Czech Republic

Jean Delaunay

Les dirigeants tchèque et français s’engagent à soutenir l’Ukraine

Le président français Emmanuel Macron et son homologue tchèque Petr Pavel acceptent d’envoyer un soutien à l’Ukraine, mais excluent l’envoi de troupes de combat.

Les présidents tchèque et français ont déclaré mardi que leurs pays restaient unis dans leur soutien à la lutte de l’Ukraine contre l’agression russe et étaient prêts à rechercher de nouvelles façons d’aider les Ukrainiens à réussir.

« Nous sommes d’accord sur le fait que la seule option pour nous est de continuer à soutenir l’Ukraine », a déclaré le président tchèque Petr Pavel. « Nous sommes convenus que l’Europe doit jouer un rôle plus important pour aider l’Ukraine. »

Pavel a déclaré que toutes les options devaient être envisagées, mais a exclu le déploiement de troupes de combat en Ukraine, une idée lancée la semaine dernière par le président français Emmanuel Macron, provoquant un tollé de la part d’autres dirigeants européens. Plus tard, les responsables français ont cherché à clarifier les propos de Macron et à apaiser les critiques, tout en insistant sur la nécessité d’envoyer un signal clair à la Russie : elle ne peut pas gagner en Ukraine.

« Nous n’en avons pas parlé du tout », a déclaré Pavel. « Nous parlons de diverses formes d’assistance. » Il a suggéré que la formation des soldats ukrainiens pourrait avoir lieu dans leur pays d’origine malgré le conflit en cours.

« La Russie ne doit pas gagner la guerre », a déclaré Macron à Prague. « Nous devons tous être conscients que cette guerre nous affecte tous. »

Il a déclaré que les nations européennes ne peuvent pas s’imposer de contraintes alors que la Russie n’a aucune limite, y compris la menace d’utiliser des armes nucléaires.

« C’est un saut stratégique que j’ai réclamé et que j’adhère pleinement », a déclaré Macron. « Nous devons être rationnels face à la réalité de la situation qui se joue en Europe. »

« Je suis convaincu que la clarté de ces mots est précisément ce dont l’Europe avait besoin », a-t-il déclaré. « Demandez au président (Vladimir) Poutine ce qu’il est prêt à ne pas faire. Qui a déclenché la guerre en Ukraine ? Vladimir Poutine, qui menace quoi que nous fassions et quoi que nous disions, avec des armes nucléaires. »

Le Kremlin a prévenu que si l’OTAN envoyait des troupes de combat, un conflit direct entre l’alliance et la Russie serait inévitable.

Le mois dernier, Pavel a annoncé lors d’une conférence sur la sécurité à Munich que les Tchèques avaient identifié 800 000 munitions d’artillerie dans divers pays et cherchaient des fonds pour les acquérir et les expédier en Ukraine. Macron a salué le projet tchèque d’acquérir les munitions dont l’Ukraine a cruellement besoin.

Une quinzaine de pays, dont la Grande-Bretagne, la Belgique, le Danemark, le Canada, la Suède et les Pays-Bas, ont exprimé leur soutien au projet, a indiqué le gouvernement tchèque.

Plus tard mardi, Macron et le Premier ministre tchèque Petr Fiala ont signé un plan d’action franco-tchèque pour un partenariat stratégique à long terme qui devrait renforcer davantage la coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire, entre autres domaines, notamment la défense, les transports, la science et la culture.

Contrairement à certains autres pays européens, la République tchèque et la France dépendent fortement de l’énergie nucléaire.

Le gouvernement tchèque cherche actuellement à construire jusqu’à quatre réacteurs nucléaires. Le géant nucléaire français EDF et le coréen KHNP sont les deux candidats au projet. Ils doivent soumettre leurs offres finales d’ici la mi-avril et un contrat doit être signé au tournant de 2024-2025.

Le premier nouveau réacteur, situé à la centrale nucléaire de Dukovany, devrait être opérationnel d’ici 2036.

Lors de la visite de Macron, la principale compagnie d’électricité tchèque, CEZ, a signé un contrat avec le français Orano pour ses besoins d’enrichissement d’uranium, dans le but d’éliminer la dépendance du pays à l’égard de la Russie. Dans le cadre de cet accord, l’uranium fourni sera transformé en combustible destiné à l’usine de Dukovany.

Orano assure déjà les mêmes prestations pour l’autre centrale nucléaire de Temelin.

Une autre société française, Framatome, a été sélectionnée en 2022, aux côtés de l’américain Westinghouse Electric Co., pour livrer le carburant à Temelin.

Laisser un commentaire

1 + six =