FILE - Sudanese soldiers from the Rapid Support Forces unit, led by Gen. Mohammed Hamdan Dagalo, the deputy head of the military council, secure the area where Dagalo attends

Milos Schmidt

Les Émirats arabes unis accusés d’alimenter la guerre en fournissant des armes aux rivaux paramilitaires du Soudan

Plus de 14 000 personnes ont été tuées et 33 000 blessées dans le conflit qui fait rage depuis début 2023, selon l’ONU.

Le gouvernement soudanais a accusé mardi les Émirats arabes unis (EAU) d’alimenter la guerre de 14 mois dans ce pays africain en fournissant des armes à une force paramilitaire rivale.

Les Émirats arabes unis ont rejeté cette allégation, la qualifiant de « ridicule », la qualifiant d’« abus honteux de la part de l’une des parties belligérantes ».

L’affrontement a eu lieu lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU au cours de laquelle la secrétaire générale adjointe, Martha Pobee, a averti que des atrocités étaient commises selon des critères ethniques dans la région du Darfour, à l’ouest du Soudan.

Elle a appelé à un cessez-le-feu immédiat dans la capitale du Nord-Darfour, El Fasher, assiégée par les forces paramilitaires de soutien rapide, « afin de prévenir de nouvelles atrocités, de protéger les infrastructures critiques et d’alléger les souffrances des civils ».

L’ambassadeur soudanais Al-Harith Mohamed a accusé les forces paramilitaires de soutien rapide d’avoir « lancé de manière destructrice » leur guerre contre l’armée soudanaise et d’attaquer des civils, avec l’aide d’armes provenant des Émirats arabes unis.

Il a déclaré que le Soudan avait des preuves de la fourniture d’armes par les Émirats arabes unis et que le gouvernement soumettrait un dossier sur les actions des Émirats arabes unis à la Cour pénale internationale.

L’ambassadeur des Émirats arabes unis, Mohamed Abushahab, a déclaré qu’il s’agissait de « fausses allégations » et a demandé pourquoi le gouvernement soudanais refusait de reprendre les pourparlers de paix.

Se tournant vers l’ambassadeur du Soudan assis à ses côtés à la table en forme de fer à cheval du Conseil de sécurité, Abushahab a déclaré : « Vous devriez arrêter de faire de la démagogie dans des forums internationaux comme celui-ci et plutôt assumer la responsabilité de mettre fin au conflit que vous avez déclenché. »

Les observateurs de l’embargo sur les armes revendiquent des « preuves crédibles »

Des experts de l’ONU surveillant l’embargo sur les armes au Darfour ont rapporté en janvier des preuves « crédibles » selon lesquelles les Émirats arabes unis envoyaient des armes aux Forces de soutien rapide plusieurs fois par semaine depuis le nord du Tchad.

L’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield a réitéré mardi un appel à tous « les acteurs extérieurs pour qu’ils cessent d’alimenter et de prolonger ce conflit et de permettre ces atrocités en envoyant des armes au Soudan ».

S’adressant aux journalistes après la réunion, le Soudanais Mohamed a exhorté le conseil à « faire un effort supplémentaire en désignant et en humiliant les Émirats arabes unis ».

Edem Wosornu, directeur des opérations du bureau humanitaire de l’ONU, a déclaré au Conseil que la vie de 800 000 civils coincés à El Fasher « est en jeu », faisant écho au risque d’atrocités massives et avertissant que la violence dans la ville encerclée « n’est que la pointe du danger ». de l’iceberg. »

Elle a déclaré que les bombardements aveugles affectent des millions de personnes au Darfour, que la violence sexuelle reste endémique et que « la famine est imminente ».

Près de 5 millions de personnes sont confrontées à des niveaux d’insécurité alimentaire d’urgence et plus de 2 millions dans 41 « points chauds de la faim courent un risque élevé de sombrer dans une famine catastrophique dans les semaines à venir », a déclaré Wosornu.

Les déplacements internes au Soudan dépassent les 10 millions

Le Soudan a de nouveau plongé dans le conflit à la mi-avril 2023, lorsque des tensions latentes depuis longtemps entre ses dirigeants militaires et paramilitaires ont éclaté dans la capitale, Khartoum, et se sont propagées à d’autres régions, dont le Darfour.

Selon l’ONU, plus de 14 000 personnes ont été tuées et 33 000 blessées.

Les Forces paramilitaires de soutien rapide ont été formées à partir de combattants Janjaweed par le président soudanais de l’époque, Omar al-Bashir, qui a dirigé le pays pendant trois décennies avant d’être renversé lors d’un soulèvement populaire en 2019.

Il est recherché par la Cour pénale internationale pour génocide et autres crimes commis lors du conflit au Darfour dans les années 2000.

Jeudi dernier, le Conseil de sécurité a adopté une résolution exigeant que les Forces de soutien rapide mettent immédiatement fin au siège d’El Fasher, la seule capitale du Darfour qu’elles ne contrôlent pas.

Le conseil a également exhorté les forces paramilitaires et l’armée soudanaise « à rechercher une cessation immédiate des hostilités ».

Il y a vingt ans, le Darfour est devenu synonyme de génocide et de crimes de guerre, en particulier commis par les milices arabes Janjaweed, contre des populations qui s’identifient comme étant d’Afrique centrale ou orientale.

Jusqu’à 300 000 personnes ont été tuées et 2,7 millions ont été chassées de chez elles.

Laisser un commentaire

trois × 2 =