainien qui a préconisé que Washington envoie plus d’armes, a noté que les forces ukrainiennes ont dû désactiver les mines d’une grande partie du territoire qu’elles reconquéraient à la Russie. Dans le cadre de ce processus, les Ukrainiens pourront également attraper toutes les munitions non explosées des armes à sous-munitions.

« Nous devrons déminer de toute façon, mais il vaut mieux avoir cette capacité », a déclaré Ustinova.

La dernière utilisation américaine à grande échelle de bombes à fragmentation remonte à l’invasion de l’Irak en 2003, selon le Pentagone. Mais les forces américaines les considéraient comme une arme clé lors de l’invasion de l’Afghanistan en 2001, selon Human Rights Watch. Au cours des trois premières années de ce conflit, on estime que la coalition dirigée par les États-Unis a largué plus de 1 500 bombes à fragmentation en Afghanistan.

Les partisans de l’interdiction des bombes à fragmentation disent qu’elles tuent sans discrimination et mettent en danger les civils longtemps après leur utilisation.

L’utilisation de ces munitions devrait cesser immédiatement et ne pas être utilisées en quelque lieu que ce soit.

Marta Hurtado

Porte-parole du Bureau des droits de l’homme des Nations Unies

Marta Hurtado, s’exprimant au nom du bureau des droits de l’homme de l’ONU, a également déclaré : « Nous exhorterons la Fédération de Russie et l’Ukraine à rejoindre les plus de 100 États qui ont ratifié la convention sur les armes à sous-munitions et qui interdisent effectivement leur utilisation ».

Laisser un commentaire

quinze + seize =