Les cinéastes iraniens Saeed Roustayi et Javad Norouzbeigi emprisonnés pendant six mois

Jean Delaunay

Les cinéastes iraniens Saeed Roustayi et Javad Norouzbeigi emprisonnés pendant six mois

Le réalisateur et son producteur se sont également vu interdire de faire des films par le tribunal iranien après avoir présenté un film à Cannes l’année dernière sans l’autorisation du gouvernement.

Un cinéaste iranien et son producteur risqueraient une peine de prison et seraient interdits de tournage après avoir présenté un film au Festival de Cannes sans l’approbation du gouvernement, suscitant des critiques immédiates à l’échelle internationale de la part du réalisateur américain Martin Scorsese et d’autres.

Le réalisateur Saeed Roustayi et le producteur Javad Norouzbeigi se sont rendus à Cannes l’année dernière pour montrer « Leila’s Brothers », en compétition pour la grande Palme d’Or du festival. Le film se concentre sur une famille qui lutte pour joindre les deux bouts alors que l’Iran fait face à des sanctions internationales et comprend des séquences montrant des manifestations dans la République islamique alors qu’une série de manifestations à l’échelle nationale a secoué la nation.

Daniel Cole/Copyright 2022 L'AP.  Tous droits réservés
Hooman Behmanesh, de gauche, Navid Mohammadzadeh, et le réalisateur Saeed Roustayi posent pour les photographes à leur arrivée à la première du film « Leila’s Brothers » à Cannes.

Le film montre également les forces de sécurité battant des manifestants protestant contre l’économie en difficulté de l’Iran, qui a déjà déclenché des manifestations de masse et des répressions sanglantes des forces de sécurité, tuant des centaines de personnes. La famille qui s’y trouve perd toutes ses économies à cause de la dépréciation rapide du rial iranien, une chose avec laquelle les Iraniens de tout le pays vivent depuis des années.

De plus, le patriarche vieillissant, accumulant les richesses de sa famille et les forçant à la misère pour avoir une chance de gloire personnelle, peut être considéré comme une allégorie de la théocratie iranienne.

« Leila’s Brothers » n’a pas remporté la très convoitée Palme d’Or mais a fini par remporter deux autres prix à Cannes. Cependant, les autorités de Téhéran n’ont pas nominé le film pour les Oscars malgré son succès au célèbre festival du film français, ce que Roustayi a ensuite critiqué dans des propos publiés.

Mardi, le journal Etemad a rapporté que le tribunal révolutionnaire de Téhéran avait condamné les deux hommes à six mois de prison pour avoir fait de la « propagande contre le système ».

Les hommes ont présenté le film « en accord avec le mouvement contre-révolutionnaire… dans le but de rechercher la gloire afin de préparer du fourrage et d’intensifier la bataille médiatique contre la souveraineté religieuse de l’Iran », lit-on dans la décision de justice, selon Etemad, un Téhéran- journal basé dirigé par des réformistes.

Le juge a suspendu tous les jours sauf une dizaine de la peine de prison pour les cinq prochaines années, a indiqué le journal. Cependant, les hommes seront également interdits de cinéma et de communication avec ceux qui sont sur le terrain pendant cette période, et devront suivre un cours de cinéma obligatoire tout en « préservant les intérêts nationaux et moraux ». La sentence est susceptible d’appel.

Aucun autre média important en Iran n’a rapporté la condamnation et Etemad n’a pas expliqué comment il avait obtenu ses informations. Les tribunaux révolutionnaires iraniens tiennent des audiences à huis clos sur les menaces présumées contre le gouvernement iranien, prenant presque toutes les affaires impliquant un suspect ayant des liens avec l’Occident ou faisant face à des accusations d’espionnage.

Daniel Cole/Copyright 2022 L'AP.  Tous droits réservés
Bahram Dehghani, de gauche à droite, Hooman Behmanesh, Navid Mohammadzadeh, le réalisateur Saeed Roustayi, Taraneh Alidoosti et Payman Maadi au Festival de Cannes, France en 2022.

La réaction internationale contre la condamnation a été rapide. Scorsese, connu pour ses films « Les Affranchis », « Casino » et le prochain « Killers of the Flower Moon », a demandé aux internautes de signer une pétition pour protester contre la condamnation des hommes « afin qu’ils puissent continuer à être une force du bien dans le monde ». . »

Le Festival international du film de Biarritz, dont Roustayi a présidé le jury cette année, a également immédiatement critiqué la condamnation et demandé à la justice iranienne de l’annuler.

« Son seul crime est d’être un cinéaste à l’esprit libre », a déclaré le festival. « Bien qu’il n’ait même pas 35 ans, son regard pointu sur la société fait de lui l’un des grands cinéastes internationaux d’aujourd’hui. »

Même à l’intérieur de l’Iran, il y a eu de la colère à propos de la condamnation. L’Association iranienne des réalisateurs de cinéma a publié une déclaration en ligne, affirmant que « la course aux verdicts insultants, qui en même temps sape le système judiciaire lui-même, est entrée dans une nouvelle étape ».

« Si vous pensez qu’en rendant des décisions aussi humiliantes, vous aidez à résoudre des problèmes, à rassembler les gens, à créer de la joie et de l’espoir et à renforcer la sécurité nationale, alors vous n’avez pas réussi », indique le communiqué.

La mission iranienne auprès des Nations unies n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les cinéastes iraniens, bien qu’applaudis à l’échelle internationale, subissent depuis longtemps la pression du gouvernement chez eux. Il en va de même pour les acteurs, en particulier après la mort en septembre 2022 de Mahsa Amini, 22 ans, après avoir été détenue par la police des mœurs du pays pour ne pas avoir correctement porté le foulard obligatoire. Sa mort a déclenché des manifestations dans tout le pays et a entraîné une répression des forces de sécurité qui a tué plus de 500 personnes et vu plus de 22 000 autres arrêtées.

L’un des acteurs principaux de « Leila’s Brothers », l’actrice oscarisée Taraneh Alidoosti, s’est retrouvée détenue puis libérée sous caution après avoir posté en ligne pour soutenir les manifestations. Elle a posté une image d’elle-même, sans le couvre-chef obligatoire, tenant une pancarte indiquant « Femmes, vie, liberté » en kurde – le slogan adopté par les manifestants à l’époque.

Laisser un commentaire

vingt + quatorze =