Electoral commission staff count ballot papers after voting closed at a polling station in Minsk, Belarus, on Sept. 23, 2012.

Jean Delaunay

Les Biélorusses votent lors d’élections étroitement contrôlées malgré un appel au boycott

Le président Alexandre Loukachenko s’est appuyé sur les subventions et le soutien politique de son principal allié, la Russie, pour survivre aux manifestations qui ont suivi sa réélection frauduleuse en 2020.

Les élections législatives et locales étroitement contrôlées en Biélorussie ont débuté dimanche et devraient consolider le pouvoir d’acier du leader autoritaire du pays, malgré les appels au boycott de l’opposition, qui a qualifié le scrutin de « farce insensée ».

Le président Alexandre Loukachenko, qui dirige la Biélorussie d’une main de fer depuis près de trois décennies et a annoncé dimanche qu’il se présenterait à nouveau à la présidence l’année prochaine, accuse l’Occident d’essayer d’utiliser le vote pour saper son gouvernement et « déstabiliser » la nation. de 9,5 millions de personnes.

La plupart des candidats appartiennent aux quatre partis officiellement enregistrés : Belaya Rus, le Parti communiste, le Parti libéral-démocrate et le Parti du travail et de la justice. Ces partis soutiennent tous la politique de Loukachenko. Une douzaine d’autres partis se sont vu refuser l’enregistrement l’année dernière.

La chef de l’opposition biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaya, en exil en Lituanie voisine après avoir défié Loukachenko à l’élection présidentielle de 2020, a exhorté les électeurs à boycotter les élections.

« Il n’y a personne sur le bulletin de vote qui serait prêt à proposer de réels changements parce que le régime n’a autorisé que la participation de marionnettes qui lui conviennent », a déclaré Tsikhanouskaya dans une déclaration vidéo. « Nous appelons au boycott de cette farce insensée, à ignorer cette élection sans choix. »

La répression de la dissidence a précédé les élections

Le scrutin de dimanche est la première élection en Biélorussie depuis le vote controversé de 2020 qui a donné à Loukachenko son sixième mandat et déclenché une vague de manifestations de masse sans précédent.

Les manifestations ont balayé le pays pendant des mois, faisant descendre des centaines de milliers de personnes dans les rues. Plus de 35 000 personnes ont été arrêtées. Des milliers de personnes ont été battues pendant leur garde à vue et des centaines de médias indépendants et d’organisations non gouvernementales ont été fermées et interdites.

Loukachenko s’est appuyé sur les subventions et le soutien politique de son principal allié, la Russie, pour survivre aux manifestations. Il a autorisé Moscou à utiliser le territoire biélorusse pour envoyer des troupes en Ukraine en février 2022.

L’élection se déroule dans un contexte de répression implacable de la dissidence. Plus de 1 400 prisonniers politiques restent derrière les barreaux, parmi lesquels des dirigeants de partis d’opposition et le célèbre défenseur des droits humains Ales Bialiatski, lauréat du prix Nobel de la paix en 2022.

L’opposition affirme que le scrutin anticipé qui a débuté mardi constitue un terrain fertile pour la manipulation du vote, les urnes n’étant pas protégées pendant cinq jours.

Les responsables électoraux ont déclaré dimanche que plus de 40 % des électeurs du pays avaient voté lors du vote anticipé, de mardi à samedi. Le taux de participation s’élevait à 43,64 % dimanche à 9 heures du matin, une heure après l’ouverture officielle du scrutin, selon la Commission électorale centrale biélorusse.

« Détentions, arrestations et perquisitions en cours »

Le Centre des droits de l’homme Viasna a déclaré que les étudiants, les soldats, les enseignants et d’autres fonctionnaires ont été contraints de participer au vote anticipé.

« Les autorités utilisent tous les moyens disponibles pour garantir le résultat dont elles ont besoin – depuis la diffusion de propagande télévisée jusqu’à obliger les électeurs à voter plus tôt », a déclaré Pavel Sapelka, représentant de Viasna. « Des détentions, des arrestations et des perquisitions ont lieu pendant le vote. »

S’exprimant lors de la réunion de mardi avec de hauts responsables biélorusses chargés de l’application des lois, Loukachenko a affirmé, sans fournir de preuves, que les pays occidentaux envisageaient d’organiser un coup d’État dans le pays ou de tenter de prendre le pouvoir par la force. Il a ordonné à la police de renforcer ses patrouilles armées à travers la Biélorussie, déclarant que « c’est l’élément le plus important pour garantir l’ordre public ».

Après le vote, la Biélorussie devrait former un nouvel organe d’État : l’Assemblée populaire panbélarusse de 1 200 sièges qui comprendra de hauts fonctionnaires, des législateurs locaux, des membres de syndicats, des militants pro-gouvernementaux et d’autres. Il disposera de pouvoirs étendus, notamment celui d’examiner des amendements constitutionnels et de nommer les fonctionnaires électoraux et les juges.

On pensait il y a quelques années que Loukachenko envisageait de diriger le nouvel organisme après avoir démissionné, mais son calcul a apparemment changé et il a annoncé dimanche qu’il se présenterait à l’élection présidentielle de l’année prochaine.

« Dites (à l’opposition) que je me présenterai. Et plus la situation est difficile, plus ils perturberont activement notre société… plus ils mettront de pression sur vous, moi-même et la société, plus tôt je me présenterai à ces élections », a déclaré l’homme fort aux journalistes alors qu’il votait aux élections. Capitale biélorusse, selon les médias d’État.

La situation des droits humains « continue de se détériorer »

Pour la première fois, les rideaux des isoloirs des bureaux de vote ont été retirés et les électeurs n’ont pas eu le droit de prendre des photos de leur bulletin de vote. Lors des élections de 2020, des militants ont encouragé les électeurs à photographier leurs bulletins de vote afin d’empêcher les autorités de manipuler le vote en faveur de Loukachenko.

La télévision d’État biélorusse a diffusé des images d’exercices du ministère de l’Intérieur au cours desquels la police a arrêté un délinquant présumé qui photographiait son bulletin de vote et d’autres personnes qui créaient une file d’attente artificielle devant un bureau de vote.

La Biélorussie a également refusé pour la première fois d’inviter des observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe à surveiller les élections. La Biélorussie est membre de l’OSCE, l’un des principaux groupes transatlantiques de sécurité et de défense des droits, et ses observateurs sont les seuls observateurs internationaux aux élections biélorusses depuis des décennies.

Depuis 1995, pas une seule élection en Biélorussie n’a été reconnue comme libre et équitable par l’OSCE.

L’OSCE a déclaré que la décision de ne pas autoriser les observateurs de l’agence a privé le pays d’une « évaluation globale par un organisme international ».

« La situation des droits humains en Biélorussie continue de se détériorer, car ceux qui expriment leur désaccord ou défendent les droits humains d’autrui font l’objet d’enquêtes, de persécutions et sont fréquemment poursuivis », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les observateurs ont noté que les autorités n’ont même pas essayé de prétendre que le vote était démocratique.

L’élection offre au gouvernement l’occasion de procéder à un « test des systèmes après les protestations massives et le choc grave de la dernière élection présidentielle et de voir si cela fonctionne », a déclaré Artyom Shraibman, chercheur non-résident au Carnegie Russia Eurasia Center. être stérile après que l’opposition et toutes les voix alternatives ont été interdites de campagne. Il est important que les autorités effacent tout souvenir des manifestations.»

Laisser un commentaire

vingt + seize =