Les élections britanniques ont déjà échoué

Martin Goujon

Les élections britanniques ont déjà échoué

La Grande-Bretagne est en proie à une crise – même si la campagne électorale qui s’est déroulée ces dernières semaines ne vous en rendrait pas compte.

Les élections générales britanniques de 2024 ont été tout sauf ennuyeuses, depuis leurs débuts forcés – le Premier ministre Rishi Sunak, trempé jusqu’aux os dans un Downing Street balayé par la pluie, prenant le pays par surprise avec un sondage instantané – jusqu’à leur conclusion passionnante le 4 juillet. le Parti travailliste d’opposition semble en bonne voie de remporter une victoire record.

Il y a eu des scandales, avec les principaux collaborateurs de Sunak suspendus pour une prétendue arnaque aux paris, ainsi que des gaffes (la décision du Premier ministre d’abandonner une commémoration du jour J restera longtemps dans les mémoires) et des personnages démesurés, sous la forme de Nigel Farage, de retour. des morts politiques.

La toile de fond extraordinaire de tout cela a été la vue d’un parti politique autrefois imbattable s’effondrer en temps réel, les conservateurs perdant leur soutien sondage après sondage alors qu’ils s’effondrent vers ce que les initiés craignent comme un événement au niveau de l’extinction.

Pour les passionnés de politique, il y a eu peu de campagnes comme celle-là.

Mais pour le public britannique, détaché du discours politique et désenchanté – voire dégoûté – par la classe politique de Westminster, cette élection est déjà un échec.

La Grande-Bretagne en 2024 est une nation confrontée à d’énormes problèmes systémiques, dont peu ont été résolus au cours des cinq semaines de campagne jusqu’à présent.

L’économie britannique est sous assistance respiratoire depuis des années et connaît une croissance négligeable, voire négative. Dans le même temps, les paiements des intérêts de la dette nationale ont grimpé en flèche de plusieurs dizaines de milliards de livres, étouffant tout investissement réel dans des services publics négligés et en ruine. Les prélèvements fiscaux du gouvernement atteignent déjà des niveaux quasi-record.

Pour le public, le coût de la vie a grimpé en flèche, alimenté par les prix exorbitants de l’énergie et des matières premières déclenchés par la guerre en Ukraine.

Et une bombe à retardement démographique tant redoutée est en train d’exploser, avec des demandes adressées au National Health Service britannique en difficulté et au secteur de l’assistance sociale pour adultes en crise à des niveaux records. Les listes d’attente pour un traitement et des soins ont rarement été plus longues. Le personnel et les fonds manquent cruellement.

En 2024, la Grande-Bretagne connaît une crise du logement, une crise des prisons et une crise du financement des universités. Les services de santé mentale et les services destinés aux besoins spéciaux sont à genoux. Les prestations sociales explosent.

Et la nation s’est légalement engagée dans une transition coûteuse – si nécessaire – vers zéro émission nette de carbone au cours des 25 prochaines années.

Mais ni les conservateurs ni les travaillistes n’ont cherché à aborder ces questions de manière significative dans leurs programmes électoraux, des documents publics qui – soi-disant – exposent leurs plans alternatifs pour le gouvernement au cours de la prochaine législature.

Les aspirations sont audacieuses mais vagues. Des résultats prometteurs sont promis, sans véritable plan sur la manière de les réaliser. Le Brexit est à peine évoqué. Et personne ne veut parler de l’énorme trou noir dans les finances du pays qui attend celui qui prendra le pouvoir le 4 juillet.

En lançant lundi un rapport comparant les manifestes des deux partis, l’Institute for Fiscal Studies (IFS) – le groupe de réflexion non partisan le plus respecté de Grande-Bretagne – n’aurait pas pu être plus cinglant dans son verdict.

« Les faits bruts sont largement ignorés par les deux principaux partis », a déclaré le directeur de l’IFS, Paul Johnson, un économiste à lunettes aux manières douces, qui n’est normalement pas enclin aux hyperboles.

Il a accusé les travaillistes et les conservateurs de « conspiration du silence » sur la situation économique difficile de la Grande-Bretagne, aucun des deux partis n’étant prêt à discuter avec les électeurs de ce qui les attend.

« Sur les grandes questions sur lesquelles les gouvernements ont un contrôle direct – sur la façon dont ils vont modifier les impôts, les aides sociales, les dépenses publiques – les programmes des principaux partis n’apportent en réalité que peu de ressources », a-t-il déclaré. « Le 4 juillet, nous voterons dans le vide des connaissances. »

La réalité sous-jacente est dure. Les impôts devront encore augmenter au cours de la prochaine législature, a déclaré Johnson, à moins que les services publics, déjà sous-financés, ne soient encore réduits. Les deux partis promettent déjà des fonds supplémentaires pour la santé et la défense, a-t-il noté, même si aucun des deux partis n’a de plan réaliste sur la manière dont cela pourrait être financé.

Les plans économiques reposent en grande partie sur une croissance rapide, même si la manière d’y parvenir est loin d’être claire.

« Si une meilleure croissance se concrétise lors du prochain parlement – ​​et cela pourrait être le cas – ce sera en grande partie dû à la chance », a déclaré Johnson. « Nous devrions espérer que cela se produise. Mais espérer le meilleur n’est pas une stratégie.

Il est désormais trop tard pour que cette campagne change de cap. Les principaux partis passeront leurs derniers jours enfermés dans des attaques et des contre-attaques, les travaillistes réchauffant leurs lignes sur les dernières années chaotiques du régime conservateur ; les conservateurs lancent des avertissements stridents sur ce que les travaillistes pourraient faire au pouvoir.

Les électeurs britanniques resteront largement désengagés. Peut-on leur en vouloir, compte tenu de ce qui est proposé ?

« Les (deux principaux partis) ont singulièrement échoué à reconnaître certains des problèmes et choix les plus importants auxquels nous étions confrontés depuis très longtemps », a déclaré Johnson lundi.

« À mesure que la population vieillit, ces choix deviendront plus difficiles, et non plus faciles. Nous ne pouvons pas souhaiter qu’ils disparaissent.

Les ennuis s’annoncent pour le parti qui sortira victorieux le 4 juillet.

Laisser un commentaire

quinze + sept =