Can anyone beat him? Putin pictured in December

Jean Delaunay

Les autorités russes autorisent deux candidats à se présenter contre Poutine aux élections de mars

Il sera presque impossible pour un rival sérieux de battre Poutine, au pouvoir depuis 24 ans.

La commission électorale nationale russe a enregistré les deux premiers candidats qui rivaliseront avec le président Vladimir Poutine lors des élections de mars – un vote que Poutine est presque certain de remporter.

La commission a approuvé Leonid Slutsky du Parti libéral-démocrate nationaliste et Vladislav Davankov du Nouveau Peuple pour les élections qui auront lieu du 15 au 17 mars.

Aucun des deux candidats ne constitue un défi majeur pour Poutine, qui domine la politique russe depuis qu’il est devenu président en 2000. Leurs deux partis parlementaires ont largement soutenu la législation soutenue par le parti au pouvoir de Poutine, Russie unie.

Slutsky, en tant que président de la commission des affaires étrangères de la chambre basse du Parlement, a été un éminent partisan de la politique étrangère du Kremlin. Lors de la dernière élection présidentielle en 2018, le candidat de son parti avait recueilli moins de 6 % des suffrages.

Davankov, quant à lui, est vice-président de la chambre basse du parlement, la Douma. Son parti a été créé en 2020 et détient 15 sièges sur 450 membres.

Le Parti communiste a présenté Nikolaï Kharitonov comme candidat, mais la commission électorale ne l’a pas officiellement enregistré. Kharitonov était le candidat du parti en 2004, terminant loin derrière Poutine.

Pendant ce temps, un homme politique appelant à la paix en Ukraine a été rejeté par la commission le mois dernier. La nomination initiale d’Ekaterina Duntsova par un groupe de partisans a été rejetée au motif que ses documents contenaient des erreurs, notamment des fautes d’orthographe, et la Cour suprême a finalement rejeté l’appel de Duntsova contre cette décision.

Poutine lui-même se présente comme indépendant. Selon la loi russe, les candidats indépendants doivent être nommés par au moins 500 partisans et doivent également recueillir au moins 300 000 signatures provenant de 40 régions ou plus.

Laisser un commentaire

3 × 2 =